•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une occasion ratée

Alexander Kerfoot des Maple Leafs de Toronto sur la glace contre l'attaquant Ryan Poehling freinant devant le gardien de but Michael Hutchinson.

Match préparatoire entre le Canadien de Montréal et les Maple Leafs de Toronto

Photo : Reuters / Nick Turchiaro

TORONTO – En pleine pandémie, il y a de ces soirs où l’on se disait que les arénas vides, c’était bien triste, mais que parfois le spectacle sur la glace ne méritait pas de spectateurs. Le match de samedi soir est à ranger dans cette catégorie pour le Canadien.

Mais bon, il y avait 10 000 amateurs pour l’occasion, fébriles en plus, autant qu’ils sont capables d’une telle chose à Toronto.

Vous pouvez même ajouter une bonne dizaine de spectateurs de plus avec comme hic qu’ils arboraient des chandails du Tricolore.

Constat un peu sévère pour le premier match préparatoire. Le Carey Price de la décennie précédente nous soufflerait gentiment de respirer par le nez. D’accord.

Personne ne s’inquiétera ici de Nick Suzuki et de ses petites passes soulevées nonchalantes ou encore du trois contre zéro soldé par un tir raté de Cole Caufield, ni même du désintérêt flagrant de Jeff Petry. Le problème est plutôt que, dans l’ensemble, personne n’a bien paru, à part peut-être le gardien Michael McNiven qui est, malheureusement pour lui, assez loin dans l’organigramme du CH. Il y a pourtant des postes à pourvoir et des candidats qui ont des preuves à faire.

C’était généralisé, a insisté Dominique Ducharme en point de presse pour expliquer la mauvaise tenue de sa troupe.

Il n’y avait rien de bon aujourd’hui, a ajouté Alexander Romanov pour parler de son match.

On avait l’air d’une équipe qui a volé le jour même du match et qui jouait son premier match préparatoire, a ajouté Suzuki.

Tout cela est certainement vrai. Mais les Leafs se trouvaient dans la même position, le vol d’avion en moins, et le résultat a été fort différent.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Ryan Poehling, au premier chef, lutte directement avec Cédric Paquette pour le poste de quatrième centre. Le jeune homme n’est certainement pas ressorti du lot, pour reprendre les mots de Ducharme, pas plus que le vétéran d’ailleurs, quoique celui-ci jouit probablement d’un préjugé favorable en raison de ses anciens galons durement gagnés.

L’Américain de 22 ans a terminé sa soirée de travail avec deux tirs tentés en 16 minutes de jeu et une fiche de -1. Plus que les statistiques, c’est le manque de hargne qui a sauté aux yeux, entre autres lors d'un repli défensif où Michael Bunting l'a battu devant le filet pour porter la marque à 3-0.

À nouveau, Ducharme a balayé tout ça du revers de la main, s’assurant de ne pas s’attarder sur un joueur en particulier.

Je ne pense pas que c’était [un manque] d’intensité. Je disais aux autres coachs : "On dirait qu’on manque d’essence, on manque de gaz." Il peut y avoir plusieurs raisons. C’est le premier match aussi. Si après le deuxième match que la même équipe joue et que personne se démarque… C’est certain qu’on veut voir de la compétition.

Une citation de :Dominique Ducharme

Car, de la compétition, il n’y a pas eu. Pas en interne en tout cas. Et le calendrier préparatoire de l’équipe comporte moins de matchs, six au total, que lors des saisons précédentes, amputant du même coup une ou deux auditions supplémentaires.

De la façon dont Ducharme parle de Poehling depuis le début camp, l’on croirait presque que le choix de premier tour du CH en 2017 n’a pas nécessairement à gagner son poste. Que s’il n’a pas de chaise quand la musique s’arrêtera, c’est parce qu’il aura simplement perdu la confiance que l’entraîneur plaçait en lui.

Romanov en est un autre pour qui la soirée a semblé plutôt longue. Dès sa première présence, le Russe a commis deux bourdes profondément dans son territoire et a permis aux Leafs de s’y installer confortablement et d’obtenir une chance de marquer. Un présage de la suite pour lui et ses coéquipiers, complètement dominés dans les deux premières périodes. Le CH a d’ailleurs réussi son premier tir du deuxième engagement, un effort timide de Brett Kulak, à 1 min 22 s de la fin.

Ça n’a pas été beaucoup plus édifiant pour Cayden Primeau. Le gardien a accordé 3 buts en 21 tirs et s’est débattu avec la rondelle une bonne partie de la soirée avant de céder sa place en fin de deuxième période à McNiven.

Ce n’est pas vrai qu’il n’y avait rien de bon, a affirmé Ducharme en faisant référence aux propos de Romanov.

Collectivement, il y avait des parties assez bien, mais un déséquilibre entre une bonne action et une mauvaise action. Tu ne crées pas un momentum. C’est normal aussi pour un premier match comme ça. Il est exigeant envers lui-même, c’est correct, mais il faut l’aborder de la bonne façon, a expliqué l’entraîneur.

Brandon Baddock du Canadien tente d'enlever la rondelle au défenseur des Maple Leafs Jake Muzzin.

Jake Muzzin a marqué un but samedi soir à Toronto.

Photo : Reuters / Nick Turchiaro

Bref, pas de panique, mais pas de temps à perdre non plus. Ce groupe aura droit à une deuxième audition, probablement vendredi prochain, à Ottawa. Et dans bien des cas, ce sera la dernière.

L’horaire étant ainsi bâti, Ducharme a fait savoir qu’il conserverait à Montréal la grande majorité des 70 joueurs présents au camp étant donné que les troisième et quatrième matchs préparatoires ont lieu en 24 heures.

La marge de manœuvre est mince, mais elle existe néanmoins. Le discours de Ducharme laisse entendre que presque tout le monde, à ses yeux, a droit à une mauvaise soirée dans ce camp. Une seule, par contre, pour les prétendants à la Ligue nationale de hockey (LNH). Et elle a déjà eu lieu.

La bonne nouvelle dans tout ça? Dans le pire des cas, il n’y aura que cinq autres matchs comme celui-ci.

En rafale

Ce sont des matchs préparatoires pour tout le monde. Parlez-en aux statisticiens de la LNH. À en croire les feuilles de match, de nombreux joueurs restés à Montréal étaient sur la glace samedi soir. De Josh Anderson à Joel Armia en passant par Christian Dvorak, ces messieurs ont fait preuve de créativité, y compris Arvid Henrikson, choix de septième tour du CH… en 2016.

Pour ce qui est des Leafs : Auston Matthews, toujours en rééducation après une opération au poignet, Mitch Marner et Joseph Duszak apparaissaient dans les statistiques officielles, eux qui étaient pourtant sagement demeurés dans le confort de leur foyer… on présume.

Même le DJ a complètement raté sa prestation à l’arrivée des joueurs sur la glace. Une soirée à oublier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !