•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Torontois de 2,2 m fait sa marque au basketball

Zach Edey, de Purdue, tente de passer le ballon à l'un de ses coéquipiers alors qu'il est surveillé par deux joueurs de l'Université d'État de l'Ohio.

Zach Edey se démarque sur les terrains par sa stature. Il mesure 7 pieds et 4 pouces.

Photo : Associated Press / Michael Conroy

Zach Edey est très grand. Plus que pratiquement tout le monde. La dernière fois qu'un de ses enseignants était plus grand que lui, il était en 2e année du primaire. Il avait 7 ans. À 14 ans, il mesurait 208 cm (6' 10"). Pour la première fois, il devait se pencher pour passer les cadres de porte. Il allait aussi bientôt devoir cesser de jouer au hockey puisqu'il ne trouvait plus de patins à sa taille.

Ce Torontois aujourd'hui âgé de 19 ans était destiné à jouer au basketball et à briller dans ce sport, si ce n'est que par sa taille. C'est bien la raison pour laquelle il ne voulait pas y jouer.

Je n'aimais pas qu'on me dise que parce que je suis grand, je devais jouer au basketball, raconte-t-il. Je voulais choisir un sport parce qu'il allait me plaire.

Edey a d'abord songé à une carrière de défenseur au hockey, puis il s'est mis à rêver plus sérieusement à jouer dans le baseball majeur (MLB). Il était lanceur, allant jusqu'à évoluer au niveau AAA en Ontario. J'avais une vilaine balle rapide, dit-il en riant.

Peu importe s'il avait atteint la Ligue nationale de hockey (LNH) ou la MLB, il aurait été le plus grand athlète à y évoluer. Le plus grand joueur de hockey de tous les temps, le défenseur Zdeno Chara, ne fait que 206 cm (6' 9"). Dans le baseball majeur, Sean Hjelle, un espoir des Giants de San Francisco, est le plus grand joueur jamais vu; Edey le dépasse de 13 cm (5").

Zach Edey et ses coéquipiers se tiennent debout lors de l'interprétation de l'hymne national du Canada.

Edey a aidé le Canada à gagner le bronze à la Coupe du monde U19 de la FIBA en Lettonie au début juillet.

Photo : Twitter/Canada Basketball

À 224 cm (7' 4"), il est certain que Zach Edey se serait démarqué peu importe le sport qu'il aurait choisi. Cependant, le basketball lui offrait les meilleures perspectives d'avenir. Le père de l'un de ses meilleurs amis l'a convaincu de finalement rejoindre l'équipe de son école secondaire. C'était il y a quatre ans de cela.

À partir de là, ç'a été de vraies montagnes russes, dit Edey.

Une chose en entraînant une autre, il a été recruté par Northern Kings, une académie de basketball torontoise, puis il a rejoint le programme de basketball de la prestigieuse académie IMG, en Floride, pour terminer son secondaire.

Aujourd'hui, le Torontois a complété une première année avec l'équipe de basketball de l'Université Purdue, dans la NCAA. En juin, il a été invité au camp d'entraînement de l'équipe nationale sénior qui a tenté de se qualifier pour les Jeux de Tokyo.

Au début juillet, il a aussi aidé l'équipe canadienne des moins de 19 ans à gagner une médaille de bronze lors de la Coupe du monde U19 de la FIBA, en Lettonie. C'était la première fois qu'il représentait le Canada sur la scène internationale. Il a été nommé parmi les cinq joueurs étoiles de la compétition.

Somme toute, ses affaires vont plutôt bien. Et, quand il songe à tout ce qu'il a accompli en l'espace de quatre ans, Edey croit rêver.

C'est un peu comme un film tout ça.

Une citation de :Zach Edey, centre des Boilermakers de l'Université Purdue

Il a trouvé un modèle dans la NBA

Zach Edey serre la main d'un organisateur de la Coupe du monde U19 de la FIBA en Lettonie.

Zach Edey a été nommé au sein de l'équipe d'étoiles de la Coupe du monde U19 de la FIBA.

Photo : Twitter/Canada Basketball

Zach Edey évolue à la position de centre, celle réservée aux plus grands joueurs. Il n'a qu'un joueur pour modèle : le Camerounais Joel Embiid, des 76ers de Philadelphie.

Ce n'est pas tant pour son style de jeu, mais pour son histoire, dit-il. Il a fait beaucoup de sports en grandissant, mais n'a pas vraiment joué au basketball. Il est aussi d'un autre pays [que les États-Unis]. Il a commencé très tard et il est allé jouer dans une école secondaire aux États-Unis pour en arriver où il est.

Il [Joel Embiid] a fait tout ça et j'en comprends que je peux y arriver aussi.

Une citation de :Zach Edey, centre des Boilermakers de l'Université Purdue

Embiid a commencé à jouer au basketball à 15 ans après avoir rêvé de jouer au soccer et au volleyball de façon professionnelle en Europe. Un colosse de 213 cm (7'), il a été choisi au 3e rang du repêchage 2016 de la NBA. Il a été élu au match des étoiles ces quatre dernières années. Il a été l'un des trois finalistes pour le titre de joueur par excellence de la dernière saison dans la NBA.

Zach Edey n'a jamais eu la chance de lui parler. En fait, avec l'équipe canadienne sénior à Victoria, il côtoyait des joueurs de la NBA pour la première fois. J'ai tellement appris là-bas, dit-il.

D'ailleurs, le Torontois dit que ses années passées à jouer au hockey et au baseball lui ont été très formatrices. Il tire sa volonté de gagner à tout prix du hockey, estime-t-il. Ses lectures de jeu également. Ses étés passés à perfectionner ses lancers au baseball l'aident aussi beaucoup puisque ce sont les mêmes deux doigts [le majeur et l'index, NDLR] qu'on utilise pour lancer un ballon de basketball.

J'ai aussi cet amour très pur pour le sport que d'autres non plus parce que je m'y suis mis plus tard. J'apprends encore. Je ne suis pas au bout de ma courbe de progression et je pense que ça m'aide.

Une citation de :Zach Edey, centre des Boilermakers de l'Université Purdue

L'athlète de 19 ans ne songe pas encore à la NBA. C'est son objectif, et il pourrait être repêché dès l'an prochain s'il choisit de quitter les rangs universitaires avant la fin de son cursus, mais il ne se voit pas encore chez les professionnels. Après tout, seuls 60 joueurs peuvent être repêchés chaque année.

Le programme de basketball de l'Université Purdue est l'un des plus réputés pour le développement des joueurs de centre comme lui, rappelle-t-il. C'est pour quoi il y est et il veut tirer pleinement profit de son temps là-bas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !