•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sans Khari Jones, les Alouettes veulent garder le cap face aux Lions

Les joueurs se félicitent après un touché.

Les Alouettes lors du match contre les Elks, à Edmonton

Photo : La Presse canadienne / JASON FRANSON

Michel Chabot

Les Alouettes poursuivent leur préparation pour le cinquième match de leur saison. Les Montréalais recevront les Lions de la Colombie-Britannique samedi. Et même s’ils devront se débrouiller sans Khari Jones, qui a contracté la COVID-19, le travail se déroule quasi normalement.

Khari Jones est quand même là dans toutes les réunions par visioconférence, a rappelé le garde Kristian Matte mercredi. Il est là pour nous parler, il est sur le terrain avec le téléphone. On est capables de parler un peu. Et, honnêtement, il s’agit de passer à travers ça. On ne s’y attendait pas, mais en même temps, il faut être capables de s’ajuster et c’est vraiment ça le football.

L’enthousiasme contagieux de l’entraîneur-chef est probablement ce qui manquera le plus sur les lignes de côté, mais son remplaçant André Bolduc n’est pas du genre passif non plus.

La différence, c’est l’énergie que Khari emporte sur les lignes de côtés quand il danse. C’est un gars qui est passionné et qui adore être sur un terrain de football, alors c’est sûr qu’il va nous manquer à ce niveau, a dit Matte. Mais André et coach Jones sont pareils dans le sens qu’ils sont vraiment excités d’être là pour nous et pour que nous ayons du succès sur le terrain et ils vont tout faire pour nous préparer pour le match.

Évidemment, depuis que Jones a été infecté, l’équipe prend encore plus de précautions pour éviter une éclosion dans le vestiaire.

Nous faisons beaucoup plus de tests en ce moment pour nous assurer que tout le monde est correct. Mais quand Edmonton a eu beaucoup de cas, il y a quelques semaines, je pense que ç’a réveillé la ligue au complet. Tout est possible, on ne sait jamais d’où ça va venir, alors il faut vraiment faire attention et suivre le protocole.

Une citation de :Kristian Matte, garde des Alouettes

Depuis le début, même au camp d’entraînement, quand Dany (Maciocia, le DG) et Mario (Cecchini, le président) sont entrés pour nous parler, ils ont dit de faire attention, a ajouté Matte. Et je pense que tous les joueurs ont pris ça à cœur parce que ça faisait si longtemps qu’on n’avait pas joué au football qu’on voulait vraiment s’assurer que ça aille bien.

Une ligne offensive efficace

Kristian Matte se dit globalement satisfait du travail de la ligne à l’attaque des Alouettes (2-2), qui ont remporté une victoire convaincante à Ottawa avant la semaine de congé et après deux défaites de suite.

Montréal domine la Ligue canadienne avec une moyenne de 141 verges au sol par match. Avec une récolte de 346 verges, William Stanback vient au deuxième échelon derrière le demi des Elks d’Edmonton James Wilder (428), qui a joué un match de plus. Vernon Adams est quant à lui 10e avec 157 verges de gains.

Et la muraille des Oiseaux n'a jusqu'ici accordé que quatre sacs contre ce même Adams.

En ce moment, nous sommes contents, a dit Matte. C’est sûr que nous voulons être meilleurs chaque semaine. Je pense que nous jouons très bien ensemble. Nous sommes un groupe de vétérans, des gars qui avons joué côte à côte à plusieurs positions. Nous jouons du très bon football, mais nous voulons toujours nous améliorer.

Pas étonnant que les adversaires des Alouettes se montrent très agressifs pour freiner Stanback et l’attaque terrestre montréalaise. Le gros demi a retrouvé ses ailes contre le Rouge et Noir avec 112 verges de gains en 15 courses après avoir été limité à 40 verges par les Tiger-Cats la semaine précédente. Les entraîneurs redoublent cependant d’ardeur pour continuer sur cet élan.

Beaucoup d’équipes font du bon boulot pour arrêter nos courses, a déclaré André Bolduc. Elles le font de plusieurs façons. Je ne vous dirai pas comment, mais elles tentent de sortir le demi de notre plan de match. Alors nous devons être créatifs et patients avec notre jeu au sol.

Les Lions (3-2) sont au 4e rang dans la LCF avec une moyenne de 84,4 verges accordées par match et ils n'ont donné qu'un seul touché au sol. Les Alouettes devront trouver des solutions pour connaître du succès contre eux. Et les hommes de la ligne à l’attaque auront un rôle crucial à jouer pour ouvrir le chemin à Stanback.

Cette semaine, ça va être un gros test, il y a beaucoup de mouvement, c’est une bonne ligne défensive. Ce sont des gars qui sont un peu plus jeunes et il faut regarder les bandes vidéo un peu plus pour nous assurer des gestes qu’ils essaient de faire.

Une citation de :Kristian Matte

Nous sommes chanceux, notre ligne est très expérimentée, a fait valoir Bolduc. Kristian Matte, Gags (Philippe Gagnon) est là depuis un bout, on a Landon Rice et Tony Washington qui est là. Donc, nous sommes très choyés. Les gens pensent parfois que l’âge peut nuire un peu au football, mais sur la ligne offensive, je peux vous dire que c’est un avantage incroyable.

À 27 ans, le centre Sean Jamieson est le plus jeune joueur de cette unité. Mais il accomplit du bon travail aux yeux de ses supérieurs.

C’est vraiment un gars cérébral, qui se charge d’ajuster la protection de la ligne, a dit Bolduc au sujet de l'athlète de Winnipeg. Et il aime ça en plus.

Dequoy sur le carreau

La nouvelle est passée plutôt inaperçue en raison de la semaine de relâche, mais Marc-Antoine Dequoy a vu son nom être inscrit sur la liste des blessés pour six matchs. Il souffre d’une blessure à une main.

Malheureusement, c’est arrivé sur l’un des premiers jeux à Ottawa, quand il a été nommé partant comme maraudeur, a confirmé André Bolduc. Ce sont des blessures qui peuvent arriver n’importe quand.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !