•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hugo Houle et Premier Tech lancent une équipe U-23

Un cycliste sourit à la caméra.

Hugo Houle

Photo : Premier Tech

Michel Chabot

En attendant de trouver de nouveaux partenaires pour revenir au sein du World Tour, la multinationale québécoise Premier Tech a annoncé lundi la création d’une équipe continentale U-23 qui permettra à la relève du cyclisme canadien de continuer à s’épanouir.

Baptisée Premier Tech U23 Cycling Project, cette formation vient combler un vide pour les jeunes du pays entre les catégories junior et senior. Elle créera un pont afin de permettre aux jeunes talents du Canada d’aspirer à une carrière comme celle que connaît Hugo Houle.

Il s'est d’ailleurs impliqué dans cette aventure avec Jean Bélanger, le PDG de Premier Tech.

Hugo a une belle vision de ce sport-là, a dit M. Bélanger. Il a un excellent recul sur ce qui a pu l’emmener au niveau où il est. Il est très lucide et très reconnaissant de ce que ça lui a pris et de la chance qu’il a eue, parce que ça prend de la chance dans la vie. Et il voyait ce vide-là pour nos beaux jeunes athlètes qui malheureusement accrochaient leur vélo ou leurs ambitions professionnelles de ce sport. Nous échangions sur ce sujet depuis quelques années Hugo et moi.

« C’est vrai qu’il y avait un vide. Comment un jeune qui est bon sur le circuit provincial peut-il s’exposer en Europe dans des conditions adéquates? Il n’y avait aucune structure permettant de l’offrir. Évidemment, quand on a un partenaire de confiance comme Premier Tech, qui veut bâtir sur le long terme, ça ouvre des portes parce que sinon, ce serait impossible. »

— Une citation de  Hugo Houle, coureur professionnel

La nouvelle équipe Premier Tech est composée de 10 coureurs, dont 7 Canadiens. Cinq sont originaires du Québec. Deux Français et un Américain complètent la formation.

  • Dylan Bibic, 19 ans, champion du monde junior de la course aux points 2021
  • Charles-Étienne Chrétien, 22 ans, 12e au général du Tour Herald Sun UCI 2.1
  • Matisse Julien, 18 ans, vice-champion junior du Canada
  • Francis Juneau, 20 ans, participant du contre-la-montre des Championnats du monde U-23 2021
  • Carson Miles, 20 ans, champion du Canada U-23 2021
  • Robin Plamondon, 21 ans, 5e des Championnats du Canada U-23 2021
  • Nicolas Rivard, 19 ans, champion du Québec U-23 2021
  • Riley Sheehan, 20 ans, champion junior américain du contre-la-montre
  • Florient Carpentier, 19 ans, 4e des Championnats de France élite en poursuite
  • Guillaume Dauschy, 22 ans, deux sélections en Équipe de France U-23

La formation ira s’installer à Breuil-le-Sec, dans le nord de la France. Les 10 athlètes y vivront ensemble dans une grande résidence où chacun aura sa chambre. Ils recevront également 5000 $ pour se nourrir.

L’endroit est géographiquement bien choisi. Les membres de Premier Tech pourront facilement se rendre en Belgique, où se déroulent plusieurs courses.

Au début de l’année, ils pourront se préparer, en janvier-février, pour faire les classiques en Belgique en mars et avril, a expliqué Hugo Houle. Il y a des Coupes du monde et ils vont pouvoir faire ces courses-là éventuellement. Après, ils vont rentrer au Canada, faire les belles courses qu’on a ici (Tour de Beauce, Championnats canadiens), voir un peu leur famille. Et en fin de saison, pour préparer les mondiaux, ils vont faire de belles courses en Europe.

« L’idée, c’est vraiment de les exposer au milieu professionnel en Europe pour qu’ils prennent de l’expérience et qu’ils puissent se bâtir un nom, une réputation, pour éventuellement être recrutés par des formations à un plus haut niveau. La récompense, c’est que nos coureurs passent au niveau supérieur, pas nécessairement de booster cette équipe-là pour la rendre plus forte, parce que Premier Tech va avoir une présence dans le World Tour. »

— Une citation de  Hugo Houle

Selon Houle, qui s'est récemment joint à Israel Start-Up Nation après quatre saisons avec Astana, les coureurs originaires d’ici ont du mal à se faire une place au soleil parmi l’élite du cyclisme.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que les équipes n’auront pas nécessairement de patience avec les Nord-Américains, a précisé Houle. Même si tu es un gars qui a un immense talent, c’est sûr que tu as besoin d’au moins deux ou trois ans pour faire tes preuves dans le peloton international, et sentir la course. Tu as beau avoir beaucoup de puissance et des aptitudes génétiques, ça prend une certaine adaptation. Les équipes n’ont pas de patience parce que nous, les jeunes d’ici, nous ne sommes jamais allés en Europe dans des conditions acceptables. Moi, j’ai eu la chance d’être avec Spider Tech pour faire la transition. J’ai appris à la dure. Dans les deux ou trois premières années, je me faisais ramasser. Mais ça m’a permis d’évoluer et de relever des défis.

Le volet études est aussi important pour les dirigeants de l’équipe U-23 de Premier Tech. Les jeunes seront encouragés à poursuivre leur parcours scolaire.

Ça fait partie des valeurs du programme de ne pas abandonner leurs études et ne faire que du vélo, a souligné Houle. Moi, j’ai fait ma technique policière tout le temps que j’étais U-23. J’étais 100 % à l’école. Ça ne m’a pas empêché de finir 4e aux mondiaux sur route en 2012. Ça faisait juste un an que j’avais terminé mes études. C’est possible, mais ça demande de la discipline.

« Notre projet est un équilibre entre le côté scolaire. Nous voulons bâtir les adultes du futur, des jeunes hommes et des jeunes femmes, parce que le pôle féminin viendra aussi, en 2023 ou 2024. »

— Une citation de  Jean Bélanger, PDG de Premier Tech

Mentor de choix

Hugo Houle se veut un ambassadeur de prestige pour Premier Tech, mais son rôle va au-delà de l’image et de la crédibilité. Il siège au conseil d’administration composé d’acteurs importants du cyclisme canadien.

Parmi les autres membres du C. A. de Premier Tech U-23, on retrouve également Pierre Hutsebaut et Kevin Field, deux anciens hauts dirigeants de Cyclisme Canada, ainsi que l'ancien athlète olympique Gervais Rioux, fondateur des vélos Argon 18.

Le poste de directeur sportif a été confié au Français Flavien Dassonville, qui a mis fin à sa carrière de cycliste en 2018 et qui entamera sa quatrième saison dans un rôle de directeur sportif.

Il était encore lui-même sur le vélo il n’y a pas si longtemps, a spécifié Jean Bélanger. Il est capable de bien connecter avec ces jeunes-là, de les encadrer. Ça nous a semblé un choix naturel, quelqu’un que Pierre (Hutsebaut) connaissait très bien.

Des vélos de pointe

C’est avec des vélos de la marque Villiers que courront les espoirs de cette équipe. Jean Bélanger a pu s’entendre avec ses anciens partenaires d’Astana pour en récupérer suffisamment pour les fournir à ses athlètes.

« Dans le contexte actuel de la chaîne d’approvisionnement mondiale, un des plus gros défis, c’était de dire : "On n’aura pas de vélos, pas de roues ni de composantes, alors on ne sera pas capable d’opérer même si on a des coureurs et un budget." Mais dans le cadre de notre séparation à l’amiable avec Astana et le Kazakhstan, nous nous sommes négocié d’avoir accès à une quantité de vélos pour nous permettre de lancer l’équipe en 2022. »

— Une citation de  Jean Bélanger

C’est venu très près, je dois l’avouer. Nous n’avions pas de vélo et il aurait peut-être fallu dire aux coureurs d’apporter le leur, mais ils n’en auraient pas eu de rechange. C’est à la limite, on le sait, pour le grand public, qui se cherche un vélo, une roue ou une chaîne. C’est très rare, donc c’est venu proche.

Premier Tech et le World Tour

Après avoir quitté Astana, dont elle était copropriétaire, Premier Tech a tenté de s’associer avec l’équipe Bike Exchange au cours de l’été dernier, mais les négociations ont échoué. Jean Bélanger redouble maintenant d’ardeur pour trouver de nouveaux partenaires pour que son entreprise revienne à l’avant-scène du vélo international.

Nous parlons avec quelques équipes, trois de façon plus sérieuse, a confié l’homme d’affaires de Rivière-du-Loup. Les choses avancent bien. Nous entrons dans la fenêtre pour nous demander si ce sera pour le début de saison des courses de la fin janvier et du début février. Les choses devraient se placer dans les prochaines semaines. Sinon, ça va aller à plus tard dans la saison, pour le mois de juin, donc après le Giro et avant le Tour de France. On se croise les doigts.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !