•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'avenir de Shea Weber à Montréal remis en question

Son bâton dans les mains, il patine.

Shea Weber

Photo : Getty Images / Claus Andersen

Radio-Canada

Plusieurs médias ont rapporté mercredi soir que le capitaine du Canadien de Montréal, Shea Weber, serait sérieusement incommodé par des blessures qui pourraient l'empêcher de revenir au jeu la saison prochaine.

L'arrière de 36 ans traînerait depuis un bon moment des blessures au pouce, au pied et à la hanche. C'est ce que la traditionnelle évaluation médicale de fin de saison aurait révélé aujourd'hui.

Le Canadien n'a toutefois fourni aucune mise à jour sur l'état de santé de son joueur jusqu'ici.

En 2018, Weber avait été opéré à deux reprises afin de réparer d'abord les tendons de son pied gauche, puis pour soigner une déchirure au ménisque du genou droit.

Lors des séries éliminatoires, le grand défenseur a joué en dépit d'une blessure au pouce, qui l'avait forcé à manquer les huit derniers matchs de la saison.

Le 9 juillet, l'entraîneur-chef Dominique Ducharme avait indiqué que cette blessure nécessiterait possiblement une opération, mais qu'elle n'empêcherait pas le capitaine d'être de retour à son poste pour le début de la saison.

Le défenseur pourrait rater l'entièreté de la prochaine saison en raison d'ennuis persistants au bas du corps.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Le no 6 du Canadien a été nommé capitaine le 18 juin 2019, à la suite du départ de Max Pacioretty. Il a joué 275 de ses 1038 rencontres dans l'uniforme du Bleu-blanc-rouge.

Il a récolté 589 points depuis le début de sa carrière. Avec 224 filets, il se situe au 15e rang pour le nombre de buts marqués par un défenseur dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Il a atteint le plateau des 1000 matchs le 2 février dernier.

Le natif de la Colombie-Britannique a remporté la médaille d'or avec le Canada aux Jeux de Vancouver en 2010 et à ceux de Sotchi en 2014.

Weber dans un autre uniforme?

Le Canadien pourrait même ne pas protéger Weber au prochain repêchage d'expansion.

Le Tricolore, comme toutes les autres équipes du circuit Bettman à l'exception des jeunes Golden Knights, doit soumettre une liste de joueurs dans laquelle la nouvelle franchise, le Seattle de Kraken, ne pourra piger pour construire sa formation.

Les organisations peuvent protéger 1 gardien et 8 joueurs (peu importe leur position), ou encore 1 gardien et 10 joueurs (7 attaquants et 3 défenseurs).

Les hockeyeurs qui en sont à leur première ou deuxième saison chez les professionnels sont exemptés et n'ont pas besoin d'être protégés.

Cette semaine, quelques vétérans comme Erik Johnson, de l'Avalanche, et Jeff Skinner, des Sabres, ont annoncé qu'ils accepteraient de lever leur clause de non-échange afin d'être mis à la disposition du Kraken, 32e franchise de la LNH.

Même si Weber présente des qualités indéniables, le directeur général Ron Francis pourrait y penser à deux fois avant de le réclamer en raison de son salaire annuel.

Il reste encore cinq saisons à écouler au contrat de Weber, avec un poids annuel de 7,87 millions de dollars sur la masse salariale.

Un fardeau fiscal... pour les Predators

La haute direction des Predators de Nashville, l'ancien club de Weber, va certainement suivre ce dossier avec intérêt.

C'est la formation du Tennessee qui avait octroyé un contrat de 14 ans au défenseur à l'été 2012.

En raison de la façon dont l'entente a été structurée financièrement, Nashville serait lourdement pénalisé si Weber raccrochait ses patins avant la fin de son contrat, prévue pour 2026.

Celle-ci prévoyait des paiements annuels beaucoup plus élevés au début (14 millions lors des quatre premières saisons) qu'à la fin (1 million lors des trois dernières saisons).

La LNH souhaite décourager ce genre de versement disproportionné.

Ainsi, si Weber venait à prendre sa retraite en 2022, Nashville écoperait d’une pénalité annuelle d’un peu moins de 5 millions sur sa masse salariale, jusqu’à la fin du contrat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !