•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amélie Mauresmo aux commandes de Roland-Garros

Une femme avec les yeux plissés regarde attentivement un match de tennis.

Amelie Mauresmo à Roland-Garros en 2019

Photo : Reuters / GONZALO FUENTES

Agence France-Presse

Amélie Mauresmo, ancienne no 1 mondiale, a pris jeudi, à 42 ans, la barre du tournoi de Roland-Garros, vaisseau amiral de la Fédération française de tennis (FFT), où elle succède à Guy Forget.

Nous sommes très heureux de vous annoncer qu'Amélie Mauresmo sera la nouvelle directrice du tournoi de Roland-Garros au moins pour les trois années à venir, jusqu'en 2024, a annoncé le président de la FFT, Gilles Moretton.

Cette nomination intervient deux jours seulement après le départ de Guy Forget, directeur du seul tournoi majeur sur terre battue depuis 2016 et dont le contrat expirait à la fin de l'année.

La double gagnante en tournoi du grand chelem (Australie et Wimbledon en 2006) a souligné sa fierté et combien (elle était) honorée de la proposition de Moretton de la mettre aux commandes.

Ce tournoi m'a fait rêver depuis mon plus jeune âge. Il a, ni plus ni moins, créé une vocation chez moi. Roland-Garros a été un fil conducteur toute ma vie, a-t-elle relevé.

Elle a arpenté ces terrains en terre battue en tant que joueuse (quart de finaliste en 2003 et en 2004), puis en tant qu'entraîneuse de joueurs et de joueuses, puis comme capitaine des Bleues en Fed Cup. Et dernièrement, c'est comme consultante à la télévision qu'elle a continué de venir à la porte d'Auteuil.

Je ne sais pas s'il y a beaucoup de personnes qui ont vécu toutes ces facettes de Roland-Garros, a-t-elle ajouté.

Au fil du temps, j'ai eu une vision qui s'installait. Des choses que j'aurais envie de voir évoluer, des choses que je trouvais déjà fabuleuses, mais qu'on pouvait pousser un peu plus loin.

Elle note en particulier qu'au-delà de la portion sportive, il y a du travail à faire sur l'environnement du tournoi. On n'a pas forcément les atouts de certains autres tournois du grand chelem, en termes de place, de beaucoup de choses. Il faut mettre encore plus l'accent sur l'accueil des joueurs et de leurs entourages, a-t-elle dit.

L'ancienne championne souligne aussi sa volonté d'organiser un événement solidaire et responsable, en se servant de ses qualités et de son vécu.

J'arrive avec tout ce qui m'a toujours caractérisée dans tout ce que j'ai entrepris, à savoir la recherche de l'excellence, la rigueur, le travail, la communication, le travail en équipe. Je serai à la hauteur, a-t-elle promis. Mais elle ne quittera pas Biarritz (sud-ouest) pour revenir en région parisienne.

Par ailleurs, Moretton a annoncé le prolongement de Sébastien Grosjean et de Julien Benneteau aux postes de capitaines des équipes de Coupe Davis et de la Coupe Billie-Jean-King (le nouveau nom de la Fed Cup) jusqu'aux Jeux de Paris en 2024.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !