•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

R-e-l-a-x-e Vernon

Il tient le ballon dans ses mains et évalue ses options pour une passe.

Le quart-arrière des Alouettes de Montréal Vernon Adams fils

Photo : The Canadian Press / Justin Tang

Qu’est-ce qui fait le plus mal? Se faire intercepter dans le milieu de terrain avec moins de 30 secondes à jouer ou accorder un touché en 12 secondes tout de suite après?

Les Alouettes ont impressionné en 2019 en y allant de remontées spectaculaires pour remporter des victoires imprévues. Cette année, les Montréalais trouvent plutôt de nouvelles manières de se tirer dans le pied.

Le quart Vernon Adams n’est pas le responsable de tous les maux, mais il a sa part de responsabilités.

Le jeune homme a montré beaucoup de leadership durant la pause pandémique en regroupant ses coéquipiers à plusieurs occasions pour maintenir l’esprit et l’élan bâtis en 2019.

Maintenant, il doit prouver à ses coéquipiers qu’il peut rester maître la situation, même quand les choses ne tournent pas en sa faveur.

Vendredi soir, il a paru extrêmement frustré lors de son entrevue sur le terrain après la défaite contre les Argonauts, puis il avait l'air complètement effondré en point de presse.

Après le premier match local, une défaite contre Hamilton, il était aussi apparu dévasté en conférence de presse.

Autant son énergie communicative peut soulever son équipe, autant ses sautes d’humeur peuvent avoir l’effet inverse.

Adams aurait peut-être intérêt à s’inspirer du quart des Packers Aaron Rodgers, qui cherche toujours à calmer son entourage quand certains ont tendance à paniquer.

En 2014, devant l’impatience des partisans de Green Bay après un début de saison d’une victoire et deux défaites, Rodgers avait épelé le mot r-e-l-a-x, relax au début de son émission de radio hebdomadaire.

Les Packers ont atteint la finale d’association et Rodgers a été choisi joueur par excellence pour la deuxième fois de sa carrière.

Cette année, Green Bay a perdu son premier match. Rodgers et ses coéquipiers ont été plutôt affreux.

Après la rencontre, le message du vétéran a été clair : Ce n’est qu’un match. Il nous en reste 16.

Les Packers ont gagné leurs deux matchs suivants et Rodgers a été le principal artisan de ces victoires.

D’accord, Vernon Adams n’est pas Aaron Rodgers. Mais il peut essayer de s’en inspirer.

Le quart des Alouettes mène la ligue avec 11 passes de touché depuis le début de la saison et l’équipe a marqué, en moyenne, plus de 26 points par match, un sommet dans la LCF.

Khari Jones doit faire comprendre à son jeune quart que ce n’est pas parce qu’il a signé un premier vrai contrat qu’il va instantanément se transformer en quart élite.

Adams a encore du travail à accomplir et il ne peut faire de la magie à tous les jeux.

Il n’y a pas de honte à accepter un sac du quart quelquefois ou à lancer le ballon dans la troisième rangée des gradins plutôt qu’à la portée des adversaires.

Une défense à raffermir

Si la défense avait empêché les Argonauts de franchir 55 verges en 12 secondes, on ne parlerait peut-être pas des interceptions de Vernon Adams.

Si on a dit que l’attaque marque beaucoup des points, on doit aussi dire que la défense en accorde beaucoup, soit 25,7 par match. Cela vaut aux Alouettes le 8e rang sur neuf équipes.

Le vétéran secondeur Patrick Levels l’a relevé après la défaite de vendredi.

Peu importe ce que fait l'attaque... La défense doit mieux jouer, a-t-il déclaré.

Ne me parlez pas de l’attaque. Posez-moi des questions sur la défense, parce que c'est là que réside notre problème. Nous devons empêcher les gars de marquer, c'est aussi simple que ça.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !