•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Tiger-Cats gâchent les retrouvailles des Alouettes avec leurs partisans

Il est poursuivi par deux adversaires.

Steven Dunbar fils des Tiger-Cats de Hamilton cherche une ouverture.

Photo : The Canadian Press / Peter McCabe

Michel Chabot

À leur premier match en 22 mois à Montréal, les Alouettes, amorphes, ont offert une piètre performance devant 14 753 spectateurs au stade Percival-Molson. Et pour la première fois depuis qu'il est le quart partant de l'équipe, Vernon Adams fils a subi une deuxième défaite de suite.

C’est Frankie Williams qui a été le principal artisan des malheurs des hommes de Khari Jones qui se sont inclinés 27-10.

Dès le départ, le petit no 1 a ramené le botté d’envoi sur 49 verges. Quatre jeux plus tard, Dane Evans atteignait Steven Dunbar avec une passe de touché de 30 verges.

Alors que l’attaque des Alouettes piétinait au premier quart, les visiteurs ont ajouté à leur avance grâce à un autre fumant retour de Williams, cette fois pour 67 verges, jusqu’à ligne 14 des Montréalais. C’est un plaqué de Régis Cibasu qui a privé le marchand de vitesse des visiteurs d’un touché. Ils ont plutôt dû se contenter d’un placement de Michael Domagala qui faisait 10-0.

Les Oiseaux ont toutefois bien entamé le deuxième quart. David Ménard a plaqué Evans derrière la ligne de mêlée, profondément en zone des Tiger-Cats. Quelques jeux plus tard, Vernon Adams fils atteignait Quan Bray dans la zone des buts avec une passe de 10 verges. L’écart était réduit à 3 points.

Il tient le ballon dans sa main droite.

Vernon Adams fils

Photo : The Canadian Press / Peter McCabe

La première demie a pris fin, après un placement de chaque côté, à 13-10 en faveur de Hamilton.

Les unités défensives ont dominé le troisième quart si bien que la marque est demeurée inchangée. Puis, au début du quatrième, Frankie Williams est revenu faire souffrir les Alouettes en interceptant une passe d’Adams en milieu de terrain avant de ramener le ballon à 14 verges des buts. Une courte passe de deux verges d’Evans à Nikola Kalinic a restauré le coussin des félins à 10 points. À 20-10, les Alouettes n’étaient plus dans le coup.

Ils ont accordé un autre touché sur la course de cinq verges de Sean Thomas Erlington avec un peu plus d’une minute à jouer.

Ultimement, la défense des Tiger-Cats a eu le dessus sur l’attaque des Alouettes tout au long de la rencontre et Vernon Adams fils, crispé, n’a pas su trouver de solutions. Il a fini le match avec 171 verges de gains aériens et n’a complété que 16 de ses 31 passes. Et Matthew Shiltz est venu prendre sa place dans les dernières secondes de la rencontre.

« Je ne sais pas pourquoi je me sens comme ça, mais je dois jouer avec plus de confiance. Je dois être plus détendu, je le sais. C’est dur en ce moment. »

— Une citation de  Vernon Adams fils

Le quart-arrière californien, visiblement secoué, dit ne pas douter de lui, mais il avoue se poser des questions.

Et son entraîneur devra s'attaquer à son moral s'il veut que le jeune homme de 28 ans retrouve son aplomb.

C’est une grosse partie du travail, a admis Khari Jones. Ce qui est difficile, c’est que c’est un sport physique, mais il faut aussi être dans un bon état d’esprit. Il faut être capable de surmonter un mauvais jeu. Je peux voir qu’il précipite les choses.

Jones affirme cependant qu'il croit encore au potentiel d'Adams même si celui-ci paraît avoir perdu ses repères.

Je dois l’aider à trouver son rythme pour qu’il se sente à l’aise sur le terrain, a dit l'entraîneur-chef des Alouettes. Il y a des passes que nous devrions réussir. J’ai encore confiance en lui. Mais il y a beaucoup de choses sur lesquelles nous devons travailler.

Le porteur de ballon William Stanback a également connu une soirée pénible. Limité à deux verges en quatre courses en première demie, il a conclu le match avec une maigre récolte de 40 verges au sol.

Cette deuxième défaite de suite sème soudainement le doute sur le potentiel des Alouettes qui tenteront de se remettre en marche la semaine prochaine à Ottawa.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !