•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rouge et Or c. Carabins : l’avantage du terrain en éliminatoires à l’enjeu

Des joueurs de ligne se font face au

Depuis 2013, les Carabins et le Rouge et Or sont les finalistes de la Coupe Dunsmore.

Photo : Carabins de l'Université de Montréal / James Hajjar

Le choc opposant les Carabins de l’Université de Montréal (UdeM) au Rouge et Or de l’Université Laval dimanche après-midi au CEPSUM couronnera le champion de la saison et, surtout, offrira l’avantage du terrain en éliminatoires.

Prometteurs, mais verts, les quarts recrues Arnaud Desjardins et Jonathan Sénécal, comptant ensemble huit départs, guideront respectivement les attaques du Rouge et Or et des Carabins dans ce qui pourrait être la naissance d'une longue série d'affrontements entre eux.

Vainqueurs du premier chapitre entre les deux équipes par un maigre point à la mi-septembre au stade Telus, les Bleus se mesureront à un tout nouveau meneur offensif, Arnaud Desjardins, qui a donné un second souffle à l’attaque lavalloise après avoir pris les rênes de l’unité, au détriment de Thomas Bolduc.

Profitant d’une semaine de congé salutaire à la suite du revers de 18-17, un rarissime deuxième d’affilée pour les Rouges, la dernière fois datant de 1999, l’entraîneur-chef Glen Constantin avait opté pour un changement au poste de quart avant d’entamer la seconde portion du calendrier.

Sa troupe n’a plus baissé pavillon depuis et l’attaque a retrouvé de sa superbe avec une récolte de 16 touchés bien partagés en 3 matchs, un profond contraste avec les 6 majeurs offensifs obtenus en première moitié de campagne.

Protégé par sa ligne offensive, le quart-arrière Arnaud Desjardins effectue une passe dans un match contre le Vert & Or de l'Université de Sherbrooke.

Le quart Arnaud Desjardins (no 12) affrontera les Carabins pour une première fois à titre de partant.

Photo : Rouge et Or de l'Université Laval / Mathieu Bélanger

La saison 2021 d'Arnaud Desjardins en chiffres

Une seule passe tentée et complétée pour huit verges avant la mi-saison.


1er départ à l’Université McGill

  • Par la passe : 16 en 22 (72,7 %), 196 verges, 1 passe de touché et 1 interception
  • Au sol : 7 courses, 33 verges et 2 touchés

2e départ contre l’Université Concordia

  • Par la passe : 24 en 33 (72,7 %), 308 verges et 4 passes de touché
  • Au sol : 8 courses et 30 verges

3e départ contre l’Université de Sherbrooke

  • Par la passe : 16 en 21 (76,2 %), 188 verges, 2 passes de touché et 2 interceptions
  • Au sol : 7 courses et 23 verges

La recrue du Rouge et Or atteint constamment ses cibles depuis sa promotion et affiche un impressionnant taux de réussite (74 %) qui n’a pas son égal dans le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) depuis 2016. S’ajoutent à la précision de ses passes des habiletés athlétiques qui font de lui une double menace pour ses adversaires, aérienne et terrestre.

La dimension qu’il apporte, c’est la course. Si tu mets de la pression, veux jouer en couverture zéro et qu’il réussit à briser la pochette, tu vas courir longtemps parce qu’il a des capacités de mobilité. C’est un aspect du jeu que tu dois respecter comme entraîneur défensif, sinon ça te fera mal, a expliqué Glen Constantin, jeudi, lors de son point de presse hebdomadaire.

Le Rouge et Or a une équipe un peu bâtie comme nous, il essaie de rester équilibré entre l'attaque aérienne et l'attaque au sol [...] Arnaud est peut-être un peu plus mobile, mais leur identité offensive n'a pas changé, a déclaré l'entraîneur-chef des Carabins, Marco Iaduleca, en conférence de presse vendredi.

Le quart-arrière plonge au-dessus de plusieurs coéquipiers.

Le quart Arnaud Desjardins (no 12) a effectué au moins sept courses lors de chacun des trois matchs qu'il a amorcés cette saison.

Photo : Rouge et Or de l'Université Laval / Mathieu Bélanger

L’Université Laval s’amène dans la métropole le vent dans les voiles, le regard fixé sur la tête du classement du circuit universitaire québécois. Le CEPSUM n’a plus été l’hôte de la Coupe Dunsmore depuis 2016.

Avant que le Rouge et Or prenne sa revanche sur le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke le week-end dernier, les Carabins ont remis les pendules à l’heure avec les Stingers de l’Université Concordia, seule équipe ayant pris leur mesure cette année. 

Une rencontre disputée sous une pluie continue où le quart Jonathan Sénécal, blessé à la fin septembre, a pu reprendre le collier et chasser la rouille avant le second duel déterminant entre les grands rivaux provinciaux.

Le principal intéressé se dit parfaitement remis et fin prêt pour en découdre à nouveau avec la défense lavalloise. Sénécal est bien épaulé par le porteur de ballon Bertrand Beaulieu, premier de classe parmi ses pairs.

« Tout le monde comprend que Montréal, c’est une équipe qui a beaucoup de talent à toutes les positions. Évidemment, la position de quart-arrière, c’est l’un des plus gros morceaux de leur équipe. Et je pense qu’ils sont beaucoup plus équilibrés qu’ils l’étaient dans le passé. Ils ont un jeu au sol un peu plus élaboré, c’est souvent les mêmes jeux comme tels, mais à partir de différentes formations, d’un personnel différent. »

— Une citation de  Glen Constantin, entraîneur-chef du Rouge et Or de l'Université Laval

L'imposant demi offensif de 1,89 m (6 pi 2 po) et 103,9 kg (229 lb) n’a été tenu en échec qu’une seule fois en six matchs, le front défensif du Rouge et Or l'ayant freiné. Meneur du RSEQ par la voie terrestre, Bertrand Beaulieu n’avait amassé que 21 verges au stade Telus, puis a rebondi avec trois performances en crescendo surpassant chacune la centaine.

Une joueur en bleu court avec le ballon de football entre ses mains.

Bertrand Beaulieu domine le RSEQ avec une récolte de 543 verges au sol et pointe au 2e rang à l'échelle nationale.

Photo : Carabins de l'Université de Montréal

On a une super belle ligne offensive, des vétérans avec un peu de jeunesse là-dedans, un bon mix des deux. Bertrand a travaillé très fort depuis la saison 2019, il s'améliore de jour en jour à sa position, c'est quelqu'un qui est passionné par ce qu'il fait. Il a le physique de l'emploi et c'est un travail d'équipe, a mentionné Marco Iadeluca.

C'est comme notre version de Derrick Henry, a pour sa part plaisanté le pilote de l'Université Laval. Si tu as un front défensif physique, il n'y a pas un gars qui peut passer au travers de sept autres gars.

Desjardins et Sénécal se retrouvent

Les quarts Arnaud Desjardins et Jonathan Sénécal se croiseront pour la toute première fois au cœur de l'intense rivalité Carabins-Rouge et Or.

Avant d'accéder aux rangs universitaires, Desjardins (Spartiates du Cégep du Vieux Montréal) et Sénécal (Phénix du Collège André-Grasset) se sont rencontrés en division 1 (D1) collégiale lors des saisons 2017 et 2018, à l'avantage du nouveau venu à l'UdeM dans les deux cas.

Le quart-arrière décoche une passe.

Jonathan Sénécal a réussi 26 passes en 40 tentatives (65 %) pour 286 verges et 1 touché contre 1 interception lors de son unique match contre le Rouge et Or.

Photo : Carabins de l'Université de Montréal

D'ailleurs, ils sont les derniers joueurs par excellence de la D1, d'abord Sénécal en 2018, puis Desjardins en 2019 pendant que le quart du Collège André-Grasset soignait diverses blessures au genou gauche, dont une déchirure du ligament croisé antérieur.

« Je ne vois pas ça comme une compétition entre les deux, on joue dans des équipes totalement différentes. Les statistiques, pour moi, ça ne veut pas vraiment dire grand-chose, le but c'est de gagner. Même s'il avait de meilleures statistiques et que moi, je gagne le match, honnêtement, ce n'est que mon but. Je ne vois pas qu'il y a une grosse rivalité. »

— Une citation de  Jonathan Sénécal, quart-arrière des Carabins de l'UdeM

Tant Desjardins que Sénécal devront s'assurer que leur unité sécurise le ballon. Un seul positionnement fort avantageux en territoire adverse pourrait faire basculer la rencontre... et modifier le trajet menant à la Coupe Dunsmore.

Il faut vraiment minimiser tous les revirements, surtout contre [l'Université] Laval, ça peut nous faire mal. Cette semaine, je vais me concentrer à limiter les revirements du côté de l'attaque, assure le pivot des Carabins.

(Avec les informations de Guillaume Piedboeuf)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !