•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je veux laisser mon empreinte » - Wilfried Nancy

Il est accroupi sur le bord du terrain pour regarder son équipe jouer.

Wilfried Nancy est l'entraîneur-chef du CF Montréal depuis le 8 mars 2021.

Photo : Jasen Vinlove-USA TODAY Sports

Christine Roger

Ce succès, Wilfried Nancy ne l’a pas volé. Après avoir parcouru le monde, avoir quitté son pays d’origine, avoir gravi tranquillement les échelons du soccer québécois, l’entraîneur était prédestiné à devenir le pilote du CF Montréal.

Invité à participer à la baladodiffusion Tellement soccer, Wilfried Nancy s’est ouvert sur son parcours qui l’a amené jusqu’à Montréal. Né en France, il a beaucoup voyagé avec son père qui était alors dans la Marine nationale. Ce parcours aura forgé l’homme, le joueur, mais aussi l’entraîneur qu’il est devenu par la suite.

Tous les deux ans, nous changions de pays. J'ai eu la chance de découvrir d'autres cultures, d'autres pays. Aujourd'hui, ça me sert beaucoup. Je suis capable d'avoir davantage une ouverture d'esprit. Je réussis à comprendre un peu plus les gens, explique celui qui se qualifie en quelque sorte de citoyen du monde.

Après une carrière comme joueur de deuxième et troisième divisions en Europe, Wilfried Nancy est d’abord arrivé à Montréal avec comme projet d’y demeurer pendant un an. Il est finalement tombé en amour avec la Ville et n’a plus jamais fait marche arrière. 

Il n'a pris aucun raccourci. Il a été entraîneur à tous les niveaux, en passant notamment par les équipes du Québec et par le programme sport-études du Collège Français. Il faisait partie de cette équipe, avec Philippe Eullafroy et Jason Di Tullio entre autres, qui a bâti ce qui allait devenir l’Académie de l’Impact de Montréal. Il a grandi tranquillement comme entraîneur, peaufinant son style.

J'ai eu la chance de pouvoir me construire en tant qu'entraîneur. J'ai fait des essais et des erreurs. Pendant les 10 ans que j'ai passés avec le club, j'ai pu expérimenter beaucoup. J'ai mis des choses en place, j'ai clarifié ma vision, soutient l'homme de 44 ans.

De gauche à droite : Maxence Flachez, Wilfried Nancy, Rémi Garde. Joel Bats et Robert Duverne.

Wilfried Nancy, Rémi Garde et l'équipe d'entraîneurs de l'Impact de Montréal en 2018

Photo : Impact de Montréal

Celui qui a fait ses débuts au sein de l’organisation en 2011 s’imaginait devenir entraîneur de la première équipe depuis longtemps. Lorsque Thierry Henry a annoncé qu’il quittait le navire moins de deux semaines avant le début du camp d'entraînement, il n'était pas question de passer à côté de cette occasion.

Dans la vie, c'est une question de moments. J'avais l'ambition d'être entraîneur de l'équipe un peu plus tôt, mais finalement, ça ne s'est pas fait. Après, quand Thierry Henry a décidé de quitter le club pour de bonnes raisons, j'étais surpris. Dans les discussions passées, Olivier Renard savait que j'avais peut-être le potentiel pour avoir l'équipe, raconte-t-il.

« On a eu deux ou trois discussions par rapport à ça. Au bout de la deuxième, je l'ai senti (que j'avais le poste). J'ai pensé à quand j'ai commencé à passer mes diplômes, j'ai pensé au fait que je suis arrivé au summum, j'ai pensé à tout ce que j'ai traversé, le fait que je suis sorti de ma zone de confort pour venir dans un pays que je ne connaissais pas. C'est ce que j'apprends à mes enfants. Il faut prendre des risques dans la vie.  »

— Une citation de  Wilfried Nancy
Bandeau consultez Tellement soccer

Wilfried Nancy avoue tout de même avoir été refroidi par l’offre initiale. Le père de deux enfants n’avait alors aucune garantie que son contrat allait s’étendre au-delà de l’actuelle saison.

J'avoue que je ne m'attendais pas à un an. Je voulais tout simplement avoir comme les autres. Après avoir discuté, j'ai compris pourquoi. Après avoir démontré mon travail, Olivier est revenu assez rapidement pour me prolonger. J'ai toujours eu des défis dans ma vie alors j'essaie de les relever, confie-t-il.

Wilfried Nancy observe des joueurs de soccer durant un entraînement.

Wilfried Nancy

Photo : Gracieuse de l'Impact de Montréal

Pendant une dizaine d’années, Wilfried Nancy vivait avec l’ambition de progresser au sein de l’organisation. Aujourd’hui, il se retrouve au sommet de la pyramide. Il ne peut que tomber, et il en est bien conscient.

Ça fait partie du métier, reconnaît-il. Bien sûr que j'aimerais rester au club pendant encore dix ans. Après, je ne le contrôle pas. Ce qui m'intéresse, c'est d'essayer de laisser mon empreinte ici. J'ai la fierté d'avoir grandi avec ce club-là.

« Aujourd'hui, je suis le meneur de l'équipe technique de ce club. Je suis content, je suis fier, mais je veux aller encore plus loin, je veux essayer d'écrire l'histoire pour le club. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !