•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Lions filent vers la victoire au stade Percival-Molson

Le botteur David Côté a réussi six placements en six occasions dans la défaite.

Celui desLions se défait de la couverture et file vers la zone des buts.

Un joueur des Lions et un des Alouettes

Photo : The Canadian Press / Graham Hughes

La Presse canadienne

Les Alouettes ont « retrouvé » le Vernon Adams fils approximatif, samedi, contre les Lions de la Colombie-Britannique, et le club de football montréalais s'est avoué vaincu 27-18 devant 13 591 spectateurs au stade Percival-Molson.

Adams a subi deux interceptions et n'a complété que 16 de ses 36 passes (44,4 %) pour des gains de 270 verges. De nouveau, son choix de jeu a laissé à désirer.

Lors de la deuxième interception en particulier, le quart des Alouettes (2-3) venait d'esquiver deux, voire trois sacs avant de lancer à contre-courant dans une triple couverture vers Jake Wieneke. C'est plutôt l'ex des Alouettes Bo Lokombo qui s'est interposé. À ce premier essai, il était inutile de tenter ce jeu.

Toute la rencontre, Adams a tenté des bombes, mais il n'en a réussi qu'une, pour des gains de 40 verges. En aucun temps, avec les Alouettes à la portée des Lions (4-2), Adams n'avait à tenter ces jeux.

On aurait dû être meilleurs dans l'ensemble, mais j'aurais aussi dû être meilleur personnellement, a indiqué Adams sans se défiler. L'interception lancée dans la zone des buts [après que les Lions eurent fait 7-0 au premier quart] nous a nui.

On doit tous faire les jeux, mais ça commence avec moi.

Une citation de :Vernon Adams fils, quart-arrière des Alouettes

L'histoire s'est répétée avec 11 minutes à faire au match : Adams a tenté de rejoindre Eugene Lewis avec un long jeu, mais la passe a été rabattue par son couvreur. Les Lions ont d'ailleurs établi une nouvelle marque d'équipe avec 13 passes rabattues dans cette rencontre.

Si je me mets dans sa peau quelques instants, son entraîneur-chef n'était pas là, son entraîneur des quarts n'était pas là, son coordonnateur offensif ne choisissait pas les jeux : peut-être qu'il voulait en faire un peu plus, a soutenu André Bolduc, qui a dirigé le match à la place de Khari Jones, tenu à l'écart en raison de la COVID-19. On a tenté de faire en sorte qu'il joue comme il aime jouer, sans avoir de pression sur les épaules. Peut-être qu'inconsciemment, il s'est mis trop de pression.

Les Alouettes ont laissé trop de points sur le terrain contre un quart aguerri comme Mike Reilly. Efficace sans être éclatant jusque-là, Reilly a montré les dents et a sorti les Alouettes du match pendant la séquence suivante.

Trois passes d'affilée de 31, 11 et 17 verges ont mené les Lions jusque dans la zone des buts. Kane Hatcher a alors porté la marque à 24-15 avec le touché.

Reilly avait précédemment rejoint Lucky Whitehead lors d'un jeu monstre de 75 verges pour le deuxième majeur des visiteurs.

James Butler, avec une course de deux verges, a inscrit l'autre.

Reilly a terminé la rencontre avec 21 passes complétées en 25 tentatives pour des gains de 308 verges. Jimmy Camacho a complété la marque avec des placements de 43 et 16 verges, le dernier avec une trentaine de secondes à faire.

Lewis n'a pas aidé la cause de son quart-arrière. Il a laissé plusieurs ballons lancés en sa direction lui filer entre les doigts. Pas toutes des passes précises, mais des ballons qu'il aurait dû attraper.

J'aurais aimé voir nos receveurs réaliser des attrapés contestés. De leur côté, les Lions l'ont fait toute la soirée, ressortir des batailles à un contre un avec le ballon, a d'abord analysé Bolduc en parlant de ses receveurs en général, avant de se permettre une critique à l'endroit de Lewis.

Quand ton numéro est appelé, il faut que tu effectues ces attrapés. On aurait dû en faire plus aujourd'hui.

Une citation de :André Bolduc, entraîneur-chef remplaçant des Alouettes

Performances gaspillées

Les Moineaux ont été dans le coup grâce à l'œil de lynx du botteur David Côté et aux jambes de William Stanback.

Le premier a réussi 6 placements de 35, 43, 11, 49, 26 et 23 verges pour porter son total de la saison à 13. C'est la quatrième fois qu'un botteur de l'équipe réussit six placements dans la même rencontre. Le record est de sept.

Mon travail est de venir mettre des points au tableau quand on est incapable d'inscrire un touché. Malheureusement, ça n'a pas été suffisant pour récolter la victoire, a indiqué le Québécois.

J'aurais volontiers pris moins de placements pour l'emporter, a ajouté Côté, dont il s'agissait du premier match de six placements, tous niveaux confondus.

Il botte un ballon.

Le Québécois David Coté

Photo : The Canadian Press / Graham Hughes

Stanback a de son côté récolté 139 verges en 18 courses. Deux belles performances gaspillées.

On n'a certainement pas su saisir nos chances, a noté Bolduc. Quand tu arrives à la ligne de 20 de l'adversaire et que tu ne marques que des placements toute la soirée, tu paies le prix à un moment donné. L'interception dans la zone des buts a fait mal aussi. Ç'a été un élément important de cette défaite.

La formation montréalaise disputera son prochain match vendredi contre les Argonauts à Toronto.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !