•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le congédiement de Marc Bergevin était « nécessaire », selon Geoff Molson

Un homme écoute la question d'un journaliste derrière son micro. On voit à droite le logo d'une équipe sportive.

Geoff Molson, propriétaire du Canadien de Montréal

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Devant le début de saison laborieux de son équipe, Geoff Molson a espéré pendant un moment que le vent tourne. Mais la situation a continué de se dégrader et le propriétaire de Canadien de Montréal a senti la nécessité d’effectuer un grand ménage au sein de son organisation.

Dimanche après-midi, il a donc annoncé, par voie de communiqué, le congédiement du directeur général Marc Bergevin, du directeur du recrutement Trevor Timmins et du vice-président principal aux communications Paul Wilson.

J’ai pris cette décision parce que c’était nécessaire. Notre début de saison est inacceptable et quelque chose devait être fait pour changer de direction. Je n’ai d’autre choix que de procéder à ces changements afin d’améliorer la structure de nos opérations hockey, a lancé Molson lors d’un point de presse tenu lundi matin, à Brossard.

Finaliste de la Coupe Stanley la saison dernière, le CH connaît le pire début de campagne de son histoire. Avec une fiche de 6-15-2, il occupe le 29e du classement général de la LNH.

Les insuccès de la formation ont finalement convaincu Molson de bouger. C’est la semaine dernière qu’il a entrepris les démarches à la succession de Bergevin, qui était en poste depuis 2012.

Marc et moi, on a travaillé ensemble pendant plus de 10 ans. On a traversé plusieurs hauts et bas, ce qui a contribué à cette relation très solide entre nous qui se poursuit, a indiqué Molson. Il y a plusieurs très bonnes choses que Marc et son équipe ont accomplies pour cette organisation. Plus récemment, nous avons eu un parcours extraordinaire en séries, l’été dernier. C’était l’équipe que Marc a bâtie.

Ceci dit, nous avons eu plusieurs saisons consécutives avec des performances moyennes et nous sommes aussi venus très près de l’élimination aux débuts des dernières séries contre Toronto, a-t-il poursuivi.

C’est pour cette raison que conclure un troisième contrat à long terme avec Marc comme directeur général me demandait un plus grand temps de réflexion.

Bergevin en était à la dernière année de son contrat avec le Tricolore. Les discussions entourant un possible renouvellement ont eu lieu au cours de l’été. Mais Molson voulait prendre son temps pour voir si Bergevin était toujours l’homme de la situation. Et selon lui, ce n’était plus le cas.

Un nouveau départ

En remerciant Bergevin, Timmins et Wilson, le propriétaire du Canadien souhaite tourner la page sur une ère pour qu’en commence une nouvelle.

Je crois fermement que cette organisation a besoin d’un nouveau départ. Pas tant au niveau de l’équipe, mais de la direction. Sur la glace, nous avons une équipe qui est bien meilleure que ne le montrent les résultats, a-t-il expliqué.

Un homme en complet derrière un micro en point de presse

« C’est un nouveau départ avec vous (les médias) aussi! »

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Ancien directeur général des Rangers de New York, Jeff Gorton a donc été nommé vice-président directeur des opérations hockey, un nouveau poste dans la structure organisationnelle du CH.

L’Américain de 53 ans a signé un contrat à long terme avec le Tricolore. Molson est allé le rencontrer il y a une dizaine de jours, dans la Big Apple, pour discuter d’avenir.

Je suis très heureux qu’on ait réussi à l’avoir. Il a une excellente réputation en tant que personne, que DG, que recruteur, a raconté Molson. On est chanceux de l’avoir à long terme.

Gorton s'est joint aux Bruins de Boston en 1992 et a gravi les échelons jusqu’au poste de directeur général par intérim en 2006. L’année suivante, il a été embauché par les Rangers à titre de recruteur. Il a été nommé directeur général de l’équipe de 2015 et a occupé le poste jusqu’en mai dernier.

À la recherche d’un DG

Un processus visant à recruter un nouveau directeur général a aussi été enclenché. Parmi ceux qui sont pressentis à ce poste, il y a notamment Mathieu Darche, Martin Madden fils et Daniel Brière.

Il y a des candidats très forts avec qui nous allons parler. Ils sont très qualifiés et peuvent très bien communiquer avec nos partisans dans les deux langues. Notre recherche sera exhaustive et sera complétée, j’espère, rapidement. Le plus tôt sera le mieux, Geoff Molson.

Il est persuadé que cette nouvelle structure à deux têtes aux opérations hockey est mieux adaptée au marché montréalais.

Dans notre marché, possiblement le plus grand au monde, [diriger l’équipe] c’est une responsabilité très importante. C’est beaucoup pour une seule personne, a-t-il indiqué. Je crois que nous maximiserons nos chances de succès avec deux dirigeants aux opérations hockey [...] Tant le directeur général que Gorton joueront des rôles clés et dirigeront le nouveau départ.

« Ce sera une équipe à deux »

Le directeur général sera toutefois la personne responsable des décisions finales. Molson veut également instaurer une plus grande diversité au sein de son état-major.

La nouvelle équipe de direction sera responsable d’évaluer notre équipe actuelle et de voir comment on peut s’améliorer dans l’avenir, a-t-il dit. Nous voulons établir de nouveaux standards d’excellence au niveau des opérations hockey et améliorer la façon dont nous gérons l’équipe sur la patinoire et à l’extérieur. Cela inclut plusieurs améliorations organisationnelles très importantes. Nous voulons être meilleurs au repêchage, dans le développement de nos joueurs et dans leur soutien pour qu’ils aient du succès dans notre marché.

Une structure unique pour un marché unique!

Mieux repêcher

Sans dénigrer le travail de Trevor Timmins, Molson s’attend toutefois à mieux de la part de celui qui lui succédera comme responsable du recrutement.

Depuis 2003, Trevor a dédié tous ses efforts au Canadien de Montréal. Il a eu des bons coups et des moins bons et je l’apprécie beaucoup. C’est un ami aussi.

Mais pour le nouveau départ, c’était très important pour moi de prendre cette décision. Depuis mon arrivée, dans les 10 dernières années, nous avons eu trois choix dans le top 10. Deux de ces choix étaient numéro 3 [Alex Galchenyuk en 2012 et Jesperi Kotkaniemi en 2018, NDLR ]. En 2021, il n’y a pas un joueur de ce top 3 qui est dans notre équipe. Dans cette ligue, avec le cap salarial et l’importance de développer des joueurs, c’est essentiel de réussir avec ce type de choix, a indiqué Molson.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !