•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marie-Eve Dicaire reçoit le prix Maurice-Richard

La boxeuse, un bouquet de fleurs dans une main et une médaille dans l'autre, sourit pour la photo.

Marie-Eve Dicaire, en compagnie de Martin Gélinas et de Marie-Anne Alepin de la Société Saint-Jean-Baptiste

Photo : Radio-Canada / Jacques Poitras

Radio-Canada

À moins d’un mois de son prochain combat, Marie-Eve Dicaire ne pouvait pas espérer meilleure motivation.

La boxeuse québécoise a reçu le prix Maurice-Richard, remis par la Société Saint-Jean-Baptiste, lundi.

La distinction célèbre l’excellence sportive d’athlètes québécois. Elle a notamment été remise à Mario Lemieux, Serge Savard, Sylvie Fréchette et Bruny Surin.

Dicaire a reçu ce prix au Gym Sherbatov, où elle s’entraîne en vue de son affrontement contre la Mexicaine Cynthia Lozano le 17 décembre.

À trois ou quatre semaines, c’est là que le volume d’entraînement augmente, c’est là que les sacrifices sont plus grands, a expliqué Dicaire au micro de Radio-Canada Sports. C’était le moteur dont j’avais besoin, c’est vraiment une très belle distinction.

Pour moi c’est presque impossible, a reconnu Dicaire. J’ai peine à y croire. Maurice Richard, on m’a tellement raconté son histoire, son désir de vaincre, c’est un héros. Mais voir la liste de noms des grands athlètes qui ont reçu ce prix, j’ai peine à croire que je fais partie de cette liste.

En fait, Dicaire avait déjà remporté le prix Maurice-Richard avant la pandémie. Son choix s’imposait, selon la présidente de la Société Saint-Jean-Baptiste, Marie-Anne Alepin. Ça a été unanime, juste avant la pandémie, [le comité de sélection] était d’accord pour sa nomination.

On remet ce prix à quelqu’un qui se dépasse dans son domaine, mais ce n’est pas juste pour son expertise. C’est quelqu’un qui est très près de son public, c’est un modèle pour les Québécoises et Québécois.

Pour moi, c’est énorme. Quand j’ai fait mes débuts professionnels, il n’y avait pas de femmes qui boxaient [ici] vraiment, a rappelé Marie-Eve Dicaire. J’ai su m’entourer d’une équipe qui croyait en moi. On a brisé toutes les barrières. Recevoir un prix comme celui-ci, ça prouve qu’on fait une différence dans la société. Toutes les petites filles qui nous regardent, elles peuvent rêver d’avoir une carrière dans le sport professionnel.

Avec les informations de Jean-François Chabot

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !