•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Rays afficheront leur projet de garde partagée avec Montréal dans leur stade

L'équipe croit fermement au concept de villes jumelées en MLB.

Un joueur s'élance.

Le domicile des Rays de Tampa Bay, le Tropicana Field

Photo : Getty Images / Douglas P. DeFelice

Radio-Canada

Les Rays de Tampa Bay installeront un panneau d'affichage faisant la promotion du projet de garde partagée de l'équipe avec Montréal au Tropicana Field, domicile de l'équipe, pendant les séries éliminatoires de la MLB.

Assurant ne pas vouloir distraire les Rays dans leur course au championnat, le président de l'équipe, Matt Silverman, souhaite profiter de l'attention médiatique que génèrent les séries éliminatoires pour afficher un graphique très simple de Tampa Bay et Montréal dans le champ droit du terrain.

Avec les yeux du baseball rivés sur nous en octobre, nous voulons afficher un symbole clair de notre plan et de notre engouement envers lui. Ça présentera nos efforts de manière subtile tout en conservant notre attention sur le désir de gagner, a déclaré Silverman dans l'émission de radio This Week in Rays Baseball.

Le concept des villes sœurs

Les Rays veulent convaincre partisans et partenaires de leur projet de garde partagée, où deux nouveaux stades à aire ouverte seraient construits. L'équipe se diviserait les domiciles : du printemps jusqu'à juin à Tampa, puis à Montréal pour le reste de la saison. Les séries éliminatoires seraient présentées en alternance d'une ville à l'autre.

Vue de l'extérieur

Le Tropicana Field, actuel domicile des Rays de Tampa Bay, à St.Petersburg

Photo : The Associated Press / Reinhold Matay

Selon Silverman, cette garde partagée demeure la meilleure et possiblement la seule chance de garder l'équipe à Tampa Bay. Leur entente avec le Tropicana Field échoira en 2027, saison au terme de laquelle l'avenir est encore flou pour les Rays.

Je suis plus optimiste que jamais que nous allons réaliser ce projet, a ajouté Silverman, précisant croire dans le concept des villes sœurs au baseball, et que la direction de la MLB y croit aussi.

Selon Silverman, les pourparlers avancent bien et les parties s'attardent maintenant aux aspects positifs du plan et sur les possibilités qui viennent avec lui.

C'est l'idée de profiter du baseball quand la météo est optimale. C'est de construire un stade public où l'on peut voir du baseball, du soccer, du football, des concerts et bien d'autres choses. C'est l'envie d'établir une connexion avec Montréal qui générera des emplois, du tourisme et du commerce à notre économie, a détaillé Silverman.

Un stade avec des fonds publics

Si la garde partagée devait se réaliser, un nouveau stade serait construit à Montréal, sur le terrain du bassin Wellington.

Le fait de partager l'équipe entre les deux marchés permettrait de ne pas avoir besoin d'un stade grand format pour Montréal, ou encore doté d'un toit, rétractable ou non, en Floride, diminuant ainsi de beaucoup les coûts, selon Stephan Bronfman, qui dirige les investisseurs montréalais intéressés au projet de garde partagée avec les Rays.

Photo prise dans les bureaux de Claridge à Montréal

Stephen Bronfman dirige le Groupe Baseball Québec.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le Groupe Baseball Montréal de Stephen Bronfman et ses associés espère installer son nouveau stade doté d'un complexe communautaire dans Griffintown, sur des terrains de la Société immobilière du Canada, une société de la Couronne. Le groupe a formé un partenariat avec le développeur immobilier Devimco pour l'achat et le développement de ces terrains.

En mars, le premier ministre François Legault a donné un coup de pouce au projet de Stephen Bronfman de ramener le baseball majeur à Montréal en se disant ouvert à une participation financière du gouvernement québécois, soulignant la qualité des gens d'affaires.

Outre Bronfman, le groupe comprend également Alain Bouchard (Alimentation Couche-Tard), Stéphan Crétier (Garda World), Éric Boyko (Stingray) et Mitch Garber (Investir au Canada).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !