•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle saison de ski alpin, avec un protocole encore strict

Vue générale du bas de la piste de ski de Sölden en Autriche.

La piste de Sölden en Autriche

Photo : Getty Images / Michel Cottin/Agence Zoom

Agence France-Presse

La saison internationale de ski alpin reprendra devant public avec les traditionnels slaloms géants de Sölden, samedi et dimanche, et un protocole sanitaire encore strict. Un point chaud subsiste toutefois avec les pays exigeant aux entrants non vaccinés un isolement de deux semaines, comme le Canada.

L'heure est venue de rechausser les skis, mais pas encore d'oublier les tests pour la COVID-19. Coup d'envoi d'une saison tournée vers les Jeux de Pékin.

Après une année à huis clos, la station autrichienne du Tyrol renouera avec une ambiance un peu oubliée avec des milliers de spectateurs attendus en bas du glacier de Rettenbach, à plus de 3000 m d'altitude, pour saluer le retour à la compétition des vedettes du circuit.

Mais ce semblant de retour à la normale sur le grand cirque blanc s'accompagne de mesures sanitaires toujours aussi rigides afin de permettre le déroulement de cette saison préolympique.

La Fédération internationale de ski (FIS) a annoncé un protocole similaire à celui de l'hiver dernier, où aucune étape de Coupe du monde n'avait été annulée pour des raisons sanitaires, à part l'épreuve-test olympique prévue en Chine.

Un total de 22 cas de COVID-19 ont été détectés durant les 32 étapes de son circuit principal en 2020-2021, selon la FIS.

Un test PCR négatif avant l'épreuve reste ainsi obligatoire pour tous les participants, soit les skieurs, le personnel, les organisateurs, les médias, etc. La vaccination, largement répandue, n'a pas adouci cette partie du protocole. Elle évite simplement un nouveau test pendant l'événement, tous les deux ou trois jours.

Lake Louise accueillera-t-elle la crème?

Un peu plus tard cet automne, le Canada sera l'hôte de courses masculines (du 26 au 28 novembre) et féminines (du 3 au 5 décembre) à Lake Louise.

Selon le site spécialisé skiactu.ch, plusieurs têtes d'affiche suisses n'étaient pas vaccinées le mois dernier, mettant en doute leur présence en Alberta.

L'objectif est de maintenir tout le calendrier de Coupe du monde dans toutes les disciplines, a assuré un représentant de la FIS à l'AFP.

Si des régulations nationales deviennent trop restrictives pour l'entrée dans le pays d'une majorité de participants, la FIS étudierait ces dossiers au cas par cas, avec toutes les parties prenantes, a-t-il ajouté.

Les deux étapes à Lake Louise et celles prévues aux États-Unis sur les pentes de Killington (les 27 et 28 novembre), de Beaver Creek (du 3 au 5 décembre), marquent par ailleurs le retour de la tournée nord-américaine après un an d'absence.

Ces interrogations sanitaires de l'automne font écho à celles liées aux Jeux olympiques de Pékin, le grand événement de l'hiver.

Avant les Jeux d'hiver, réservés aux spectateurs résidant en Chine, les skieurs devraient toutefois retrouver quelques belles ambiances. Outre Sölden, où aucune jauge maximale n'a été fixée, mais où les spectateurs devront être vaccinés ou testés, la Suisse a annoncé le retour des amateurs, notamment dans la bouillonnante aire d'arrivée d'Adelboden au début de janvier.

Shiffrin à la poursuite de Vonn

Rappelons que le Français Alexis Pinturault, ainsi que la Slovaque Petra Vlhova remettront leur titre en jeu, après avoir chacun décroché au printemps un premier gros globe de cristal.

L'Américaine Mikaela Shiffrin veut continuer à se rapprocher du record historique de victoires en Coupe du monde. Âgée de seulement 26 ans, elle en compte 69 et n'est plus devancée que par sa compatriote Lindsey Vonn (82) et le Suédois Ingemar Stenmark (86).

C'est un grand rêve de redevenir une prétendante au classement général de la Coupe du monde, qu'elle a remporté trois fois (2017, 2018 et 2019), a confié Shiffrin à la presse.

L'étoile américaine demeure toutefois prudente. Je ne sais pas si c'est un objectif réaliste pour cette saison ou même pour plus tard, mais je travaille à rendre cela possible, pour pouvoir prétendre gagner ou monter sur le podium dans toutes les disciplines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !