•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Alouettes tentent de secouer leur défense

L'entraîneur donne des conseils à un joueur lors d'une séance d'entraînement.

Greg Quick, nouvel entraîneur de la ligne défensive des Alouettes

Photo : Jean St-Onge

Il n’y a pas que le quart des Alouettes, Vernon Adams, qui doit minimiser ses erreurs pour permettre à l’équipe montréalaise d’avancer. La défense doit aussi monter son jeu d’un cran pour espérer avoir du succès.

Après une solide performance à Edmonton lors du match inaugural, l’escadron montréalais a accordé au moins 27 points à tous ses adversaires, dont au pauvre Rouge et Noir d’Ottawa. C’est d’ailleurs la seule fois où Ottawa a franchi le cap des 20 points.

Les Alouettes ont procédé à un léger remaniement au sein du personnel d’entraîneurs depuis la défaite de vendredi à Toronto. L’adjoint en défense, le vétéran Greg Quick, a hérité de la responsabilité de la ligne défensive à la suite du congédiement de Todd Howard.

Quick travaille dans la Ligue canadienne depuis plus de 10 ans et en est à son troisième passage à Montréal. Dans la situation actuelle, il souhaite apporter de l’énergie au groupe de la ligne défensive.

J’espère apporter de la passion et un sentiment d’urgence et que ça nous aide à avancer, a-t-il confié mardi.

Techniquement, les Alouettes avaient besoin d’apporter des changements, selon l’ailier défensif David Ménard, et Greg Quick peut y contribuer.

En gros, ce qu’il veut, c’est simplifier pour qu’on puisse jouer de façon plus intense, si je peux résumer une phrase courte.

Quand on demande à Khari Jones ce qu’il souhaite voir de sa défense, il répond que c’est la même chose pour l’équipe au complet.

Simplement de l’amélioration, a dit l'entraîneur-chef. Nous sommes une équipe en évolution, que ce soit en défense, en attaque ou dans les unités spéciales.

Nous avons le personnel pour le faire, mais nous ne l’avons pas encore fait au niveau souhaité jusqu'à présent, mais je sens que ça s’en vient, a-t-il conclu.

Une promotion pour Byron Archambault

L’ancien des Carabins Byron Archambault, responsable du recrutement national, va se joindre au personnel d’entraîneurs comme adjoint en défense.

L’ancien secondeur, qui avait été repêché par les Tiger-Cats de Hamilton, conserve aussi ses fonctions dans les opérations football.

Comme les dépisteurs ne peuvent assister aux matchs universitaires en personne en raison des restrictions de la COVID-19, Archambault doit effectuer son travail de recrutement essentiellement par vidéo. Il peut donc occuper les deux fonctions simultanément, même si ça étire ses journées.

Comme plusieurs anciens footballeurs, Archambault est simplement heureux de retourner sur le terrain.

J'adore. J’adore. J’adore, a-t-il lancé.

C’est la plus belle transition pour un joueur. Être un coach, être sur le terrain, être en contact direct avec les joueurs. Tu es proche de la game. Tu es au coeur de l’action.

Quart repentant

Vernon Adams a amorcé sa rencontre avec les médias en présentant des excuses pour son attitude après le revers contre les Argonauts.

Après avoir été plutôt cinglant avec un collègue de la télé sur le terrain, il avait l’air complètement détruit lors de la conférence de presse d’après-match.

Son entraîneur-chef est aussi venu à sa défense.

Vous connaissez Vernon. C’est un gars émotif, a expliqué Khari Jones.

Je veux qu’il reste lui-même. Il va continuer de progresser sur le terrain. Il est déjà plus calme. Vendredi, il a rebondi après deux décisions difficiles et il a joué un bon match.

Oui, il fera des erreurs comme n’importe quel quart. Ces erreurs sont amplifiées quand vous perdez et les gens en parlent moins quand vous gagnez.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !