•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cadeau de retour de Jake Allen : freiner Alex Ovechkin

Vue de haut d'un gardien en rouge dans son demi-cercle

Jake Allen

Photo : Getty Images / Francois Lacasse

Aussi évidentes soient-elles parfois, certaines phrases méritent d’être dites malgré tout. Celle-ci, par exemple, de Dominique Ducharme à propos d’Alexander Ovechkin.

C’est un tireur d’élite. Ça ne prend pas de recherches universitaires pour savoir ça, a lancé l’entraîneur du Canadien mardi midi.

Pour savoir qu’il marque beaucoup de buts, pas besoin d’études poussées en effet. Pour découvrir une recette infaillible pour le contrer? Jake Allen a tendance à croire qu’un certain niveau scolaire est requis ici.

Si quelqu’un a compris comment faire ça, il a sûrement un prix Nobel, a laissé tomber le gardien.

S’il a été abondamment question du numéro 8 des Capitals après l’entraînement, c’est parce que le CH a mis le cap sur Washington pour y disputer le premier d’une série de trois matchs en quatre soirs à l’étranger qui commence mercredi.

Ovechkin terrorise tous les gardiens sur son passage cette saison et totalise déjà 15 buts en 19 matchs. Il a doublé Marcel Dionne et Brett Hull depuis le début de l’année et se trouve maintenant au 4e rang des buteurs de l’histoire de la LNH avec 745 réussites. On entend d’ici Jaromir Jagr (766) et sa troisième place sur le podium frissonner.

En toutes circonstances, c’est une tâche ingrate de l’arrêter. Encore plus lorsqu’un gardien revient au jeu après une blessure et une pause forcée.

Ce sera le cas d’Allen. Le portier renversé à toute allure par Dylan Larkin le 13 novembre a reçu le feu vert des médecins mardi. Ducharme a confirmé qu’il sera à son poste. Joli cadeau de bienvenue que celui-là.

Le gardien du CH présente d’excellentes statistiques contre les Capitals dans sa carrière avec une fiche positive (3-2-0), une moyenne de 2,28 et un taux d'efficacité de ,922. Il s’est même déjà permis un blanchissage contre les troupiers de la capitale américaine.

Ovechkin l’a déjoué deux fois en cinq rencontres, un rythme malgré tout inférieur au standard du Russe qui enfile l’aiguille 0,61 fois par match en moyenne depuis le début de sa carrière.

Il observe un coéquipier avant une mise au jeu.

Le capitaine des Capitals a 30 points en 19 matchs cette saison.

Photo : Getty Images / Kevin Hoffman

Voici ce qui le rend si dangereux, foi d’Allen.

Ils ont plusieurs menaces sur leur avantage numérique et c’est pourquoi si tu fais juste t’occuper de lui, ils peuvent te battre de différentes façons. C’est un tireur pur. Il tire aussi fort qu’il peut. C’est le plus puissant lancer à la réception de la ligue avec celui de Patrik Laine. Par moments, quand il lance, la rondelle va courber ou va tomber rapidement. Il y a un petit quelque chose de particulier sur ses rondelles que les autres gars n’ont pas, a expliqué le gardien.

La tâche de ralentir cette force de la nature toujours aussi dominante reviendra également au trio de Jake Evans, de Brendan Gallagher et d'Artturi Lehkonen. Lentement, mais sûrement, Ducharme privilégie cette combinaison pour se mesurer aux meilleurs éléments adverses, même s’il répète souvent ne pas tenir compte des confrontations dans l’élaboration de son plan de match, une affirmation de plus en plus contredite par ses récentes décisions.

Dans son affrontement face à Sidney Crosby, une catastrophe collective, le trio d’Evans s'en était bien tiré et avait maîtrisé 75 % des tentatives de tir, bien que le capitaine des Penguins ait trouvé le moyen d’enfiler son premier but sur un revirement causé par le jeune centre du Canadien.

Mercredi soir, Evans risque de voir pas mal la légende russe en face de lui.

« J’aime ces occasions. On a fait un bon travail en général, je trouve. Ce sont des joueurs talentueux et ils sont prêts à sauter sur chaque petite erreur. Tu dois jouer intelligemment et je pense que j’ai fait un bon travail. »

— Une citation de  Jake Evans, attaquant du Canadien

En général, il réagit bien, a corroboré Ducharme.

Ce sera donc aux deux Jake de freiner Ovechkin. Les défenseurs, évidemment, ne seront pas en reste.

J’ai déjà mangé une couple de ses lancers sur réception qui sont plus ou moins plaisants, s’est souvenu David Savard. Ça fait partie de ma job. Souvent en avantage numérique, il s’en donne à cœur joie. On va essayer de les éliminer le plus possible. Moins on en a à bloquer, plus c’est le fun pour nous.

C’est un euphémisme.

La bonne décision

Allen est revenu sur les circonstances de sa collision avec Dylan Larkin, des Red Wings. Le gardien du CH a raté les quatre derniers matchs de l’équipe en raison d’une commotion cérébrale à la suite de ce choc particulièrement violent.

Le portier du Nouveau-Brunswick a d’abord estimé qu’il s’agissait bien d’un accident et qu’à sa place, j’aurais fait la même chose, soit couper au filet à toute vitesse.

Il a aussi tenté de demeurer dans le match, mais l’un des observateurs de la LNH dissimulés dans l’amphithéâtre l’a contraint à suivre le protocole des commotions cérébrales.

C’était certainement la bonne chose à faire, a admis Allen.

Le jeu allait vite. Je me suis fait renverser. Je me sentais bien, je me suis relevé rapidement. J’ai déjà été dans cette situation. Je me suis fait frapper et je pense avoir été le premier gardien à se faire retirer d’un match à partir du moment où le protocole a été implanté quand j’étais avec les Blues. Je me sentais bien et je savais que si je restais couché sur la glace, ils allaient me sortir du match. Un observateur a parlé à l’arbitre pour lui dire que je devais passer par le protocole. Je me sentais bien sur le coup. Mais en faisant les tests, on a vu que quelques trucs n’allaient pas et je ne pouvais donc pas y retourner, a-t-il détaillé.

La compréhension d’Allen tranchait avec une certaine résistance que l’on a longtemps détectée dans la LNH à propos des commotions.

Quant au protocole, les joueurs comprennent que ça fait partie du jeu et qu’ils le font pour les bonnes raisons, a assuré Allen.

Quelques symptômes, mineurs, a-t-il précisé, l’ont dérangé les jours suivants, mais l’ont quitté rapidement. Depuis quelques jours, tous les signaux sont au vert.

En rafale

Carey Price poursuit sa rééducation en gymnase. Certains jours, le gardien vedette progresse rapidement, selon Ducharme, tandis que d’autres, le processus est un peu plus long. Il faudra s’armer de patience.

Surprise à l’entraînement : le bon Brett Kulak a amorcé les exercices du jour avant de quitter la séance en plein milieu, visiblement blessé, au bas du corps, apprendra-t-on plus tard. Lundi, Ducharme disait s’attendre à ce qu’il soit à son poste à Washington, mais l’arrière albertain ne fera finalement même pas le voyage et ratera donc, au moins, les trois prochains matchs.

Cédric Paquette s’approche d’un retour au jeu, ce qui ne veut pas dire que le poste de Ryan Poehling soit menacé. L’entraîneur a laissé entendre que le Québécois était en mesure de jouer à l’aile et que Poehling conservera probablement le rôle de quatrième centre advenant son retour.

Alex Ovechkin fracassera-t-il le record de buts de Wayne Gretzky? Maintenant à 150 longueurs de l’objectif, la question sera de plus en plus d’actualité. Elle a été posée à Ducharme.

Il a assurément une chance en tout cas. Je pense que c’est un record que peu de gens pensaient qui serait un jour menacé. De voir qu’il reste encore constant dans sa façon de marquer des buts. Et le rythme qu’il a encore à son âge. C’est dur de gager contre lui. Il semble avoir ça comme objectif. Il est compétitif. Il va donner une bonne course pour se rendre jusque-là. Est-ce qu’il va s’y rendre? Il y a tellement de choses qui peuvent se passer. Il a quand même pas mal de matchs à jouer pour se rendre là. Les blessures, les choses comme ça peuvent avoir un impact. C’est certainement un record qu’on croyait intouchable qui pourrait peut-être tomber. C’est assez formidable de voir qu’un joueur peut défier ce record-là.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !