•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les problèmes de santé mentale affectaient Simone Biles avant les JO

Simone Biles sourit à la fin de son programme à la poutre.

Simone Biles

Photo : Getty Images / Laurence Griffiths

Agence France-Presse

Simone Biles a confié lundi que les problèmes de santé mentale auxquels elle a dû faire face aux Jeux olympiques de Tokyo, qui l'ont conduite à renoncer à plusieurs épreuves de gymnastique, avaient commencé avant même son arrivée au Japon.

Je ne dirais même pas que ça a commencé à Tokyo. J'ai l'impression que c'était probablement un peu plus profondément enraciné que cela, a déclaré Biles dans une conversation vidéo avec sa mère, publiée par un de ses commanditaires, Athleta, lundi.

Je pense que c'était juste le facteur stress. Il s'est accumulé au fil du temps, et mon corps et mon esprit ont simplement dit non. Mais même moi, je ne savais pas que je traversais cette période jusqu'à ce que ça arrive, a-t-elle ajouté.

La gymnaste américaine, considérée par beaucoup comme la meilleure de tous les temps, devait être LA grande vedette des JO. Mais au moment d'entamer sa razzia de médailles, elle s'était brutalement arrêtée en pleine compétition. Cela avait mis en lumière les problèmes de santé mentale qui peuvent toucher les sportifs de haut niveau.

Biles a été victime de twisties à Tokyo, un phénomène potentiellement dangereux qui fait perdre aux gymnastes leur sens de l'orientation lorsqu'elles sont en l'air. Après avoir renoncé à plusieurs épreuves, elle a fini par disputer la dernière, la poutre, et a obtenu le bronze.

Bien qu'évidemment déçue de ne pas avoir pu faire en sorte d'exprimer son talent, Biles a assuré ne pas avoir regretté d'avoir fait passer sa santé et sa sécurité en premier. C'est juste que ça craint de s'entraîner pendant cinq ans pour ce moment et que ça ne se passe pas comme on le souhaitait, a-t-elle dit.

Mais je sais que j'ai aidé beaucoup de gens et d'athlètes à s'exprimer sur la santé mentale et à dire non. Parce que je savais que je ne pouvais pas y aller. Je savais que j'allais me blesser.

Une citation de :Simone Biles

Je m'attendais évidemment à ressentir un gros contrecoup et beaucoup d'embarras. Mais c'est tout le contraire. C'est la première fois que je me suis sentie humaine. Plus que Biles, j'étais Simone, et les gens ont en quelque sorte respecté cela, a conclu la Texane.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !