•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laurent Dubreuil amorce sa saison avec le bronze au 500 m

L'air confiant, il effectue un virage.

Laurent Dubreuil

Photo : dave holland/canadian sport institute calgary / Dave Holland / Patinage de vitesse Canada

Radio-Canada

Laurent Dubreuil a confirmé sa belle forme de l’automne avec le 3e rang au 500 m de la Coupe du monde de Tomaszow Mazowicki, en Pologne, vendredi, à la première étape de la saison de patinage de vitesse sur longue piste.

Le Québécois a inscrit un temps de 34,687 s, à 42 centièmes du Chinois Gao Tingyu (34,265), grand gagnant de l’épreuve après un départ canon qui a mystifié tous ses rivaux.

C'est impensable comme temps. C'est la première course de l'année, on le sait qu'il est bon, qu'il faut combler l'écart. Mon but, ce n'est pas de me faire battre par Gao les huit courses des Coupes du monde. Mon but, c'est que ça change, a indiqué Laurent Dubreuil.

Je suis content d'être sur le podium à ma première course de l'année. Ce n'était pas une course parfaite. Il y a plusieurs trucs que j'aurais aimé mieux faire et que je vais essayer de mieux faire dimanche. Mais je ne suis pas un assez bon patineur pour être déçu d'une médaille de bronze, a poursuivi le Québécois, champion du monde en titre de la distance, en conférence de presse depuis la Pologne.

Le Japonais Tatsuya Shinhama (34,546), qui courait aux côtés du Canadien, a fini 2e. Quatre athlètes de l’Asie se sont classés parmi les cinq premiers, eux qui n'étaient d'ailleurs pas présents lors des derniers mondiaux.

Je savais que l'an dernier, j'ai gagné les Championnats du monde sans certains de mes grands rivaux. Tu peux juste battre les gars devant toi. Mais c'est sûr que quand les gars sont là, ça tire le plateau vers le haut. Il y en avait quatre dans le top 5, mais il y a beaucoup d'Asiatiques dans le top 20. C'est sûr que ça nous fait sortir nos performances, a-t-il insisté. Comme compétiteur, j'aime ça, j'aime mieux gagner moins de médailles et savoir que j'ai battu les meilleurs au monde, que savoir qu'ils sont restés chez eux. J'aime ça quand le plateau est fort. C'est ça qui m'allume dans le sport.

Selon Laurent Dubreuil, les 20 patineurs qui forment l'élite de la discipline sont le groupe A le plus fort dans lequel il patine depuis son arrivée dans le circuit de la Coupe du monde en 2012.

À chaque course, tu vois trois gars qui gagnent des médailles et tu te dis qu'ils sont plus forts que les autres, et la course d'après, ce sont trois gars différents sur le podium. Tout peut arriver, c'est parce qu'il y a de la profondeur. Le 500 m, c'est la distance qui s'est le plus améliorée depuis que je suis sur le circuit, a-t-il ajouté.

Les autres Canadiens en lice, Gilmore Junio et Alex Boisvert-Lacroix, ont respectivement conclu 16e et 17e.

Pour moi, ce n'était pas une mauvaise course, c'était une bonne course, a souligné Alex Boisvert-Lacroix. J'ai pris la 17e position, mais c'est ça que j'avais dans les jambes aujourd'hui (vendredi). Je n'ai pas fait de grosses erreurs. De façon générale, je suis satisfait. Le plateau est vraiment fort sur 500 m présentement.

Le détenteur du record du monde de la distance, le Russe Pavel Kulizhnikov, qui domine le 500 m depuis des années, a fini bon dernier du groupe A, en 20e place.

Je ne sais pas ce qu'il s'est passé. Je suis aussi surpris que vous tous, a lancé Dubreuil. C'est presque impossible à imaginer qu'un patineur de ce calibre finisse dernier. Ça fait sept ans qu'il domine complètement le circuit et là, il n'avance pas du tout. C'est bizarre.

Au 500 m féminin, l’Américaine Erin Jackson a triomphé avec un chrono de 37,613 s, un record de piste. L’ancienne détentrice de cette marque, la Japonaise Nao Kodaira (37,744), championne olympique, a pris le 2e rang avec 13 centièmes de seconde de retard.

La Russe Olga Fatkulina (38,072) s’est emparée de la 3e place.

Jackson, multiple championne du monde en patin à roues alignées, inscrivait ainsi son premier succès sur glace en Coupe du monde. Elle a commencé le patinage de vitesse sur longue piste à l’âge de 25 ans, il y a quatre ans à peine.

Heather McLean (38,580) a été la meilleure Canadienne avec une 14e place, à près d’une seconde de la tête. Brooklyn McDougall et Marsha Hudey ont terminé aux 17e et 19e rangs.

Bloemen décroche l'argent

Au 5000 m, Ted-Jan Bloemen a donné une autre médaille au Canada. Le détenteur du record du monde sur cette distance a stoppé le chronomètre à 6:20,941 pour s’emparer de l’argent.

Je savais que j'étais dans une bonne forme, alors j'avais hâte à cette Coupe du monde qui marque un retour à la normale. La bulle dans laquelle on a compétitionné l'an dernier était bizarre. Il manquait la moitié des athlètes. J'avais déjà bien patiné en début de saison, mais il demeurait le point d'interrogation des autres athlètes. Et c'était plaisant de savoir que j'étais de niveau, a déclaré Bloemen.

Seul le Suédois Nils van der Poel a été plus rapide que le médaillé d’argent des Jeux de Pyeongchang. Champion du monde aux 5000 et 10 000 m l’hiver dernier, le patineur de 25 ans a fracassé le record de piste en 6:15,562, retranchant près de quatre secondes à la précédente marque appartenant au Néerlandais Patrick Roest.

Incidemment, Roest (6:21,033) a terminé 3e de ce 5000 m.

Les autres Canadiens en lice, Graeme Fish et Jordan Belchos, ont respectivement terminé aux 12e et 16e rangs.

Une médaille aussi pour Weidemann

Isabelle Weidemann a également commencé sa saison du bon pied. La Canadienne s’est classée 2e au 3000 m.

L’athlète d’Ottawa a inscrit un record de piste en arrêtant le chronomètre à 4:05,255.

La Néerlandaise Irene Schouten lui a toutefois ravi cette marque peu après avec un temps fulgurant de 4:04,009. Cela lui a valu la médaille d’or. Le bronze est allé à l'Italienne Francesca Lollobrigida (4:06,528).

C'est un bon départ à la saison, mais je ne veux pas trop y penser parce que c'est une longue saison. J'ai hâte aux essais olympiques, en décembre, parce que c'est vraiment là que les choses vont décoller, a dit Isabelle Weidemann.

Les autres Canadiennes en action, Ivanie Blondin (4:08,080) et Valérie Maltais (4:13,143), ont fini 8e et 12e.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !