•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y aura bientôt du soccer féminin professionnel au Canada, croit Wilfried Nancy

Elles se sautent dans les bras.

Evelyne Viens (droite) célèbre un but en compagnie de ses coéquipières.

Photo : afp via getty images / GREGG NEWTON

Christine Roger

À quelques jours du début de la tournée de célébration des championnes olympiques de soccer, il n’y a toujours pas d’équipe ni de ligue professionnelle au Canada. L’entraîneur du CF Montréal Wilfried Nancy est persuadé que ce n’est qu’une question de temps avant que la situation ne change.

Lors de son embauche en janvier 2019 comme président de feu l'Impact de Montréal, Kevin Gilmore avait parlé de l’importance de créer une place au sein de l'organisation pour les filles. Plusieurs mois plus tard, on ne sait toujours pas quand et comment se concrétisera ce projet.

Lors d'un grand entretien dans le cadre de la baladiffusion Tellement Soccer, Wilfried Nancy a accepté de se prononcer sur le sujet.

Au niveau du club, ils sont en train de voir s'il va y avoir une équipe féminine, reconnaît l'entraîneur du CF Montréal. Avant, il n'y avait pas de discussions. Maintenant, il y en a. Ce n'est pas que le fait de mettre une équipe en place. Il faut aussi avoir le projet cohérent, il faut avoir les finances. Oui, ça a pris plus de temps, mais le foot ici ne date pas de 100 ans. Ce que je vois, c'est que les filles sont autant passionnées que les garçons au niveau du foot. Et je vois qu'il y a la qualité.

Si l'intérêt est bien présent pour le soccer féminin, Wilfried Nancy croit que le principal obstacle à la création d'une équipe ou d'une ligue professionnelle au Canada demeure financier.

C'est un combat, je l'avoue. La situation en Europe s'est améliorée. Il n'y avait pas beaucoup de structure, mais ce qui a fait la différence, c'est l'argent. En toute honnêteté, c'est l'argent qui a fait en sorte qu'une compétition s'est mise en place, que des outils ont été créés pour que les joueuses puissent s'exprimer, soutient le Français d'origine.

Plusieurs des plus grandes équipes de soccer, particulièrement en Europe, ont maintenant leur penchant féminin, partageant quotidiennement les mêmes installations. Il s'agit d'un modèle qui pourrait potentiellement être applicable à plusieurs villes canadiennes qui détiennent déjà une équipe professionnelle masculine.

Il y a par exemple l'Olympique Lyonnais. À Lyon, ils ont toujours été précurseurs de ce côté, mais au départ, ç'a été difficile. Il y a une évolution au niveau des mentalités, mais ça prend du temps. La grosse différence et le nerf de la guerre, c'est l'argent. Il n'y a pas assez, pour l'instant, de ressources financières pour mettre les choses en place, mais je sais qu'ici, ils y pensent, j'ai entendu des choses, affirme-t-il.

Selon Wilfried Nancy, c’est aussi une question de culture. À son arrivée à Montréal, il y a une quinzaine d’années, le soccer accusait un important retard par rapport au reste de la planète. Si le potentiel était indéniable, un manque de structure freinait le tout. Le soccer masculin a depuis connu une progression fulgurante au pays.

Les succès qui résultent de ce changement de mentalité sont nombreux. Un joueur comme Mathieu Choinière, qui est passé par l'Académie de l'Impact de Montréal pour devenir aujourd'hui un maillon important du CF Montréal, est un exemple concret. Les résultats obtenus récemment par l'équipe masculine, qui tente de se qualifier pour la Coupe du monde, font aussi réagir sur la planète football.

C'est une fierté. C'est un long processus, souligne Wilfried Nancy. Ce qui a été fait dans le passé, ça n'a pas été mal fait, c'est juste qu'il y avait des contextes différents. Aujourd'hui, l'équipe est plus jeune, ce n'est pas la même génération, ce n'est pas la même vision, ce n'est pas la même approche.

Le monde du soccer ébranlé

On a l'impression qu'un vent de changement souffle présentement aussi sur le soccer féminin. Depuis qu'un scandale a éclaté dans la NWSL, un élan de solidarité s'est déclenché un peu partout dans le monde. Si Wilfried Nancy a été choqué et attristé par les différentes histoires qui ont été révélées, il se réjouit qu'un changement de mentalité soit en train de s'opérer.

Enough, assez. Il faut parler parce que ça existe depuis longtemps. Avant, les gens ne parlaient pas par peur de réprimandes.

J'ai envie que ça avance un peu plus vite. J'ai envie que les femmes s'expriment. Je suis père de famille et j'éduque mes enfants en ce sens, ajoute-t-il.

S'il y a encore énormément de travail à faire, Wilfried Nancy croit que l'avenir est prometteur. La médaille d'or olympique, les modèles créés ailleurs dans le monde et le récent mouvement de solidarité ne font qu'offrir une visibilité supplémentaire au soccer féminin.

Ne reste plus qu'à attendre cette équipe professionnelle.

Ça va arriver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !