•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CF Montréal évite le piège du Fire

Deux joueurs de soccer tombent vers l'avant à la poursuite du ballon.

Federico Navarro et Romell Quioto lors du match entre le CF Montréal et le Fire de Chicago

Photo : The Canadian Press / Graham Hughes

Olivier Tremblay

Il fallait compter sur Djordje Mihailovic pour couler son ancien club.

Le milieu de terrain américain a fourni sa 11e passe décisive de la saison pour le but de Romell Quioto, dimanche, au stade Saputo, ce qui a jeté les bases d’une victoire de 2-0 du CF Montréal contre le Fire de Chicago.

Mihailovic a savamment glissé un ballon derrière la défense de Chicago à l’heure de jeu pour son coéquipier hondurien, qui a battu le gardien Gabriel Slonina et inscrit son cinquième filet de la campagne.

Le meneur de jeu montréalais a rappelé après la rencontre qu'il avait annoncé, à son arrivée avec le club, qu'il avait hâte d'établir une relation de travail avec Quioto, un attaquant qui aime se nourrir des ballons avec lesquels Mihailovic adore justement alimenter ses coéquipiers.

En première mi-temps, ça ressemblait au match contre Nashville, a souligné Mihailovic en point de presse. Il n'y avait pas beaucoup d'espace au milieu. C'était difficile pour moi de prendre le ballon et de trouver les espaces qui me plaisent. Quelques ajustements à la pause m'ont beaucoup aidé. Dans le but de Romell, tout a été une question d'anticipation.

Ahmed Hamdi, qui a grandement dynamisé le jeu montréalais à son entrée après la pause, a provoqué un but contre son camp de Carlos Teran pour doubler l’avance de son équipe après une superbe passe à ras de terre du Québécois Mathieu Choinière.

Montréal (10-8-7) demeure ainsi parmi les équipes qualifiées pour les éliminatoires après avoir évité le piège tendu par les visiteurs (6-14-5). Ceux-ci n’ont gagné qu’un de leurs 12 matchs à l’extérieur en 2021 – et une seule de leurs 6 dernières rencontres, toutes jouées dans les stades adverses –, mais ils étaient déjà venus jouer un vilain tour à ce qu’on appelait alors l’Impact en 2016.

Le Fire, qui n’avait alors plus gagné depuis deux ans sur la route, s’était imposé 3-0 au stade Saputo, à la grande joie de l’analyste de l’époque à la télévision de Chicago, l’ancien pilote de l’Impact Frank Klopas, qui est aujourd’hui entraîneur adjoint du Fire.

Le but de Quioto a réveillé un stade jusqu’alors relativement calme. En effet, si Montréal avait passé le plus clair du match dans la moitié de terrain adverse, c’est la tête de Mauricio Pineda qui avait le plus animé le spectacle.

Le défenseur du Fire a amorcé un court séjour de son équipe dans la zone offensive à la 20e minute avec une dangereuse reprise de la tête après une rentrée de touche, mais James Pantemis a levé les mains au bon moment. Quelques secondes plus tard, le gardien montréalais devait plonger à sa gauche pour détourner en coup de pied de coin une frappe de loin de Fabian Herbers.

Pineda a encore frôlé l’ouverture de la marque à la 33e minute. Cette fois, c’est l’arrière central Rudy Camacho qui s’est imposé sur la ligne pour sauver son gardien. À la bonne place au bon moment, tant mieux pour moi, a finement lancé le défenseur français après la rencontre.

Ce n'était pas un match facile, a soutenu Camacho. Ils jouent beaucoup les longs ballons, les longues touches aussi. Il y avait beaucoup de duels. Leurs attaquants sont grands. Au duel, ce n’était pas facile. On a essayé de faire le maximum, et on l’a bien fait en première mi-temps.

L’unique tir montréalais en première mi-temps a été l’œuvre de Victor Wanyama, auteur d’une tête mal ajustée après un bon coup franc rentrant de Mihailovic. Ce dernier a par ailleurs été surveillé de près par ses anciens coéquipiers de l’Illinois, et c’est après une troisième faute sur sa personne que Luka Stojanovic a reçu le seul avertissement de la première période. La quatrième, commise par Carlos Teran au début de la deuxième, s’est aussi traduite par un carton jaune.

Pour tout dire, la clameur la plus vive avant la pause s’est élevée vers la demi-heure de jeu, lorsqu’un avion a survolé le stade. L’appareil tirait une banderole qui réclamait le retour du nom Impact et la réouverture de la section 132, fermée pour un deuxième match d’affilée.

L’entraîneur-chef montréalais Wilfried Nancy a fouetté sa troupe à la pause en faisant entrer Hamdi à la place de Samuel Piette.

Montréal a dès lors proposé plus de jeu direct. Choinière, notamment, a semblé plus libéré sur le flanc droit, et le Québécois s’est souvent trouvé seul de son côté en transition devant de grands espaces.

Nancy, qui a souligné à deux reprises en point de presse combien l'altruisme de Piette à l'annonce de ce changement dans le vestiaire lui avait plu, a trouvé en deuxième mi-temps ce qu'il espérait : une vitesse renouvelée dans le jeu, un nombre accru de joueurs entre les lignes pour déséquilibrer le bloc adverse, très bas. L'entraîneur et ses joueurs s'attendent d'ailleurs à voir de plus en plus d'équipes adopter la stratégie au stade Saputo.

Mathieu jouait à la même position qu’en première mi-temps, mais quand il recevait le ballon, notre jeu n’était pas assez rapide, alors il y avait déjà quelqu’un sur lui, a souligné Nancy. Là, étant donné qu’on a mis plus de vitesse pour les attirer au centre, on a pu trouver des décalages un peu plus vite, et Mathieu a eu un peu plus de temps pour faire de bonnes passes et trouver les joueurs.

Choinière a lancé un premier avertissement au Fire à la 58e minute, lorsqu'une passe vers le premier poteau a forcé les visiteurs à céder un coup de pied de coin aux Montréalais.

Deux joueurs de soccer se disputent le ballon.

Mathieu Choinière et Miguel Angel Navarro

Photo : usa today sports / Eric Bolte

D’autres occasions semblables sont logiquement venues après la réalisation de Quioto, et les locaux ont été récompensés pour leur ténacité du côté droit avec le but contre son camp de Teran. Sous pression en tentant de contenir Hamdi, il a fait dévier dans son propre filet la passe de Choinière, qui n'était pas un centre, a insisté Nancy, en soulignant qu'il n'était pas trop fanatique des centres, parce qu’on n’a pas les profils de joueurs pour les centres.

Ce dernier a bien pensé avoir marqué un but de son cru dans les derniers moments de la rencontre, mais il était finalement hors-jeu. Qu’importe, le CF Montréal vient de gagner trois de ses quatre derniers matchs et conclut une semaine compliquée avec six points sur une possibilité de neuf.

Je me souviens de ma première saison à Chicago, a raconté Mihailovic. Nous étions dans la course au 1er rang du classement toute la saison, mais nous avons perdu quatre matchs de suite, nous étions hésitants en entrant en éliminatoires [le Fire a subi une défaite de 4-0 à domicile dès le premier tour]. Nous sommes au moment de la saison où, si nous avons confiance, nous pouvons surfer là-dessus jusqu'aux éliminatoires.

Les Montréalais seront à Columbus samedi prochain pour y affronter le Crew, mais d’ici là, ils amorceront leur Championnat canadien à Halifax contre les Wanderers de la Première Ligue canadienne.

Hormis la victoire, la bonne nouvelle du jour pour le CF Montréal sera probablement que Kamal Miller, Victor Wanyama et Joel Waterman, qui risquaient une suspension avec un carton jaune contre Chicago, ont évité les foudres de l'arbitre. Avec des matchs tous les trois jours jusqu'au début d'octobre, la discipline sera précieuse.

Bandeau consultez Tellement soccer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !