•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La flamme olympique est arrivée en Chine

Deux mains portent le flambeau olympique à la vasque embrasée.

La flamme olympique a complété son voyage d'Athènes à Pékin.

Photo : Reuters / LOUIZA VRADI

Agence France-Presse

La flamme olympique est arrivée mercredi matin à Pékin, qui accueillera les Jeux olympiques d'hiver en février 2022, ont rapporté les médias d'État.

Une cérémonie s'est déroulée en cours de journée à la Tour olympique de Pékin, avant une tournée de présentation, a précisé l'agence Chine nouvelle.

Apportée par des porteurs en survêtement, la flamme olympique a été accueillie par une chorale d'enfants, puis a été transférée dans un chaudron par le chef du Parti communiste chinois, Cai Qi.

Outre un relais en ligne, le traditionnel relais de la flamme aura lieu du 2 au 4 février 2022 sur les sites de compétitions avec environ 1200 relayeurs, a indiqué le vice-président directeur du comité d'organisation, Zhang Jiandong.

Ses propos semblent sous-entendre que ce relais de trois jours sera le seul organisé dans tout le pays.

Un départ ardu

La flamme a été allumée lundi à Athènes et transmise le lendemain aux organisateurs des JO de Pékin.

La cérémonie d'allumage en Grèce a été perturbée par des activistes demandant au CIO de reporter l'événement, accusant la Chine de perpétrer un génocide contre les Ouïgours et les Tibétains.

Les manifestants ont tenté de déployer un drapeau tibétain et une banderole No Genocide Games avant d'être arrêtés par la sécurité.

Les militants des droits de la personne accusent le gouvernement chinois de répression religieuse, de torture, de stérilisations forcées et de délitement culturel à travers des campagnes de rééducation.

Après avoir d'abord nié l'existence de camps dans le Xinjiang, la Chine les a ensuite justifiés comme centres de formation professionnelle visant à réduire l'attrait de l'extrémisme islamiste.

Plusieurs appels au boycottage des athlètes et des gouvernements ont aussi été lancés.

Le président du Comité international olympique, Thomas Bach, met en avant la neutralité politique de son organisation et a déclaré que c'était aux gouvernements d'être à la hauteur de leurs responsabilités.

Victime du boycottage des Jeux de Moscou en 1980, l'ancien escrimeur a déclaré que de telles mesures ne faisaient que pénaliser les athlètes, et a insisté sur le fait que le CIO abordait la question des droits « dans le cadre de ses compétences ».

Près de 2900 athlètes de 85 pays participeront aux Jeux olympiques d'hiver de Pékin du 4 au 20 février 2022.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !