•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CIO veut inclure l’escalade, le surf et la planche à roulettes aux Jeux de 2028

Une planchiste appuyée sur la rampe tient sa planche à roulettes d'une main.

La Britannique Sky Brown était en action aux Jeux olympiques de Tokyo.

Photo : Getty Images / Ezra Shaw

Agence France-Presse

Le Comité international olympique (CIO) veut intégrer au programme des Jeux de 2028 à Los Angeles l'escalade, le surf et la planche à roulettes, déjà présents cet été à Tokyo et prévus à Paris en 2024, a annoncé jeudi son président Thomas Bach.

Ces trois sports tournés vers la jeunesse pourraient remplacer trois disciplines olympiques historiques : la boxe, l'haltérophilie et le pentathlon moderne, sur la sellette pour des raisons variées.

Formellement, l'exécutif du CIO va proposer à sa 139e session, le 31 janvier 2022 avant les Jeux d'hiver de Pékin, d'ajouter l'escalade, le surf et la planche à roulettes à la liste des 28 sports olympiques initiaux en Californie, leur garantissant d'emblée des épreuves.

À Tokyo, ils avaient fait leurs premiers pas olympiques sous le statut plus précaire de sports additionnels soumis par les organisateurs, ce qui sera de nouveau le cas à Paris - en y ajoutant le breakdance dont il n'a pas été question jeudi.

Leur contribution significative au succès des Jeux de Tokyo et l'engagement à innover de Los Angeles 2028, tout comme leurs profondes racines californiennes, expliquent la volonté du CIO de les pérenniser.

Comme l'instance olympique impose un quota de 10 500 participants aux JO pour limiter les coûts et la complexité de sa grand-messe estivale, elle retire pour l'heure de la liste des 28 la boxe, l'haltérophilie et le pentathlon moderne.

Mais ces trois sports, olympiques depuis plus d'un siècle, pourront être potentiellement inclus au programme de Los Angeles lors de la session du CIO de 2023, s'ils donnent suffisamment de gages de réforme.

L'Association internationale de boxe amateur (AIBA), privée en 2019 de l'organisation de son propre tournoi olympique pour de multiples défaillances en matière de gestion et d'arbitrage, est dirigée depuis un an par le Russe Umar Kremlev, qui martèle vouloir restaurer sa crédibilité.

L'haltérophilie, toujours sous la menace d'une radiation olympique dès 2024 en raison d'une cascade de scandales de dopage et corruption, suscite toujours de sérieuses inquiétudes et reste sous surveillance, a précisé Thomas Bach.

Quant au pentathlon moderne, il est en pleine refonte en raison de l'affaire Saint Boy, du nom du cheval qu'une cavalière allemande et son entraîneuse avaient frappé lors des Jeux de Tokyo, et doit désormais trouver par quelle discipline remplacer l'équitation – escrime, tir, course et natation complétant l'épreuve.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !