•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Choc potentiel entre l’Italie et le Portugal dans les barrages pour le Mondial

Il fait la moue sur le terrain.

Cristiano Ronaldo

Photo : Associated Press / Darko Bandic

Agence France-Presse

Les deux derniers gagnants de l'Euro, l'Italie et le Portugal, ont été versés vendredi dans la même « voie » des barrages du Mondial et seront contraints de s'affronter, fin mars, pour la qualification si les deux équipes franchissent leur demi-finale.

Lors du tirage effectué vendredi à Zurich, le pire scénario s'est dessiné pour la Nazionale et la Seleçao, qui défieront respectivement la Macédoine du Nord et la Turquie en demi-finales des barrages, avant une possible confrontation de haut vol entre les deux mastodontes européens dans une alléchante finale.

Têtes de série à ce tirage, faute d'avoir pu décrocher leur billet comme premier de groupe lors des qualifications, Italiens et Portugais avaient la garantie d'être les hôtes des demi-finales de ces barrages. Mais ils espéraient éviter d'avoir à se croiser.

Conséquence du tirage : l'un des deux derniers champions d'Europe passera à la trappe d'ici la Coupe du monde dans un an au Qatar (21 novembre-18 décembre), voire peut-être les deux tant le format choisi s'annonce périlleux et interdit la moindre défaite : les 12 pays doivent s'affronter sous la forme de trois minitournois à quatre disputés sur matchs sans lendemain, avec deux demi-finales puis une finale.

Le Portugal a néanmoins hérité d'un léger avantage par rapport à l'Italie, car si l'équipe de Cristiano Ronaldo franchit l'obstacle turc, elle aura l'avantage de recevoir son adversaire en finale de la voie C des barrages.

Cela promet des duels sous haute tension parce que la Nazionale ressasse aujourd'hui le traumatisme d'il y a quatre ans, quand la Suède lui avait barré la route de la Coupe du monde en Russie dans des barrages joués alors sous un autre format, en duels aller-retour (1-0, 0-0).

Et le Portugal peut aussi trembler, même si la Seleçao a l'expérience de ces rendez-vous sur un fil, s'étant qualifiée en 2010 et en 2014 par ce moyen-là.

Dans la voie B, on pourrait assister à un joli duel de vedettes européennes entre la Pologne de Robert Lewandowski et la Suède de Zlatan Ibrahimovic. Les Polonais devront négocier une demi-finale en Russie, avant d'éventuellement recevoir les Suédois, qui accueilleront auparavant la République tchèque de Patrik Schick.

Enfin, dans la voie A, l'Écosse recevra l'Ukraine en demi-finales et le vainqueur de cette confrontation ira défier le pays de Galles de Gareth Bale ou l'Autriche de David Alaba.

En zone Europe, outre ces trois billets attribués grâce aux barrages, 10 places ont déjà trouvé preneurs, avec notamment la qualification de la France, championne du monde en titre, de l'Allemagne ou de l'Espagne.

Des barrages intercontinentaux à la faveur du Canada

Parallèlement, le tirage des barrages intercontinentaux a été effectué vendredi et les pays en lice dans les qualifications de la CONCACAF ont été favorisés.

Les qualifications de la CONCACAF attribueront des billets pour le Qatar aux trois premiers du classement après 14 matchs.

Le 4e, échelon actuellement occupé par le Panama (14 pts), devra se soumettre à un barrage intercontinental pour obtenir sa place à la Coupe du monde. Le Canada (16 points) est au 1er rang des qualifications après 7 matchs, devant les États-Unis (15 pts) et le Mexique (15 pts), avec un bon écart avec le 5e au classement, le Costa Rica (9 points).

Au tirage au sort, la CONCACAF affrontera un pays issu de la zone Océanie. La Nouvelle-Zélande, 110e à la FIFA, est la grande favorite pour gagner les barrages de l'OFC, mais est bien plus loin au classement mondial que tous les pays prenant part aux qualifications de la CONCACAF.

L'autre barrage intercontinental mettra aux prises un pays de l'Amérique du Sud contre un pays de l'Asie, deux zones nettement plus coriaces dans le soccer mondial que l'Océanie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !