•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Andre De Grasse 2e aux 100 et 200 m des finales de la Diamond League

Gros plan d'un coureur avant sa course

Andre De Grasse

Photo : afp via getty images / FABRICE COFFRINI

Radio-Canada

Le Canadien Andre De Grasse a dû se satisfaire de la 2e place aux 100 et 200 m aux finales de la Diamond League jeudi, à Zurich, en Suisse.

Présent à ces finales pour la première fois de sa carrière, De Grasse, champion olympique du 200 m, a franchi le fil en 19,72 s pour être devancé de justesse par l'Américain Kenneth Bednarek (19,70).

Fred Kerley (19,83), vainqueur au 100 m, a terminé 3e. Un autre Canadien, Aaron Brown, a pris la 4e place en 20,13 s.

Moins d'une heure et demie plus tôt, De Grasse s'était classé 2e sur 100 m avec un temps de 9,89 s. Il a été devancé par Fred Kerley (9,87). Un autre Américain, Ronnie Baker (9,91), a complété le podium.

Évidemment, c’est la fin de la saison et je suis un peu fatigué, mais je suis satisfait de mes performances aujourd’hui. J’ai égalé ma marque personnelle au 100 m, donc je ne peux pas me plaindre. Et au 200 m, je n’avais plus d’essence dans le réservoir, a dit De Grasse.

Je ne regardais pas le chrono, je voulais seulement m’élancer. Et je suis content d’avoir obtenu une place sur le podium.

Une citation de :Andre De Grasse

C’est la meilleure saison de toute ma carrière Être un champion olympique c’est magnifique. Je veux poursuivre sur cette lancée, pas nécessairement pour les prochains Jeux olympiques, mais pour les prochains mondiaux, a-t-il ajouté.

Du côté des dames, la victoire au 100 m est allée à la championne olympique en titre, la Jamaïcaine Elaine Thompson-Herah (10,65). Elle a devancé la Britannique Dina Asher-Smith (10,87) et la Suisse Ajla del Ponte (10,93).

À noter sur 200 m, le record du monde junior (U-20) établi par la gagnante, la Namibienne Christisne Mboma, qui a stoppé le chrono à 21,78 s.

Sur 800 m, l'Albertain Marco Arop, demi-finaliste à Tokyo, a conclu 4e avec un temps de 1 min 45 s 23/100, ratant la troisième marche du podium par 2 centièmes. La victoire est allée au Kényan et champion olympique Emmanuel Kipkurui-Korir (1:44,56). Son compatriote Ferguson Cheruiyot-Rotich (1:44,96) et l'Américain Clayton Murphy (1:45,21) ont complété le podium.

Trois coureurs sprintent vers l'arrivée.

Andre De Grasse (à gauche)

Photo : afp via getty images / STEFAN WERMUTH

Au saut en hauteur, le Canadien Django Lovett a pris la 5e place parmi les six concurrents avec un bond de 2,27 mètres, avant d'échouer à ses trois essais à 2,30 mètres. L'épreuve a été remportée par le champion olympique, l'Italien Gianmarco Tamberi, avec une barre à 2,34 mètres.

Duplantis, sans surprise

Le Suédois Armand Duplantis a survolé sans surprise le concours du saut à la perche en franchissant une barre à 6,06 mètres.

Le champion olympique a dominé une compétition de très haut niveau durant laquelle les six participants ont passé 5,83 mètres, un cas de figure qui ne s'était produit qu'une seule fois dans l'histoire, en finale des Jeux olympiques de 1996 à Atlanta.

Mondo Duplantis a devancé le double champion du monde américain Sam Kendricks (5,93 m) et le Russe Timur Morgunov (5,93 m). Comme à Paris, le 28 août, et à Bruxelles, vendredi dernier, il s'est attaqué à son propre record du monde (6,18 m), mais a échoué dans ses trois tentatives à 6,19 mètres.

Soulignons enfin la performance de la Russe Anzhelika Sidorova (5,01 m), devenue la troisième femme de l’histoire à franchir le plateau des 5 mètres à l'extérieur, après sa compatriote Yelena Isinbayeva (2005) et l’Américaine Sandi Morris (2016).

Je ne peux pas y croire, c'est fou! Je ne peux pas l'expliquer parce qu'à l'échauffement, je ne me sentais pas si bien, a indiqué Sidorova. J'ai une bonne forme aujourd'hui. Mais comme je me sentais fatiguée, c'était dur. Je ne sais pas ce qui s'est passé! Je pense que c'est le public, il est formidable.

Les compétitions ont été présentées au stade Letzingrund devant une foule de 20 000 spectateurs, un contraste marquant avec les gradins déserts des récents Jeux à Tokyo.

À noter que les vainqueurs de chacune des épreuves ont mis la main sur une bourse de 30 000 $ US, mais surtout sur un laissez-passer en vue des mondiaux de 2022 à Eugene, en Oregon, du 15 au 24 juillet.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.