•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un organisme demande au Comité olympique américain de suspendre Stan Bowman

Stanley Bowman doit agir à titre de directeur général de l'équipe américaine de hockey aux Jeux olympiques de Pékin en février.

Stan Bowman a l'air inquiet.

Stan Bowman est le directeur général des Blackhawks de Chicago depuis 2009.

Photo : La Presse canadienne / Amr Alfiky

Radio-Canada

Le groupe Child USA a demandé au Comité olympique américain de suspendre le directeur général de l'équipe nationale de hockey parce qu'il aurait camouflé des agressions sexuelles en 2010.

Mis au courant de deux allégations d'agressions sexuelles qu'aurait commises un entraîneur adjoint contre des joueurs, l'état-major de l'équipe aurait refusé de porter plainte à la police.

La fondatrice de Child USA, Marci Hamilton, a envoyé une lettre à l'organisation qui dirige le mouvement olympique américain en vue des Jeux de Pékin.

Je vous écris aujourd'hui pour demander la suspension de Stan Bowman de son poste de directeur général de la formation olympique de hockey masculin des États-Unis et l'ouverture d'une enquête indépendante sur le comportement de Bowman dans son rôle de DG des opérations hockey des Blackhawks de Chicago, a-t-elle écrit.

Cet organisme s'affaire à prévenir la négligence et la maltraitance envers les enfants.

Il s'agit d'un scénario auquel on assiste encore. Non seulement il y a l'auteur d'un crime, mais il y a également de puissantes institutions qui, essentiellement, ignorent qu'elles ont un agresseur dans leurs rangs. Ce n'est pas qu'un problème touchant une église ou un mouvement scout : c'est un problème de société et en voilà un excellent exemple, a-t-elle affirmé en entrevue au réseau TSN lundi.

L'ancien entraîneur adjoint des Blackhawks Bradley Aldrich aurait agressé sexuellement deux joueurs de l'équipe lors des séries éliminatoires de 2010, quelques semaines avant leur quatrième conquête de la Coupe Stanley.

En mai dernier, un de ces anciens joueurs a intenté une poursuite affirmant qu'Aldrich avait commis des gestes répréhensibles à son endroit. D'autres plaintes se sont ajoutées dans les mois suivants. Au total, sept personnes auraient formellement porté plainte contre Brad Aldrich.

Le président et chef de la direction de l'équipe, Danny Wirtz, a précisé qu'un procureur fédéral mènerait une enquête indépendante sur le sujet.

Un secret de Polichinelle

Selon TSN, qui cite des sources au fait du dossier, l'incident entre Aldrich et les joueurs agressés aurait été rapporté par ces derniers à Paul Vincent, alors entraîneur adjoint des Blackhawks.

Vincent en aurait averti l'état-major, à savoir John McDonough, président de l'équipe, Stan Bowman, directeur général, Al MacIsaac, vice-président des opérations hockey et James Gary, psychologue sportif attitré de l'équipe. Il aurait demandé à la direction des Blackhawks de porter plainte à la police, ce qu'elle aurait refusé de faire.

John Torchetti, lui aussi entraîneur adjoint au moment des faits allégués, a confirmé à TSN que cette réunion avait bel et bien eu lieu, et que Paul Vincent l'avait avisé des accusations des deux joueurs à l'égard de Bradley Aldrich.

L'ancien défenseur des Blackhawks Brent Sopel a déclaré que presque tous les membres de l'organisation étaient au courant des allégations contre Aldrich.

L'ancien entraîneur Joel Quenneville a pour sa part assuré qu'il n'était pas au fait de l'histoire en 2010.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !