•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Elle s’est offert un cadeau formidable » - Jorge Fernandez

Leylah Annie Fernandez

Leylah Annie Fernandez

Photo : Getty Images / Elsa

Radio-Canada

Jorge Fernandez a regardé à distance sa fille renverser l’Allemande Angelique Kerber, dimanche, à Flushing Meadows, et gagner le cœur des milliers de spectateurs rassemblés au court Louis-Armstrong. Un moment unique qui le remplit évidemment de fierté.

Cette victoire a permis à la Lavalloise de se qualifier pour les quarts de finale des Internationaux des États-Unis, une première pour elle en tournoi du grand chelem. Elle a réalisé l’exploit à quelques heures de son 19e anniversaire de naissance, qu’elle célèbre aujourd’hui.

Elle s’est offert un cadeau formidable, a lancé Jorge Fernandez en entrevue à RDI Matin. C’est un cadeau de vie, c’est son rêve.

Également entraîneur de Leylah depuis plusieurs années, l’ancien joueur de soccer professionnel constate de bien belles choses au sujet de sa fille depuis le début de la quinzaine à New York.

Le rêve de Fernandez se poursuit

Elle est maintenant à un autre niveau mentalement. Elle a eu un déclic finalement pour pouvoir être dans le match contre les meilleures joueuses au monde, a-t-il remarqué. C’est quelque chose dont on parle depuis un an, et on continue à travailler sur ça. Maintenant, elle commence à y croire de plus en plus et je pense que c’est ça, le sourire. Elle est en train de le faire. Le monde est en train de l’aimer en la voyant le faire. C’est juste un rêve pour elle.

La joueuse québécoise s’est révélée au public new-yorkais plus tôt cette semaine en éliminant la Japonaise Naomi Osaka en trois longues manches. En répétant l’exploit dimanche, contre une autre multiple championne de tournois majeurs, Fernandez a littéralement conquis la foule.

Leylah ne danse pas très bien, ne chante pas très bien, mais c’est la première à être partante et à animer la foule dans un party, a dit à la blague son père, qui n’est pas du tout surpris de voir sa fille aussi démonstrative sur le terrain.

Ça devient beaucoup plus naturel quand elle fait quelque chose qu’elle aime faire comme le tennis, a-t-il ajouté.

Comme athlète professionnel, on a une responsabilité pour nous-mêmes, mais aussi pour le public. Et je pense que des fois, on oublie cela. On est là pour donner un spectacle, des émotions. Comme ça, le public revient nous voir jouer. Et elle le comprend très bien.

Jorge Fernandez compte être présent mardi, à Flushing Meadows, pour voir sa fille affronter l’Ukrainienne Elina Svitolina en quarts de finale. Des tribunes, il tentera de faire preuve de retenue en regardant le spectacle, qui s’annonce une fois de plus très prometteur.

Je n’ai pas encore perdu la passion du soccer. Donc [pendant les matchs] je marche partout, je suis très émotif. C’est comme si je regardais un match de soccer, c’est difficile de garder le silence. Mais j’essaie, a-t-il conclu.

Tennis : Leylah Fernandez en quarts de finale

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !