•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commotions : La NFL n’utilisera plus de critères basés sur la race pour les indemnisations

Les poteaux dans la zone des buts d'un terrain de football.

Les poteaux dans la zone des buts d'un terrain de football

Photo : Getty Images / Doug Pensinger

Associated Press

La NFL accepte de laisser tomber des critères qui pénalisaient les Noirs lorsqu’il est question des indemnisations des joueurs retraités victimes de commotions cérébrales.

Une proposition d’accord en ce sens a été déposée mercredi devant la cour fédérale américaine.

En 2017, la NFL s’était entendue avec les anciens joueurs pour mettre fin à des milliers de poursuites accusant la ligue d'être au courant des effets à long terme des commotions cérébrales, mais de n'avoir rien fait pour assurer la sécurité des joueurs.

Un fonds d’indemnisation évalué à 1 milliard de dollars a été mis sur pied. En 2019, deux ex-joueurs noirs avaient déposé des poursuites au civil pour dénoncer l'utilisation de critères basés sur la race pour établir l’admissibilité aux indemnisations.

Des centaines de retraités afro-américains souffrant de démence auraient été privés, en moyenne, d’un montant de 500 000 dollars américains.

Le race-norming ou normalisation raciale consiste à ajuster les résultats aux tests cognitifs selon l’origine ethnique du répondant.

Avec cette révision, les retraités afro-américains de la NFL auront accès à leurs vrais résultats, ou ils auront la chance de subir de nouveaux tests cognitifs.

Aucune norme ou estimation démographique basée sur la race, que ce soit pour les Blancs ou les Noirs, ne sera utilisée dans le programme d’indemnisation à l’avenir, peut-on lire dans la proposition d’entente, qui doit maintenant être approuvée par un juge.

Ce document survient après des mois de négociations entre la NFL, les avocats des ex-joueurs et les avocats des joueurs noirs qui ont porté plainte.

Ces derniers estiment que les Blancs avaient deux à trois fois plus de chances de recevoir une indemnisation que les Afro-Américains.

Ce changement majeur sera probablement très coûteux pour la ligue puisque 70 % des joueurs actifs et 60 % des retraités toujours vivants sont noirs.

Jusqu’à maintenant, le fonds a versé 821 millions de dollars aux victimes de cinq types de lésions cérébrales, dont la démence, le parkinson et la sclérose latérale amyotrophique, aussi connue comme la maladie de Lou Gehrig.

Environ 2000 hommes ont fait une demande d’indemnisation en lien avec des symptômes de démence, mais seulement 30 % d’entre eux ont été acceptés. Dans certains cas, la NFL contestait les sommes offertes aux joueurs noirs si les médecins n’avaient pas appliqué la normalisation raciale. L’entente déposée en cour devrait mettre fin à cette pratique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !