•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marie-Pier Houle défend la boxe malgré le décès de Jeanette Zacarias Zapata

La Québécoise est venue à la défense de son sport, dimanche soir, à Tout le monde en parle.

Elle donne une entrevue à Tout le monde en parle.

La boxeuse Marie-Pier Houle

Photo : Tout le monde en parle

Radio-Canada

Dimanche soir, à Tout le monde en parle, la boxeuse québécoise Marie-Pier Houle a accordé une première entrevue depuis le décès de son adversaire Jeanette Zacarias Zapata.

La boxeuse mexicaine de 18 ans a succombé à ses blessures à la suite du combat qu'elle a livré contre Houle le 28 août lors d’un gala du Groupe Yvon Michel (GYM), au stade IGA, à Montréal. La jeune femme est décédée quelques jours plus tard.

Houle a confié s'être retrouvée dans un état de choc après les événements. Son sentiment euphorique, à la suite de la victoire, s'est rapidement transformé en culpabilité.

Au lendemain de mon combat, quand on m’a annoncé qu’elle était à l’hôpital dans le coma, c’est certain que ça a été un gros choc pour moi, c'était comme un mauvais rêve, mentionne Houle.

Au moment où j’ai appris sa mort, j’ai été dévastée. C'est pas pour ça que je fais de la boxe.

Une citation de :Marie-Pier Houle, boxeuse

La Madelinoise d’origine dit avoir ressenti une certaine pression, provenant des médias sociaux, qui a amplifié sa culpabilité.

Je me suis détachée de tout ça, j’ai pris du temps pour moi, j’ai fait la coupure avec les médias. La culpabilité diminue tranquillement, ça va de mieux en mieux et j’ai un psychologue qui me suit pour faire en sorte qu’on travaille sur cet aspect-là.

Houle croit toujours en son sport

Celle qui s'est initiée à la boxe à l'âge de 14 ans a indiqué très bien connaître les risques du métier.

Je fais de la boxe parce que j’adore ce sport. Il m’a procuré énormément de confiance.

Depuis la mort de la jeune Mexicaine, une vidéo de son combat ayant eu lieu en mai dernier circule. On la voit recevoir plusieurs coups à la tête avant d'être envoyée au tapis.

Si on avait vu ces images avant, mon équipe aurait refusé le combat, affirme Houle. Dire qu’on l’avait invitée pour augmenter ma fiche, je ne suis pas prête à dire ça du tout. Il y a des choses à améliorer, il n’y a rien de parfait, mais en ce qui concerne la Régie des sports ici, tout était en règle.

Elle s'adresse à l'animateur sous les caméras et les regards de la foule.

Marie-Pier Houle a été la deuxième invitée de la 18e saison de Tout le monde en parle, qui a débuté dimanche.

Photo : Gracieuseté : Tout le monde en parle

Le promoteur Yvon Michel a indiqué cette semaine que son groupe n'inviterait plus de boxeurs étrangers ayant été victimes de K.-O. à leur dernier duel.

Le drame a néanmoins relancé le débat sur la sécurité des sports de combat. Houle, qui est technologue en physiothérapie, est toutefois d'avis que la boxe a toujours sa raison d'être. Bannir ce sport-là ferait en sorte qu’il y aurait des combats illégaux. On irait boxer ailleurs avec des régies qui sont nettement moins sécuritaires que celle qu’on a ici qui nous mettrait encore plus en danger.

Un retour éventuel dans le ring

L'athlète a longtemps revu en boucle les dernières secondes du combat au stade IGA, mais son sentiment de culpabilité s'estompe de jour en jour.

Je n’ai pas parlé à la famille directement. Mais au lendemain du combat, j’ai fait la demande pour rencontrer Jovanni Martinez qui était avec elle à son chevet à l’hôpital.

Lors d'une cérémonie organisée par GYM, elle a pu le rencontrer, et tous deux ont pleuré à chaudes larmes.

Il m’a dit : "Je veux que tu mettes toutes tes pensées, toutes tes mauvaises idées dans un petit sac dans ta tête et que tu laisses ça ici, à l’église. Je veux que tu continues ta vie et ta carrière."

Et aujourd'hui, la boxeuse se sent mieux. Elle n'envisage pas un retour à court terme dans le ring, mais elle n'est pas prête à mettre fin à sa carrière pour autant.

Elle a comparé sa situation à quelqu'un victime d'un accident de voiture.

C'est le même principe que quelqu'un qui a eu un accident, et qui veut recommencer à conduire. Au début, il va y avoir une crainte.

Une citation de :Marie-Pier Houle

Entourée de son équipe, celle qui consulte également un psychologue souhaite effectuer un retour progressif. Je ne suis pas prête à dire que demain matin je rembarque dans un ring. Ça prendra un cheminement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !