•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Russie bat la Croatie en finale de la Coupe Davis

Deux joueurs de tennis s'enlacent après leur victoire.

Karen Khachanov et Daniil Medvedev

Photo : Reuters / SUSANA VERA

Agence France-Presse

De la victoire aux finales de l'ATP en janvier à celle en Coupe Davis en décembre, l'année 2021 a été faste pour l'équipe de Russie qui a décroché dimanche, à Madrid, contre la Croatie, son troisième Saladier d'argent.

Daniil Medvedev, no 2 mondial et vainqueur des Internationaux des États-Unis, Andrey Rublev, 5e, Aslan Karatsev, 18e et Karen Khachanov, 29e, avaient sans conteste l'équipe la plus forte sur le papier.

Ils l'ont confirmé sur le terrain, notamment dimanche en finale où ils ont remporté les deux simples. Rublev a battu Borna Gojo (279e) 6-4 et 7-6 (7/5), et Medvedev a vaincu Marin Cilic (30e) 7-6 (9/7) et 6-2. Le double sans enjeu a été annulé, et heureusement pour les Russes.

Dans cette compétition en trois matchs, le double, leur point faible, aurait pu être décisif. Et la Croatie possède le meilleur duo mondial avec Mate Pavic et Nikola Mektic, champions olympiques et vainqueurs à Wimbledon en 2021.

Rublev et Karatsev, que le monde a découvert aux Internationaux d'Australie au début de l'année avec son parcours jusqu'en demi-finales où il n'a cédé qu'au futur champion Novak Djokovic, ont remporté le seul match décisif qu'ils ont eu à gagner durant la compétition, celui contre l'Espagne en phase de groupe. Cela avait permis à la Russie de se qualifier pour les quarts de finale.

Contre Mektic et Pavic, qui n'ont pas perdu une seule fois leur mise en jeu du tournoi, leurs chances s'annonçaient bien faibles.

Alors, Rublev et Medvedev ont fait le boulot. Comme en demi-finales où le double contre les Allemands Pütz et Krawietz représentait un écueil vraisemblablement fatal, ils ont assuré la victoire avant.

Gojo, révélation de la compétition avec des victoires notamment sur Sonego (27e) et Lajovic (33e), n'a pas explosé sous les coups de boutoir de Rublev comme l'avait fait l'Allemand Dominik Koepfer en demi-finales.

Il a même très bien résisté. Mais au bout du compte, il n'a pas fait mieux puisque le point de la partie est allé au Russe qui n'a pas accordé la moindre balle de bris.

Il restait à Medvedev de conclure, mais Cilic a opposé une résistance que le Russe n'avait encore jamais rencontrée depuis le début du tournoi. En particulier dans la première manche, car après la perte du bris d'égalité, le Croate a été nettement plus dominé.

Pas de drapeau national, une équipe appelée Fédération russe de tennis, le concerto pour piano de Tchaïkovsky en guise d'hymne en raison des sanctions liées au dopage dans le sport russe, mais comme en 2002 et 2006, c'est bien à Moscou que partira le Saladier d'argent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !