•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À quoi s’attendre avec le Canadien? Voici quelques pistes statistiques

Il jette un regard vers la caméra lors d'un arrêt de jeu.

Le Canadien était une équipe de milieu de peloton l'an dernier, rappelle Alain Usereau

Photo : usa today sports / Eric Bolte

Radio-Canada

Nous sommes à l’aube de ce qu'on espère être une saison normale dans la Ligue nationale de hockey, avec 82 matchs pour chacune des équipes. C'est le temps de tenter de prédire ce qui attend le Canadien et, en ce sens, voici une analyse sommaire statistique, basée sur les données de l'an passé, qui pourrait donner quelques indices sur la prochaine saison.

Un texte d'Alain Usereau

Lorsqu'il s'agit d'étudier des données, on tente d'établir des liens avec ce qui fait gagner une équipe. Commençons par ce qui peut sembler fort simple : le classement de la saison dernière. En fait, la corrélation est assez forte entre les classements d'une année à l'autre. Pour s'en convaincre, on n'a qu'à prendre par exemple les 10 premières équipes de l'an dernier et les 10 formations de bas de classement.

On s'entend que les probabilités que les 10 premières aient une bonne saison l'année suivante semblent bien meilleures que celles des 10 dernières. Le Canadien a terminé 4e sur 7 dans sa division, ce qui en fait une équipe de milieu de peloton, correspondant à l'évaluation de beaucoup d'analystes.

On a bien sûr entendu les critiques soulevant que l'équipe n'aurait pas atteint les séries si les divisions étaient demeurées les mêmes. C'est un point qui se défend. Par contre, la saison dernière a ceci de particulier que la Ligue nationale était composée de quatre divisions complètement indépendantes, sans interaction. Conséquemment, il est difficile d'établir le réel niveau d'une équipe comparativement aux formations des autres divisions.

En théorie, il y a de bonnes chances que les quatre divisions aient été de relatives égales forces, mais ce n'est pas une certitude. Il paraît donc un peu hasardeux d'y aller d'une comparaison interdivision dans ce contexte.

Et les résultats en séries ne peuvent servir de référence, étant donné l'échantillon beaucoup trop mince. Ce qu'on peut présumer ici, c'est que le CH était une équipe de milieu de classement.

Le deuxième critère utilisé est la fiche de l'équipe dans des matchs à écart de trois buts ou plus. Il en a déjà été question et un rappel est de mise : la fiche d'une équipe dans ces matchs est un excellent baromètre de sa valeur réelle, les matchs serrés pouvant souvent être décidés par des facteurs sur lesquels on a peu ou pas de contrôle. L'an passé, le Canadien a eu un dossier de 8-11 dans les matchs à grand écart, en deçà de la moyenne.

L'an passé, il a souvent été question des défaites en prolongation du Canadien, 11 en tout. Est-ce que l'équipe pourrait emmagasiner plus de points seulement en étant meilleure dans ces circonstances, ou encore plus chanceuse sur le plan statistique? La réponse est oui, mais l'apport serait négligeable.

Oui, 11 défaites en prolongation, mais le dossier global dans les matchs à écart d'un but a été de 9-15. Seulement en normalisant ce dossier, en extrapolant avec un dossier de 11-13 par exemple, ce sont deux ou trois points qui pourraient s'ajouter, avec un maximum de quatre (n'oublions pas le point accordé pour une défaite en prolongation).

Cela placerait ainsi le Canadien légèrement sous la moyenne dans la LNH, surtout en tenant compte de sa fiche avec grands écarts. Autrement dit, le nombre total de points en fin de saison semble conforme au rendement global.

Au sein des équipes canadiennes, Winnipeg, Toronto et Edmonton semblent en bonne position pour la prochaine saison. Il faudra un sérieux revirement à Vancouver et à Ottawa, deux équipes qui étaient visiblement en reconstruction l'an passé et qui espèrent une progression importante de leurs jeunes joueurs.

Quant à Calgary, c'est une équipe dont le dossier était légèrement en deçà du niveau de jeu présenté, ce dont a profité le Canadien. Les Flames pourraient profiter d'un peu d'aide de dame Chance.

Dernier critère : le rendement à 5 contre 5, situation incontournable pour avoir du succès à long terme. Le Tricolore se retrouve à +3, dans la moyenne, entouré de deux équipes canadiennes, Calgary et Edmonton, avec Winnipeg tout près, Toronto faisant partie de l'élite de la Ligue nationale (+36).

Ainsi, si l’on se fie à l'an passé, c'est une équipe moyenne (pas dans le sens péjoratif du terme) que le CH a présentée l'an dernier. C'est la base de ce qu'on bâtit pour cette saison 2021-22. Mais compte tenu des nombreux changements, il sera intéressant de voir dans quel sens le rendement de l'équipe pourrait évoluer.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Les principaux défis seront assurément de remplacer le rendement de Phillip Danault à un poste-clé, celui de centre, et dans une moindre mesure, celui de Jesperi Kotkaniemi, encore au centre. Il y a aussi les deux grands absents, Shea Weber et Carey Price.

Sur la glace, la perte de Weber devrait être compensée, sa cote n'ayant jamais été très élevée avec le Canadien, mais depuis son arrivée, le directeur général Marc Bergevin a toujours accordé une grande importance au caractère et au leadership de ses joueurs, raison pour laquelle il avait acquis Weber.

Carey Price, gardien de but de hockey, saute sur la glace, dans la pénombre, le projecteur sur lui.

Carey Price, lors de la dernière finale de la Coupe Stanley. Le gardien de but a pris congé pour intégrer le programme d'aide de la Ligue nationale de hockey (LNH).

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

Quant à Carey Price, avec ou sans lui, l'équipe devra offrir du jeu de qualité pour espérer se qualifier en séries. On l'a bien vu au fil des ans à Montréal : un gardien, quel qu'il soit, ne peut compenser un mauvais rendement du reste de l'équipe.

À suivre jusqu'au mois d'avril! Bonne saison!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !