•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déjà une petite sonnette d’alarme

Il célèbre avec son coéquipier alors que Jake Evans patine pour s'éloigner.

Victor Olofsson a amassé deux points dans la victoire des siens.

Photo : Getty Images / Kevin Hoffman

BUFFALO – Personne ne confondra les Sabres de Buffalo avec une puissance de la LNH cette saison, même s’ils se sont donnés des allures de l’Armée rouge contre le Canadien jeudi soir. Ce ne sont que deux matchs, deux défaites, mais déjà, la manière fait sourciller.

Une domination de 7 à 2 en deux rencontres, quatre buts accordés en seulement neuf infériorités numériques : les chiffres du CH ne sont pas reluisants, pas plus que les minois qui se sont pointés en point de presse après la dégelée de 5-1 aux mains des Sabres.

Brendan Gallagher avait sa mine des mauvais jours, comme chaque fois après une défaite poignante. Son filet de voix, encore plus mince que d’habitude, se perdait quelque part dans les deux mètres entre son micro et les oreilles des journalistes.

Nous devons être meilleurs dans tous les aspects du jeu. Quand tu donnes cinq buts, c’est qu’il y a des erreurs. Nous étions brouillons en zone neutre, nous avons donné trop de surnombres et nous avons commis trop de revirements. Ce n’est pas un ou deux joueurs, mais tout le monde qui n’a pas bien joué. Nous avons également perdu la bataille des unités spéciales. Nous avons écopé de trop de punitions. Il y a clairement plusieurs choses à corriger. Il faut déjà avoir un sentiment d’urgence, a lancé le petit attaquant.

L’analyse paraît assez juste. Buffalo a marqué trois fois avec l’avantage d’un homme; le CH a raté son coup en quatre occasions (0 en 8 en incluant le match à Toronto). Les Sabres ont dominé la possession de la rondelle, les tirs au but, les chances de marquer, les revirements, n’en jetez plus, la cour est pleine.

Alors, la plus grosse déception de ce match, a-t-on demandé à l’entraîneur.

La globalité.

Un truc positif à retenir, Dominique?

Je te laisser en trouver un.

C’est justement parce qu’on était à court d’idées qu’on lui a soumis la question, mais bon, autant pour nous.

Même le jeune Samuel Montembeault a été difficile à évaluer, selon Ducharme, étant donné les nombreux surnombres et le temps à passer à se défendre à court d’un homme.

« C’est dans la nature humaine. Des fois, il faut que tu l’ailles la taloche en arrière de la tête pour te réveiller. »

— Une citation de  Dominique Ducharme
Il veille à protéger le filet de son gardien.

Ben Chiarot a été utilisé pendant 20 minutes 37 secondes, jeudi face aux Sabres.

Photo : Getty Images / Kevin Hoffman

Au cours d’une saison, dès le camp d’entraînement, une équipe de hockey parle toujours de l’importance du processus. Il faut lui faire confiance à celui-là. C’est lui qui ultimement, même s’il vous fait trébucher à l’occasion, vous mènera au Saint-Graal.

En gros, il s’agit d’appliquer les stratégies et le système de jeu ébauchés par le groupe d’entraîneurs à la lettre. De jouer comme on vous le demande et les résultats, affirme-t-on, viendront éventuellement. Un peu comme au tennis. Si vous faites une faute directe en tentant un immense décroisé, la balle tombant quelques centimètres derrière la ligne, ça va, pas d’inquiétude, recommencez la prochaine fois.

Si plutôt vous envoyez votre claque dans le milieu du filet, là, il y a matière à inquiétude. Le Canadien l’a envoyé souvent dans le milieu et même dans le bas du filet jeudi.

Ces carences défensives, ce manque de cohésion offensive, se sentaient dans les dernières semaines.

On a dit qu’on ne peut pas simplement avoir un interrupteur qu’on allume, a fait savoir Jeff Petry. Il faut ramasser les points et bien jouer tous les soirs. On ne gagnera pas tous les matchs, mais on peut donner un effort et se donner une chance de gagner. Ce soir, on ne l’a pas assez fait.

À cinq contre cinq, le site Natural Stat Trick prête au CH deux petites occasions de marquer de qualité. Deux. Les Sabres en ont obtenu sept, ce qui est déjà peu. Mais jamais le Canadien n’a été en mesure d’attaquer l’enclave avec régularité et Craig Anderson, gardien quadragénaire, a eu la tâche relativement facile malgré les 31 tirs.

Le Canadien arrive d’une finale de la Coupe Stanley. L’auriez-vous oublié? Au lieu d’être le début d’une ère, on a parfois l’impression d’assister à la fin de quelque chose, en raison des départs de Shea Weber, de Phillip Danault et de l’absence de Carey Price.

Il y a parfois une gueule de bois associée à ça. Le Lightning de Tampa Bay, vainqueur de ladite coupe, s’est fait corriger 6-2 en lever de rideau et a décroché une victoire à l’arraché de 7-6 contre les Red Wings de Détroit alors qu’ils étaient menés 6-3 en troisième période.

Les Sénateurs ont battu les Leafs également jeudi. Il y en aura de ces soirées dans la LNH. Dominique Ducharme y est allé d’une analogie pour décrire son sentiment.

Ça fait trois mois qu’ils se font dire qu’ils sont bons, qu’ils sont beaux, comment ils sont extraordinaires. À un moment donné, c’est comme quand tu dis à ton jeune de ne pas mettre la main sur le poêle. Il faut qu’il l’essaye, il la met. Je pense qu’ils l’ont ressenti, a laissé tomber l’entraîneur-chef.

En même temps, ça va mal tenir un bâton avec une brûlure au deuxième degré.

Brendan Gallagher a déjà évoqué le sentiment d’urgence… après deux matchs.

Tous les bons messages ont été envoyés. Voyons voir s’ils seront appliqués.

En rafale

Ben Chiarot a écopé de deux punitions mineures dans ce match, l’adversaire en profitant chaque fois. Il avait aussi été puni une fois contre les Maple Leafs, sans conséquence toutefois. L’on craignait qu’il peine à s’ajuster au règlement plus sévère sur les double-échecs. Il a finalement pêché en retenant et en faisant trébucher ses adversaires. La discipline sera un enjeu dans son cas.

C’était un premier départ dans la LNH pour Samuel Montembeault depuis le 1er mars 2020. Le gardien québécois a avoué avoir été un peu nerveux au début du match, bien qu’il n’ait pas grand-chose à se reprocher dans la défaite. Souvent laissé à lui-même, il a tout de même repoussé 31 rondelles.

Ce n’est pas le résultat que je voulais. J’ai eu l’impression que je faisais beaucoup de bonnes choses en deuxième période, j’ai fait de bons arrêts et à la fin, on a eu deux malchances qui sont rentrées. On va faire de la vidéo avec Éric (Raymond, l’entraîneur des gardiens de but). On va pour une longue séquence à la maison, il va y avoir de bons entraînements et on va s’améliorer pour le prochain match, a dit le portier.

Le CH amorce effectivement une séquence de quatre rencontres à domicile avec des adversaires à sa portée comme les Red Wings de Détroit et les Sharks de San José. Jesperi Kotkaniemi et ses Hurricanes débarqueront aussi en ville la semaine prochaine. Mais d’abord, le Tricolore fera face aux Rangers de New York pour sa rentrée montréalaise samedi soir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !