•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Ons Jabeur vend sa raquette de Wimbledon pour aider la Tunisie

Elle salue la foule de la main droite.

Ons Jabeur à Wimbledon

Photo : Getty Images / ADRIAN DENNIS

Agence France-Presse

La Tunisienne Ons Jabeur vend aux enchères la raquette qui l'a menée en quarts de finale à Wimbledon pour aider son pays à lutter contre la COVID-19.

Elle est devenue la première femme arabe à se rendre si loin à l'All England Club.

Ons Jabeur a annoncé lundi vouloir aider les hôpitaux de son pays, soumis à un nombre record de contaminations.

C'est pour la bonne cause [...] je ne peux pas rester là à regarder mon pays traverser des situations difficiles, a indiqué sur Instagram la joueuse, précisant que l'argent serait destiné à acheter médicaments et équipements médicaux nécessaires.

Elle ajoutera un don personnel à la somme récoltée lors de la vente.

Elle présente son projet.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ons Jabeur sur sa page Instagram

Photo : Instagram / Ons Jabeur

La mise de départ à 2000 dinars (895 $ CA) avait atteintla somme de 17 000 dinars tunisiens (7610 $ CA) cinq heures plus tard, a précisé la militante Hajer Driss, qui s'occupe de récolter les dons.

La raquette, qui a servi à battre tour à tour Venus Williams (titrée cinq fois à Wimbledon), Garbine Muguruza (gagnante du tournoi en 2017) et Iga Swiatek (gagnante des Internationaux de France en 2020), est mise aux enchères pour une durée fixée pour le moment à 48 heures.

L'objectif est d'obtenir une somme permettant d'ajouter un lit de réanimation pour un hôpital de région, dont le prix peut atteindre 30 000 dinars (13 420 $), selon la même source.

Jabeur a reçu un chèque de 518 965 $ pour sa place de quart de finaliste.

Après son parcours historique en Angleterre, elle a gagné une place au classement de la WTA. Elle est 23e.

La Tunisie durement touchée par la COVID-19

Les hôpitaux publics tunisiens reçoivent un afflux inédit de patients et ne peuvent plus répondre à tous les besoins en raison du manque de personnel et d'équipements.

La Tunisie a le taux de mortalité liée à la COVID-19 le plus élevé de la région, selon l'Organisation mondiale de la santé. Le pays d'Afrique du Nord en est à plus de 16 000 décès pour 12 millions d'habitants.

Aux prises avec une explosion de cas depuis quelques semaines, les autorités tunisiennes appellent maintenant la diaspora à soutenir le système de santé qui s’écroule.

La situation sanitaire est qualifiée de catastrophique par le ministère de la Santé tunisien.

Le Canada s'est déjà engagé à donner 13 millions de doses de vaccins à l'initiative COVAX et à financer l'achat de dizaines de millions d'autres.

Le Qatar a livré vendredi un hôpital de campagne, et les Égyptiens ont envoyé deux avions de matériel médical samedi, selon la présidence tunisienne, tandis que trois unités de production d'oxygène données par la France en mai sont en cours d'installation.

Tunis peine à trouver les vaccins nécessaires pour protéger sa population. Il n'y a plus de vaccins Pfizer selon le ministère de la Santé, et 93 % des stocks d'AstraZeneca ont été administrés.

Les Émirats arabes unis ont promis 500 000 doses de vaccins attendues dès lundi. La Chine et les États-Unis ont également annoncé des dons de 500 000 doses chacun, selon la présidence tunisienne.

La France avait annoncé en juin un don de 325 000 doses d'AstraZeneca par le biais de l'initiative COVAX, qui vont arriver le 17 juillet, selon l'ambassade de France.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !