•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Arslanbek Makhmudov est à un ou deux combats des meilleurs » - Marc Ramsay

Un entraîneur de boxe félicite son protégé dans le ring après une victoire.

Marc Ramsay félicite Arslanbek Makhmudov après sa victoire contre Erkan Teper, à Québec, le 23 septembre dernier.

Photo : Vincent Éthier - Eye of the Tiger Management

Jean-François Chabot

Marc Ramsay, entraîneur principal d’Eye of the Tiger Management, croit que son protégé Arslanbek Makhmudov est possiblement à un ou deux combats de rivaliser avec Tyson Fury ou Deontay Wilder.

Personne ne sera surpris de savoir que Ramsay a suivi d’un œil intéressé le déroulement du duel de samedi, en direct de Las Vegas, qui a vu Fury (31-0-1, 21 K.-O.) conserver ses titres WBC et Ring Magazine des poids lourds.

Le gitan originaire de Manchester, en Angleterre, a stoppé Wilder (42-2-1, 41 K.-O.) avec une retentissante droite à 1 min 1 s du 11e round. De ce fait, les deux défaites et le verdict nul figurant à la fiche de l’Américain sont tous le résultat de ses combats face à Fury.

Ç’a été un combat spectaculaire, surtout pour les fans. Ce n’était peut-être pas une grande démonstration technique, mais du point de vue du courage et du spectacle, c’était excellent, a d’abord reconnu Ramsay.

Invité à se prononcer sur la place qu’occupe Makhmudov (13-0, 13 K.-O.) par rapport aux deux gladiateurs qui se sont affrontés pour la troisième fois, samedi, Ramsay estime que le Montréalais d’adoption pourrait bien se tirer d’affaire.

Fury et Wilder représentent deux dossiers complètement différents. D’un point de vue technique, Wilder a beaucoup de problèmes. Il n’est pas très hermétique (défensivement). Face à un gars qui frappe aussi fort qu’Arslanbek, tu ne peux pas te présenter dans un ring avec une défensive comme celle que Wilder a mise de l’avant.

Une citation de :Marc Ramsay, entraîneur d'Arslanbek Makhmudov

Selon Ramsay, Tyson Fury représente une énigme plus difficile à résoudre.

C’est un boxeur beaucoup plus complet. Il touche à beaucoup plus d’aspects de la boxe. Si tu peux neutraliser la main droite de Wilder, il ne reste plus grand-chose. Il n’y a plus de substance, a-t-il poursuivi.

Il a affirmé du même souffle que Makhmudov n’était possiblement qu’à un, à deux ou au maximum à trois combats de pouvoir embarquer dans un ring avec des gars comme Fury, Wilder, Anthony Joshua ou Oleksandr Usyk, nouveau champion IBF, WBA et WBO.

Deontay Wilder tombe au plancher.

Deontay Wilder dans son ultime descente au tapis, au 11e round.

Photo : Getty Images / Al Bello

Fury hors normes

Tyson Fury semble défier la logique avec un physique loin de répondre aux standards athlétiques que l’on peut avoir en tête quand on pense à un boxeur de haut niveau. Qu’à cela ne tienne, Ramsay estime que le géant de 2,05 m et 125 kg (6 pi 9 po et 278 lb) se démarque surtout en raison de ses habiletés.

Il est rapide pour son poids. Il bouge bien. Il a une bonne défensive. Il a quand même une force de frappe assez respectable. Je peux vous garantir que s’il avait une shape parfaite, il serait encore meilleur. Ça va finir par lui jouer un tour.

Une citation de :Marc Ramsay

Quant à la façon qu’a eue Fury de s’appuyer sur Wilder en pesant sur lui de tout son poids, Ramsay n’y a rien vu de répréhensible.

Ça n’a pas été fait de façon exagérée. Il a utilisé son corps comme on le permet en boxe professionnelle, a-t-il dit. Il est clair quand tu regardes Wilder qu’il y a un manquement au niveau de ses jambes. Il a de toutes petites jambes. Il manque de résistance aussitôt qu’il est fatigué ou qu’il est frappé durement. Fury a exploité cette faiblesse dans les limites permises sans écoper de points de pénalité.

De bons candidats

Outre la finale qui a retenu l’attention des amateurs et des experts, Marc Ramsay a également suivi de près les trois autres duels de poids lourds inscrits à la carte proposée conjointement par Top Rank et Professionnal Boxing Championship (PBC) du promoteur Hal Haymon.

Il y avait là beaucoup de bons jeunes prospects. C’est le genre de gars qu’Arslanbek doit battre justement pour avoir une opportunité d’affronter les meilleurs.

Une citation de :Marc Ramsay

Mais pour qu’il puisse se battre contre les jeunes aspirants que sont le Cubain Frank Sanchez (19-0, 13 K.-O.), le Nigérian Efe Ajagba (15-1, 12 K.-O.), le Finlandais Robert Helenius (31-3, 20 K.-O.) ou l’Américain Jared Anderson (10-0, 10 K.-O.), Makhmudov doit croiser les doigts et espérer que le téléphone sonne.

Il n’y a pas grand-chose que l’on puisse faire. Nous ne pouvons pas tendre des perches. Ces boxeurs sont tous sous contrat avec Top Rank. Il faudra donc que ce soit Top Rank qui nous invite et non pas l’inverse. Les bourses associées à ces gars-là sont très dispendieuses. Alors, si le téléphone sonne, notre réponse sera toujours oui, a expliqué Ramsay.

Selon lui, Sanchez est probablement celui qui est le plus près d’un affrontement contre Wilder, au point où il pourrait le battre.

Wilder demeure l’un des meilleurs poids lourds. Des mains droites comme la sienne, il n’y a probablement que lui et Arslanbek qui en ont une. Ce sont des gars qui sont toujours très dangereux. Wilder a simplement trouvé chaussure à son pied face à un boxeur (Fury) plus complet que lui, a renchéri Ramsay.

Quant à savoir si Makhmudov a pu apprendre quelque chose en regardant Fury et Wilder s’affronter, Ramsay explique ce qu’il répète souvent aux pugilistes fraîchement sortis des rangs amateurs.

La boxe professionnelle est un long marathon. Ce n’est pas un combat de 12 rounds, mais bien 12 combats d’un round. Même si tu perds un round, même si tu vas au tapis deux fois dans le même round comme Fury, il ne faut pas paniquer. Il faut bien respirer et bien gérer chaque chose qui se passe dans le ring. Il y a toujours une manière de récupérer, a-t-il conclu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !