•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À près de 100 jours des JO, la Chine resserre les mesures sanitaires

Deux gardes de sécurité masqués sont assis dans des gradins vides.

Des gardes de sécurité lors d'une compétition de patinage artistique

Photo : afp via getty images / WANG ZHAO

Agence France-Presse

Des dizaines de milliers de Chinois étaient confinés à domicile, lundi, à la suite d'un regain épidémique très limité dans le nord du pays, les autorités étant sur les dents à un peu plus de 100 jours des Jeux olympiques (JO) d'hiver à Pékin.

Le pays où la COVID-19 a fait son apparition il y a bientôt deux ans a fait état lundi de 39 nouveaux cas, dont la majorité sont liés aux déplacements d'un groupe de touristes contaminés.

Si les chiffres peuvent paraître dérisoires par rapport à ceux qui sont enregistrés quotidiennement dans d'autres parties du monde, ils poussent le pouvoir à redoubler de vigilance alors que la Chine s'apprête à accueillir les JO d'hiver du 4 au 20 février 2022.

Le régime du président Xi Jinping est déterminé à réussir l'organisation des Jeux sans laisser le virus débarquer à Pékin. Or la capitale elle-même compte près d'une quinzaine de cas depuis une semaine.

Résultat : le marathon de Pékin a été reporté de manière à prévenir le risque de transmission épidémique, selon les organisateurs. Quelque 30 000 coureurs devaient y prendre part dimanche prochain.

La municipalité a demandé aux résidents d'éviter les voyages non essentiels en dehors de la capitale, ainsi que les rassemblements à grande échelle.

Toute personne arrivant à Pékin en provenance d'une région où des cas de COVID-19 sont recensés doit par ailleurs présenter un test négatif, ont indiqué les autorités.

Quelque 23 000 habitants d'un quartier de la grande banlieue nord de la capitale ont reçu l'ordre de rester chez eux après le dépistage de neuf cas, selon la presse locale.

Une équipe de désinfection dans un cinéma de Pékin

Une équipe de désinfection dans un cinéma de Pékin

Photo : afp via getty images / GREG BAKER

Sur des photos, on peut voir des fonctionnaires en combinaison intégrale monter la garde aux entrées d'immeubles et les accès à la résidence bloqués par des barrières métalliques.

L'accès aux cinémas, aux parcs, aux musées et à d'autres lieux fermés a été limité à 75 % de la jauge normale.

Un récent foyer épidémique ayant éclaté en Mongolie intérieure (nord de la Chine) est à l'origine de plus d'une centaine de contaminations dans l'ensemble du pays depuis la semaine dernière.

Les autorités, qui pratiquent une politique de tolérance zéro à l'égard du virus, ont lancé des campagnes de dépistage dans 11 provinces, sur la trentaine que compte le pays le plus peuplé du monde.

Le marathon de Wuhan, qui devait rassembler 26 000 participants dimanche dernier, a lui aussi été annulé au dernier moment dans cette ville du centre du pays, la première à avoir été frappée par le virus à la surface du globe.

Signe de la gravité de la situation aux yeux des autorités, la police de la capitale a annoncé lundi l'ouverture de trois enquêtes pour non-respect supposé des règles sanitaires.

Parmi les suspects : des personnes contaminées qui auraient dissimulé leur état de santé, des résidents confinés qui seraient sortis dans autorisation, ou encore des pharmaciens qui ont été accusés d'avoir remis des médicaments contre la fièvre et la toux à des clients sans le signaler aux autorités.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !