•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soir de première pour les Québécoises de l’équipe canadienne

Avec deux coéquipières, elles montrent leur médaille d'or.

Évelyne Viens (deuxième à partir de la gauche) et Vanessa Gilles (à droite) joueront devant leurs partisans locaux, samedi et mardi.

Photo : Getty Images / Naomi Baker

Christine Roger

Ce n’est certainement pas le froid et la pluie qui risquent de freiner l’enthousiasme de Gabrielle Carle, Vanessa Gilles et Évelyne Viens. Pour la première fois de leur carrière, elles revêtiront le maillot canadien chez elles, en sol québécois. Un rêve qui devient réalité. 

C’est la première fois que je joue au Québec, et l’équipe n’a pas joué ici depuis la Coupe du monde en 2015. Il y aura beaucoup d'émotions. Revenir avec une médaille d’or, voir les partisans, nos familles, nos amis… Ça fait vraiment plaisir d’être ici, assure Vanessa Gilles, qui évolue pour le FC Girondins de Bordeaux. 

Après un match disputé samedi à Ottawa, la tournée de célébration des championnes olympiques se poursuit donc mardi, à Montréal, contre la Nouvelle-Zélande. 

L’accueil reçu samedi dernier à la place TD, à Ottawa, a été phénoménal. Même si les conditions météorologiques pourraient venir quelque peu gâcher la fête à Montréal, les joueuses de l’équipe canadienne s’attendent à une expérience aussi mémorable. 

Ce sera une ambiance de fou, affirme Vanessa Gilles. Déjà, le stade est incroyable. L’Impact, ou le CF Montréal maintenant, est un club historique pour le Canada. Je sais que les partisans aiment le foot et je pense qu’ils ont très hâte à ce match. Nous avons très hâte de voir cette ambiance et de jouer sur un terrain magnifique.

Avec des médailles de bronze obtenues aux Jeux olympiques de Rio et de Londres, la sélection canadienne était déjà l’une des meilleures nations en soccer féminin. Cette médaille d’or vient cependant changer la donne.

Je pense qu’avec la médaille d’or, on nous voit un peu différemment, reconnaît Gilles. Nous avons le respect que nous méritions depuis longtemps et nous le voyons bien avec trois joueuses candidates au ballon d’or. 

C’est vraiment une belle vitrine. Les partisans sont là pour nous, ils viennent nous encourager et ils sont fiers de nous. Nous le réalisons plus maintenant que nous sommes revenues au Canada. De jouer à Montréal, c’est une chance unique pour une Québécoise, et j’ai vraiment hâte de voir ce que ça va donner, ajoute Évelyne Viens. 

Bandeau consultez Tellement soccer

À la veille de ce deuxième match en quelques jours contre la Nouvelle-Zélande, l’entraîneuse Bev Priestman a indiqué qu'elle allait effectuer une rotation dans son effectif afin de permettre à un maximum de joueuses d’obtenir du temps de jeu. Il ne serait donc pas surprenant qu’elle choisisse d’offrir une certaine visibilité aux Québécoises.

Bien qu’il s’agisse avant tout d’une tournée de célébration, Priestman est déjà tournée vers l'avenir alors que la prochaine Coupe du monde aura lieu en 2023.

Même si aucune joueuse membre de l’équipe championne olympique n’a encore annoncé sa retraite, certaines en sont assurément à leurs derniers moments avec la sélection nationale. 

Christine Sinclair, qui est âgée de 38 ans, n’a toujours pas précisé si elle prévoyait participer à la Coupe du monde 2023 et aux Jeux olympiques de Paris, en 2024. Il pourrait aussi y avoir du changement au cours des prochaines années devant le filet puisque Stephanie Labbé est âgée de 35 ans et Erin McLeod, de 38 ans. 

C’est une célébration, mais nous sommes aussi tournées vers l'avenir. Nous avons des joueuses plus jeunes qui ont beaucoup d’expérience, comme Kadeisha Buchanan et Ashley Lawrence. Elles ont beaucoup d’expérience et sont de vraies meneuses, alors si les vétéranes décident de prendre leur retraite, je pense que nous sommes entre de bonnes mains, souligne Évelyne Viens, attaquante du Gotham FC, dans la National Women's Soccer League (NWSL).

En attendant que la passation du flambeau se fasse, Évelyne Viens compte profiter pleinement de ce moment à Montréal. 

Lorsqu’elle a foulé la pelouse du stade Saputo pour la première fois, lundi, elle s’est vue, un jour, évoluer pour un club de soccer professionnel montréalais.

Quand je suis sortie de l’autobus, j’y ai pensé. Ce serait un rêve, et j’espère que ça va se réaliser dans le futur.

Le coup d'envoi de ce match est prévu pour 19 h 30, mardi, au stade Saputo.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !