•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kaillie Humphries contre Bobsleigh Canada : une nouvelle enquête

Elle salue la foule de la main avec sa médaille au cou.

Kaillie Humphries a gagné trois médailles olympiques pour le Canada, dont deux fois l'or.

Photo : Getty Images / AFP/Loïc Venance

Radio-Canada

Les allégations de harcèlement de Kaillie Humphries à l'endroit de Bobsleigh Canada Skeleton (BCS) feront l’objet d’une nouvelle enquête. La double championne olympique avait interjeté appel après la première enquête et tourné le dos à sa fédération en 2018 pour concourir sous les couleurs des États-Unis.

La bobeuse de Calgary est engagée depuis des années dans une bataille juridique contre BCS et son ancien entraîneur Todd Hays, qu'elle accuse d'avoir entretenu un environnement abusif. Elle allègue que Hays la visait avec des attaques verbales en plus de jouer avec ses sentiments.

D’anciens athlètes qu’il a dirigés aux États-Unis ont confié à CBC qu’ils ont aussi été victimes de sévices de sa part et en ont informé les autorités américaines de sport sécuritaire. CBC n’a cependant pu consulter les conclusions de ces rapports.

La première enquête, menée par une tierce partie embauchée par BCS, a conclu que les allégations de Humphries ne pouvaient être prouvées.

Robert Armstrong, arbitre du Centre de règlement des différends sportifs du Canada (CRDSC) qui a entendu la cause en appel, conclut que cette investigation n’a pas été gérée de manière complète et raisonnable.

L’enquêteur embauché par BCS n’a pas mené d’entrevues avec des témoins desquels il devait obtenir des témoignages, n’a fait aucun effort pour comparer la crédibilité des parties et a fait des déclarations sans que son travail d’analyse ne vienne appuyer ses conclusions, peut-on lire dans un communiqué de l’équipe juridique de Humphries.

L’arbitre du dossier indique aussi que la personne qui mènera cette nouvelle enquête sera du Centre de règlement des différends sportifs du Canada.

BCS a hâte que cette nouvelle enquête soit menée, avec le soutien complet de Mme Humphries, a déclaré la fédération par courriel, en précisant qu’une autre plainte de Kaillie Humphries, qui alléguait que BCS avait volontairement réduit le temps de massage auquel elle avait droit, a été jugée infondée en appel, comme lors de la première enquête.

En entrevue à CBC, Humphries a confié qu’elle était heureuse que Bobsleigh Canada Skeleton ne puisse plus cacher la vérité. Je sens que cette décision valide les doutes que j’avais et les problèmes que j’ai soulevés.

Elle ajoute que même si ce processus s’est révélé long et ardu, elle a toujours cru à sa cause.

C’est vraiment affreux d'avoir eu à quitter mon pays à cause de la peur de subir de l’abus ou des représailles de mon entraîneur. Cette décision de l’arbitre est un grand soulagement, dit-elle.

En tant que femme, se sentir menacée ou vulnérable et ne pas savoir si vous allez recevoir un coup de poing à la figure, c’est être dans une position épeurante. Je ne serais jamais à l’aise de revenir dans cet environnement [compétitionner pour le Canada, NDLR].

Kaillie Humphries, 35 ans, a remporté l’or olympique en 2010 et en 2014 et le bronze aux Jeux de Pyeongchang en 2018, quelques mois avant la rupture avec sa fédération. Elle est aussi double championne du monde et triple championne de la saison de Coupe du monde.

Elle peut participer à des compétitions internationales avec l’équipe américaine parce qu'elle est mariée au bobeur américain Travis Armbruster.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !