•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le DG des Blackhawks démissionne dans la foulée d’une enquête

Un homme en complet devant un fond rouge.

Stan Bowman était directeur général des Blackhawks de Chicago depuis 2009.

Photo : La Presse canadienne / Amr Alfiky

Radio-Canada

Le directeur général des Blackhawks de Chicago, Stan Bowman, a remis sa démission, a annoncé la haute direction de l’équipe, mardi, après la publication des résultats de l’enquête portant sur des allégations d’agression sexuelle commise sur deux joueurs qui visent un ancien entraîneur adjoint.

L'équipe a mandaté la firme Jenner & Block pour mener une enquête indépendante à la suite du dépôt de deux poursuites la visant : l'une alléguant une agression sexuelle commise par Bradley Aldrich, alors spécialiste de la vidéo, lors du parcours de l'équipe vers la Coupe Stanley en 2010; l'autre, d'un ancien étudiant d'Aldrich, pour laquelle il a été reconnu coupable d'agression au Michigan.

L'enquête, qui s'appuie sur le témoignage de 139 témoins, révèle que Bowman et le groupe qui dirigeaient les opérations hockey en 2010 n'ont pas répondu promptement après avoir été informés des allégations du premier joueur visant Aldrich.

Tous les cadres du département des opérations hockey qui étaient en poste cette année-là ne font d'ailleurs plus partie de l’organisation, ont annoncé les Blackhawks. Al MacIsaac, vice-président de ce département, est aussi du nombre.

Bowman, MacIsaac, l'ancien président John McDonough, l'ancien adjoint de Bowman Kevin Cheveldayoff (maintenant DG des Jets de Winnipeg), l'ancien entraîneur-chef Joel Quenneville (maintenant à la barre des Panthers de la Floride) et le responsable de la préparation mentale Jim Gary ont bel et bien discuté des allégations visant Bradley Aldrich au printemps 2010, conclut l'ancien procureur fédéral Reid Schar, responsable de l'enquête, mais il ne s'est rien passé pendant trois semaines, peut-on lire dans un rapport que le chef de la direction de l'équipe, Danny Wirtz, qualifie de troublant.

À noter que le nom de Marc Bergevin, qui était le directeur du développement des joueurs des Blackhawks à l’époque, n’apparaît nulle part dans le rapport. Le Canadien a confirmé que son directeur général avait participé à l’enquête.

Dans un communiqué officiel, Stan Bowman a essentiellement mis la faute sur son ancien patron de l’époque, John McDonough.

Il y a 11 ans, alors que j'en étais à ma première année comme directeur général, j’ai été mis au courant de potentiels comportements inappropriés de la part de notre instructeur vidéo envers un joueur. J’en ai informé promptement le président et chef de la direction de l’époque, qui s’est engagé à s’occuper de cette situation. J’ai appris cette année que les allégations d’inconduite sexuelle étaient sérieuses. Je m’en étais remis à mon supérieur pour gérer cette situation. Rétrospectivement, sachant qu’il ne s’en est pas occupé, je regrette avoir tenu pour acquis qu’il le ferait, peut-on notamment y lire.

Stan Bowman était le directeur général des Hawks depuis 2009. Il les a conduits à trois Coupes Stanley : en 2010, en 2013 et en 2015. Kyle Davidson le remplacera de façon intérimaire.

USA Hockey a annoncé que Bowman a également quitté ses fonctions de directeur général pour l'équipe olympique masculine des États-Unis aux Jeux de Pékin. Son remplacement sera annoncé dans un avenir rapproché.

Bradley Aldrich a quitté l'organisation des Blackhawks à l'issue de la saison 2010. Il a ensuite travaillé dans une école secondaire du Michigan, où un deuxième joueur allègue avoir été victime d'agression sexuelle de sa part.

Une lourde amende

Par ailleurs, la Ligue nationale de hockey (LNH) a annoncé que les Blackhawks ont été condamnés à une amende de 2 millions de dollars pour les procédures internes inadéquates de l'organisation de même que la réponse insuffisante et tardive dans le traitement des questions liées à l'emploi de Bradley Aldrich.

De plus, nous devons déterminer si l'imposition de mesures disciplinaires de la part de la ligue serait appropriée pour les hauts dirigeants de l'équipe à l'époque, qui sont précisément mentionnés dans le rapport. Quatre de ces personnes, John McDonough et Jay Blunk et, à ce jour, Stan Bowman et Al MacIsaac, ne sont plus employées par les Blackhawks de Chicago ou par la ligue. S'ils souhaitent réintégrer la ligue, j'exigerai une rencontre avec moi avant d'accepter tout poste lié à un club de la LNH afin de déterminer les conditions appropriées dans lesquelles un tel scénario pourrait se concrétiser, a déclaré le commissaire Gary Bettman.

En ce qui concerne MM. Cheveldayoff et Quenneville, qui sont actuellement employés par, respectivement, les Jets de Winnipeg et les Panthers de la Floride, je prévois organiser des réunions personnelles dans un proche avenir avec ces deux personnes pour discuter de leurs rôles. Je réserverai mon jugement à leur égard sur les prochaines étapes, le cas échéant, a-t-il poursuivi.

Les Blackhawks repentants

Il est clair que l'organisation et ses dirigeants à l'époque n'étaient pas à la hauteur de nos propres normes ou valeurs dans la gestion de ces incidents inquiétants, peut-on lire dans un communiqué des Blackhawks dans lequel ces derniers présentent leurs excuses aux partisans, aux partenaires ainsi qu'aux commanditaires de l'équipe. Nous regrettons profondément le préjudice causé aux personnes touchées et l'absence de réponse rapide. En tant qu'organisation, nous présentons nos plus sincères excuses aux personnes qui ont souffert de ces expériences. Nous devons faire mieux.

Depuis 2010, nous avons mis en œuvre de nombreux changements positifs dans l'ensemble de notre organisation, en particulier au cours de la dernière année, notamment une définition plus claire de la structure organisationnelle ainsi que l'embauche de nouveau personnel qui démontre nos valeurs et apporte une meilleure expertise en matière de conformité, de ressources humaines, de santé mentale et de bien-être, lit-on aussi.

L'ensemble de l'organisation des Blackhawks participe à des formations annuelles obligatoires contre le harcèlement et la discrimination.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey
Avec les informations de Associated Press

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.