•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je m’attends à beaucoup plus » - Danny Maciocia

Danny Maciocia assis à une table derrière un micro et un casque de football.

Danny Maciocia a été nommé DG des Alouettes de Montréal en janvier 2020.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les Alouettes ont évité de justesse de se retrouver en situation précaire à mi-parcours d'un calendrier écourté. Malgré un rendement en deçà des attentes, la haute direction a bon espoir que l'équipe se présente sous son meilleur jour en seconde moitié de saison.

Au cœur de la lutte dans l’Est après sept matchs en montagnes russes, les Alouettes espèrent maintenant bâtir sur leur plus récente victoire afin de prendre leur envol au mois d'octobre.

Sur le plan sportif, on ne se cache pas qu'avec une fiche de 3-4, ce n'est pas ce qu'on avait anticipé. Par contre, on sait qu'on a le talent. Parfois, tu es content d'avoir un dossier de 3-4 parce que tu n'es pas sûr d'avoir le talent. Nous, on a le talent, assure le président Mario Cecchini.

Lorsque je regarde les sept derniers matchs, je m’attendais probablement à aller chercher une victoire ou deux de plus, d’avoir une fiche de 4-3, peut-être 5-2, poursuit le directeur général Danny Maciocia, faisant référence aux revers contre les Stampeders à Calgary et les Lions de la Colombie-Britannique.

Entre un triomphe sans équivoque obtenu en lever de rideau, à Edmonton, et un gain in extremis enregistré samedi dernier, à Hamilton, les protégés de l'entraîneur-chef Khari Jones ont connu leur part de ratés dans différentes sphères du jeu.

Je m’attends à beaucoup plus en deuxième moitié de saison, il faut être beaucoup plus disciplinés, saisir beaucoup plus les occasions et limiter les revirements, souligne Danny Maciocia.

« On n'est pas nécessairement heureux de cette fiche, mais bon, là on revient d'une belle victoire qui, je pense, sera le tournant. Et on s'attend à une bien meilleure performance en termes de victoires et de défaites dans la deuxième moitié de saison. Ça, c'est très clair. »

— Une citation de  Mario Cecchini, président des Alouettes de Montréal

Une défense permissive

Si le DG des Oiseaux est assez comblé par les prestations de l'unité offensive, il ne peut en dire autant du bataillon défensif, incapable de s'imposer lors de certains moments importants.

Je suis un petit peu déçu du fait que lorsqu’on se retrouve en deuxième essai et long, les autres équipes sont capables de convertir [un premier jeu]. Habituellement, en défense, on cherche à se retrouver dans cette situation parce qu’à ce moment, on peut avoir une mentalité d’attaquer l'équipe adverse. On n’a pas été assez opportunistes et méchants, probablement, pour gagner la bataille de la ligne de mêlée en deuxième et long, explique Danny Maciocia.

Le joueur des Alouettes entre en contact avec celui des Tiger-Cats.

Patrick Levels (gauche) et Jeremiah Masoli (droite)

Photo : The Canadian Press / Graham Hughes

On a une identité déjà en place qu’on a été capables d’établir pendant le camp d’entraînement. Qu’est-ce qu’il nous manque? C’est probablement le côté défensif, enchaîne-t-il.

La seconde moitié du calendrier s'amorcera lundi au stade Percival-Molson dans le cadre du traditionnel match de l'Action de grâces. D'ailleurs, pas moins de cinq des sept duels à venir se dérouleront dans la métropole québécoise.

L'avantage du terrain a jusqu'ici échappé aux Alouettes, beaucoup plus à l'aise sur la route. La visite du Rouge et Noir d'Ottawa (2-6), bon dernier au classement général du circuit Ambrosie, arrive à point pour une équipe désirant dénouer l'impasse dans sa demeure.

« Notre première portion de saison, c'était cinq matchs à l'extérieur, et on sort quand même avec une fiche de 3-2, donc c'est positif. Évidemment, maintenant, il est temps de gagner à la maison. »

— Une citation de  Mario Cecchini

Le caractère de Vernon Adams fils

Au même titre que son équipe, le quart-arrière Vernon Adams fils a tantôt dominé ses rivaux au possible, les statistiques offensives d’équipe en témoignent, a tantôt été méconnaissable derrière le joueur de centre.

Parfois, sa prise de décision audacieuse a freiné l'élan de son unité et porté ombrage à quelques bons coups de sa part.

Installé dans sa pochette protectrice, Vernon Adams fils cherche un receveur à qui lancer le ballon de football.

Le quart Vernon Adams fils domine ses pairs au chapitre des passes de touché.

Photo : The Canadian Press / Justin Tang

Il a eu ses hauts et ses matchs un peu plus difficiles avec des revirements. Il ne faut pas oublier non plus que c’est un jeune quart-arrière, qui a 28 ans, qui a eu le poste de partant en 2019 après la deuxième semaine du calendrier, dit Danny Maciocia.

Adams est en quête de constance dans la Ligue canadienne de football, après son arrivée en 2016. Avant d’entamer la saison actuelle, le pivot ne comptait que 19 départs et 542 passes tentées à son actif, soit presque une seule campagne d’expérience.

Les statistiques de Vernon Adams fils en 2021 :

  • 7 départs
  • 130 des 218 passes complétées (59,6 %)
  • 1792 verges par la voie des airs
  • 13 passes de touché contre 8 interceptions
  • 257 verges au sol sur 45 courses

C’est un jeune qui est en train d’apprendre. On l’a déjà vécu, je l’ai vécu avec Anthony Calvillo dans les années 1990 et 2000 [...] Je l’ai aussi vécu à Edmonton avec Ricky Ray. Parfois, ça prend un petit peu de temps, mais je pense que c’est un joueur avec lequel on peut bâtir et grandir, indique le DG des Alouettes.

Ennuyé par une blessure à la cheville gauche subie au début du dernier affrontement, Adams a renoué avec l'action en deuxième demie pour guider les siens en terre promise lors d’une fin de rencontre rocambolesque face aux Tiger-Cats.

« Lorsque tu regardes le dernier match, c’est vraiment une victoire de caractère. Si tu regardes les statistiques, les passes complétées, les verges et les touchés, il n’y a pas de facteur "wow". Mais le fait qu’il ait été blessé, qu’il soit rentré au vestiaire et ressorti pour jouer avec une blessure, je pense qu’il a inspiré beaucoup de coéquipiers. Ça, je pense que ça peut nous aider énormément pour ce qui s’en vient. »

— Une citation de  Danny Maciocia, DG des Alouettes de Montréal

Il y a beaucoup de force de caractère, beaucoup de confiance, dans cette équipe avec d'excellents leaders. Je pense qu'il y avait une notion de juste mettre ça ensemble, et là, je pense qu'on y est vraiment, qu'on a trouvé la façon, les bons ajustements, ajoute Mario Cecchini.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !