•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des fondeurs québécois remplis de promesses

On voit un drapeau finlandais derrière lui pendant une course.

Antoine Cyr

Photo : Nordiq Canada

Julie Roy

Antoine Cyr et Olivier Léveillé en ont surpris plus d’un la fin de semaine dernière à l'ouverture de la saison de Coupe du monde de ski de fond, à Ruka, en Finlande. Si bien qu’il sera difficile d’ignorer les deux fondeurs québécois pour la sélection de l’équipe canadienne en vue des Jeux olympiques de Pékin.

Cyr a d’ailleurs réussi le standard olympique samedi en se classant 11e au 15 km de style classique avec un chrono de 34 min 9/100. Le lendemain, le Gatinois de 23 ans a pris le 12e rang à la poursuite de 15 km en style libre.

C’est énorme, a-t-il lancé à Radio-Canada Sports. La première fin de semaine de Coupe du monde, à Ruka, a toujours été extrêmement relevée au niveau du calibre. Souvent, ça dicte une bonne partie du reste de la saison pour les Scandinaves et les Européens. Tout le monde arrive au sommet de sa forme. Cette année, on a montré qu’on était capables de faire la même chose [...] On a performé bien au-delà de nos attentes et de celles de notre fédération.

La perturbation du calendrier de compétitions en raison de la pandémie de COVID-19 a un peu compliqué l’évaluation de sa progression au cours des deux dernières années. Cyr a donc été agréablement surpris par sa tenue en Finlande.

En tant qu’athlète, c’est toujours un peu difficile de savoir où tu te situes quand tu n’as pas énormément d’opportunités de courir à l’international. L’année passée, j’ai eu quelques opportunités en Coupe du monde. J’ai appris beaucoup et j’ai gagné de l’expérience. De revenir sur le circuit et de faire une 11e et une 12e places, c’est vraiment excellent et motivant pour la suite.

Des débuts étonnants

De son côté, Olivier Léveillé en était à une première présence sur le circuit. Le Sherbrookois de 20 ans ne s’en est pas laissé imposer et a enregistré une étonnante 17e place à la poursuite.

Même s’il avait démontré de belles choses l’an dernier en obtenant une médaille de bronze aux Championnats du monde juniors, peu de gens auraient pu prédire un tel début de carrière en Coupe du monde.

Dans son cas, c’est comme de partir de la Ligue américaine et de monter dans la Ligue nationale de hockey. Il y a un gros "step" à faire, a dit de façon imagée l'entraîneur Louis Bouchard, qui travaille avec Cyr et Léveillé au Centre national d'entraînement Pierre-Harvey.

Il y a eu très peu de compétitions pendant la COVID-19. On les voit tout le temps à l'entraînement et on avait hâte de savoir comment ils progressent. C’est une très belle surprise, mais c’est aussi une très bonne nouvelle, a ajouté Bouchard au sujet de ses protégés.

Un fondeur en action avec ses lunettes de soleil

Olivier Léveillé

Photo : Nordiq Canada

Après avoir réussi deux tops 30 individuels en 2020, à sa première année dans le circuit international, Antoine Cyr s’est entraîné fort cet été pour faire partie des 20 premiers. Dans son cas comme dans celui d'Olivier Léveillé, les objectifs ont déjà été atteints.

Là, on a des indices, des temps, et c’est sûr qu’il faut réviser les objectifs par rapport à ce qui était fixé, a poursuivi Bouchard. Là, on sait plus où on est rendu.

D’ores et déjà, Cyr et Léveillé se sont établis comme les meneurs de la prochaine génération de skieurs canadiens. Une génération qui n’a pas tardé à s’affirmer après le départ à la retraite d’Alex Harvey.

On savait qu’il y aurait un petit creux [après le départ d’Harvey], mais que du côté masculin, ça pourrait être beaucoup plus court que ce que les gens pouvaient penser. Nous, on savait qu’on avait de la relève qui s’en venait chez les hommes. Après, tu ne peux qu’espérer avoir les résultats pour le prouver. C’est un peu ce qui se passe en ce moment, a affirmé Bouchard, qui est très confiant pour la suite des choses.

Du côté masculin, en ski de fond, on peut espérer redevenir une force dans un an ou deux ans avec Olivier et Antoine.

La contribution d’Alex Harvey

Même à la retraite, Alex Harvey n’est jamais bien loin du centre national d'entraînement. Et il n’est pas étranger aux succès que connaissent les jeunes skieurs québécois.

On est une petite gang au mont Sainte-Anne, a indiqué Bouchard. L’année passée, toutes les compétitions ont été annulées au Canada. J’ai donc fait un circuit de compétitions à l’interne, dans une bulle, avec les athlètes du centre et on a intégré Alex. Il a participé à quasiment 75 % des épreuves juste pour venir stimuler les jeunes et leur donner des conseils. Moi aussi, en tant qu'entraîneur, ça me permettait de voir un petit peu mieux où se situaient mes athlètes.

Alex Harvey a d’ailleurs communiqué avec Antoine Cyr samedi après la meilleure performance de sa carrière en Coupe du monde avec sa 11e place au 15 km classique.

Alex, c’est un passionné de ski de fond. Il regarde les résultats et les courses comme nous on le faisait quand lui coursait en Europe, a raconté Cyr.

Il a été mon idole pendant longtemps et, maintenant, c’est un ami et un mentor. C’est un des grands dans notre sport et c’est vraiment le fun de l’avoir. Il est facilement joignable, on peut lui parler, avoir des petits trucs et des conseils pour la fin de semaine de Coupe du monde qui s'en vient. Il a passé tellement de temps sur le circuit. Il connaît toutes ces petites affaires-là. C’est sûr qu’on l’utilise au maximum.

Antoine Cyr et Olivier Léveillé seront à la Coupe du monde de Lillehammer, la fin de semaine prochaine, en Norvège.

(Avec les informations de Guillaume Piedboeuf)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !