•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Championnat des super-lourds-légers du WBC : Rivas et Jennings aux portes de l’histoire

Affiche promotionnelle du combat avec les deux boxeurs qui montrent les poings.

Oscar Rivas et Bryant Jennings

Photo : Gracieuseté : Groupe Yvon Michel

La Presse canadienne

Quand Oscar Rivas et Bryant Jennings s'affronteront pour une deuxième fois sur le ring de l'Olympia de Montréal, le 22 octobre prochain, ils ne souhaiteront pas seulement vaincre leur adversaire. Ils voudront marquer l'histoire.

C'est que les deux pugilistes s'affronteront pour la ceinture des super-lourds-légers du World Boxing Council (WBC), toute nouvelle division créée pour les boxeurs de 200 à 224 livres, qui sert à faire le pont entre les lourds-légers, entre 79 et 89 kg (de 176 à 199 lb) et les poids lourds, traditionnellement à plus de 89 kg (200 lb).

C'est très important pour moi d'être un des boxeurs qui se battra pour la première fois pour ce titre, a affirmé Rivas (27-1, 19 K.-O.). Je suis très enthousiasmé de cela. En plus, chez les lourds, j'attendais mon tour depuis longtemps, des années. Dans cette division, je suis l'aspirant no 1. J'en suis très content.

Mais voilà, au fil des dernières années, des monstres sont venus gérer la circulation chez les lourds. On peut penser à Tyson Fury, 2,06 m et 123 kg (6 pi 9 po, 273 lb), Deontay Wilder, 2 m, 105 kg, (6 pi 7 po, 231 lb), à Wladimir 1,98 m, 112 kg (6 pi 6 po, 250 lb) et son frère Vitaly Klitschko, 2 m, 112 kg (6 pi 7 po, 250 lb).

Plus près de nous, Arslanbek Makhmudov, 1,97 m, 117 kg (6 pi 5 po 1/2, 260 lb) est bâti dans ce moule des super-lourds.

Le WBC souhaitait rendre le plateau plus compétitif pour les petits poids lourds. Rivas (27-1, 19 K.-O.) a bien tenté de suivre la cadence, mais à 1,81 m (6 pi) , il avait du mal à aller au-delà de 105 kg (240 lb).

Jennings (24-4, 14 K.-O.) a passé sa carrière entre 97 et 100 kg (225 et 230 lb), lui qui mesure 1,87 m (6 pi 3 po). Rivas occupe la position d'aspirant no 1 de la nouvelle division, tandis que Jennings est troisième.

Ça fait longtemps que ça aurait dû être instauré si on se soucie de la santé et de la sécurité des boxeurs, a noté Mauricio Sulaiman, président du WBC. En 1908, le champion des poids lourds pesait 168 livres. C'est donc dire qu'un super-moyen était le champion du monde des lourds.

Au fil du temps, nous nous sommes adaptés aux gens plus costauds. La division des lourds-légers a été créée exactement pour faire le pont entre les mi-lourds et les lourds. Cette division a commencé à 190 lb et le WBC a décidé de faire passer la division à 200, car nous constations la force et la puissance des gros poids lourds.

Une citation de :Mauricio Sulaiman, président du World Boxing Council

Pour l'instant, le WBC reste seul à avoir cette nouvelle division.

Nous n'avons pas discuté de ce sujet avec les autres associations, a indiqué Sulaiman. Historiquement, le WBC a souvent été un précurseur dans les changements apportés à la boxe.

Nous avons été les premiers à passer de 15 à 12 rounds en combats de championnat du monde, à ajouter un quatrième câble, à instaurer la certification des gants, à bannir les gants de six onces et à exiger des tests antidopage.

Nous avons aussi permis l'introduction de plusieurs divisions de poids au fil des ans. J'ai très bon espoir que la nouvelle catégorie attirera les gros noms de la boxe.

Une division attrayante

L'absence des super-lourds-légers dans les trois autres principales associations fait en sorte que le top 40 du WBC est rempli de gros noms, qui devraient permettre de rendre intéressante, et pertinente, cette nouvelle division.

Ça pourrait devenir l'une des divisions les plus encombrées de la boxe. Je pense que les boxeurs vont rapidement la respecter, comme les partisans d'ailleurs. Présentement, nous devons faire face à des choses plutôt inorthodoxes dans le monde de la boxe. Je ne sais pas si cette nouvelle division pourra rivaliser avec ces nouveautés dans la boxe. Les youtubeurs, les combattants d'arts martiaux mixtes qui font de la boxe et vice-versa. Mais nous avons notre mot à dire.

Une citation de :Bryant Jennings, boxeur

Nous apportons quelque chose de plus à la boxe traditionnelle. Nous verrons si ça tient la route face à toutes ces nouveautés. Je crois que ça le fera, et pas seulement parce que j'y suis impliqué. Je crois que les boxeurs de la planète qui pèsent 205, 206 livres, qui ne peuvent plus manger pour s'assurer de respecter la limite des lourds-légers, ou encore ceux de 220 livres qui doivent prendre du poids pour se mesurer aux super-lourds doivent tous se regrouper afin que nous nous battions ensemble.

Jennings ajoute un point intéressant : le succès de la nouvelle division passera par les réseaux sociaux et les nouvelles plateformes de communication.

Nous devrons avoir des porte-parole actifs. Ce n'est pas seulement parce que Bryant Jennings et Oscar Rivas se battent que ça en fait un une division élite. Nous devrons avoir d'autres façons positives de joindre les gens, en plus d'avoir plusieurs combats.

Yvon Michel, qui organisera son 49e combat de championnat du monde avec Groupe Yvon Michel qui en sera à un 67e, abonde dans le même sens.

La popularité d'une division va de pair avec la popularité de son champion, a rappelé le promoteur. Pour qu'il soit populaire, il doit être actif. Le mandat dont aura le champion à compter du 22 octobre sera donc d'être actif et de donner l'opportunité aux autres boxeurs classés. Je vous assure qu'à l'intérieur d'un an, ce sera l'une des divisions les plus contestées, les plus demandées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !