•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Camille Estephan passe le flambeau, mais conserve la flamme

Virginie Assaly à New York, en octobre 2015, en compagnie de Marc Ramsay, Camille Estephan, Bernard Hopkins, Jarek Kulesza et David Lemieux à la veille de son duel face à Gennadiy Golovkin.

Virginie Assaly à New York, en octobre 2015, en compagnie de Marc Ramsay, Camille Estephan, Bernard Hopkins, Jarek Kulesza et David Lemieux à la veille de son duel face à Gennadiy Golovkin.

Photo : Gracieuseté : Virginie Assaly

Jean-François Chabot

Celui qui dirige tous les aspects d’Eye of the Tiger Management depuis sa fondation il y a bientôt 10 ans va confier son agence de promotion à des gens de confiance qu’il a lui-même trié sur le volet.

Camille Estephan souhaite ainsi se libérer de fonctions de plus en plus prenantes au moment où sa véritable carrière dans la gestion de patrimoine privé s’avère aussi de plus en plus exigeante.

Comment ce passionné se sent-il face à l’idée de mettre les rênes entre d’autres mains?

C’est comme un bébé que tu vois naître, que tu vois grandir et qui est rendu à avoir plus de responsabilités. Je pense que je dois délaisser certaines choses. Marc Ramsay va gérer tout ce qui est boxe. Je serai consulté pour les décisions, mais ce sera en tant que président et non plus en tant que personne qui s’occupe des affaires courantes.

Une citation de :Camille Estephan, président d'Eye of the Tiger Management

Ainsi, en plus de la récente embauche de Ramsay, il va bientôt promouvoir son adjointe Virginie Assaly au poste de vice-présidente.

Elle le mérite. C’est un monde d’hommes, mais c’est une femme exceptionnelle. Elle fait bien le travail. Je suis vraiment heureux pour elle parce que je l’ai vu grandir avec nous. Ça fait 10 ou 11 ans qu’elle travaille avec moi. Elle connaît la business de A à Z et elle est vraiment très efficace, a indiqué le président et fondateur de l’entreprise.

La principale intéressée s’est dite très fière et surtout très touchée par cette marque de confiance. Virginie Assaly a fait ses débuts en tant que relationniste à s’occuper de toutes les demandes médiatiques.

Il y a deux ans, Estephan en avait fait une précieuse adjointe de liaison pour l’organisation des soirées présentées en pleine pandémie, à Rimouski et à Shawinigan.

Virginie Assaly au centre du ring après la conquête du titre mondial IBF des poids moyens face à Hassan N'Dam, en juin 2015.

Virginie Assaly au centre du ring après la conquête du titre mondial IBF des poids moyens face à Hassan N'Dam, en juin 2015.

Photo : BIRTZ Photographie

À partir de maintenant, le rôle de Camille Estephan sera de chapeauter le tout, de prendre des décisions plus globales. Il dit espérer que cela lui donnera la chance de pouvoir se concentrer un peu plus sur les ententes à l’international.

Je serai celui qui choisira la ville dans laquelle on organisera une soirée de boxe, dans quel amphithéâtre, ou encore les contrats de télévision et les ententes avec les gros commanditaires.

Une citation de :Camille Estephan

Il s’occupera des liens avec les fédérations (WBA, WBC, WBO, IBF) afin de choisir celles vers qui on se tournera pour aller chercher des championnats du monde.

Estephan a la réputation d’aimer être maître de son produit. Sachant cela, pourra-t-il lâcher le volant et donner carte blanche à ceux et à celles dont il s’est entouré?

Je fais entièrement confiance à Marc Ramsay, à Antonin Décarie, ainsi qu’à Virginie. Puisque je leur fais confiance, je peux peut-être m’installer sur le siège arrière et contempler le paysage, a répondu Estephan, sourire en coin.

Sachant cela, comment entrevoit-il l’avenir d’EOTTM d’ici deux ou quatre ans?

D’ici deux à quatre ans, l’objectif serait de pouvoir dire qu’on a quelques vedettes internationales qui sont champions du monde pour que l’on puisse rivaliser avec Top Rank (aux États-Unis), Matchroom (au Royaume-Uni), PBC ou MTK et autres grandes compagnies à travers le monde.

Il est clair que l’essor et l’expansion d’EOTTM passent par l’acquisition de ceintures mondiales. Il suffit de se rappeler la belle période durant laquelle les Éric Lucas, Lucian Bute, Jean Pascal et David Lemieux avaient décroché des titres mondiaux.

Les grands diffuseurs américains comme HBO ou Showtime ne se faisaient pas prier pour débarquer à Montréal ou à Québec.

Sincèrement, c’est ce qui manque à la boxe d’ici présentement. Ce sont les grands combats, les combats d’envergure que les télés américaines veulent acheter. Si on peut leur offrir de tels combats, ils seront heureux de revenir, a reconnu Estephan, qui aura à présent plus de temps à consacrer à son bureau montréalais de gestion de patrimoine.

En attendant, il prépare une autre soirée de boxe à Québec en décembre. Il souhaite ainsi souligner les 10 ans d'EOTTM en concoctant une carte spéciale de 10 combats sur laquelle figureront les plus grands noms de son écurie comme Makhmudov, Mbilli, David Lemieux, Steven Butler, Junior Ulysse, Steve Claggett et Simon Kean.

À moins d'un important changement dans la situation sanitaire liée à la COVID-19 qui complique l'organisation de soirées pugilistiques, l'événement pourrait être le dernier à être présenté par son groupe dans la province pour un bon bout de temps.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !