•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Shapovalov en demi-finales à Wimbledon, Auger-Aliassime stoppé en quarts

Il serre le poing et les dents.

Denis Shapovalov

Photo : Getty Images / ADRIAN DENNIS

Radio-Canada

Denis Shapovalov l'a remporté en cinq manches de 6-4, 3-6, 5-7, 6-1 et 6-4 sur le Russe Karen Khachanov à Wimbledon, mercredi, pour atteindre pour la première fois de sa carrière les demi-finales d'un tournoi majeur. Félix Auger-Aliassime, lui, a vu son parcours prendre fin en quarts de finale.

Shapovalov, 12e du monde, n'avait jamais dépassé le deuxième tour (en 2018) lors de ses trois précédentes présences sur le gazon londonien. Son meilleur résultat en tournoi du grand chelem était un quart de finale aux Internationaux des États-Unis en 2020.

Sur le terrain no 1 du célèbre All England Club, par un temps nuageux et venteux, le Canadien de 22 ans savait que le Russe (29e) était à sa portée. Il a bien commencé la rencontre et a gagné la première manche en 38 minutes, en brisant le service de son adversaire au neuvième jeu.

Le Russe est revenu tout de suite dans le match avec deux bris d'affilée pour prendre l'avance 4-0, en route vers le gain de la deuxième manche en 39 minutes.

Denis Shapovalov concentré regarde la balle avant de la frapper d'un coup droit.

Denis Shapovalov à Wimbledon

Photo : Getty Images / Clive Brunskill

À égalité, les deux hommes ont repris le combat qui s'est équilibré dans la troisième manche.

À 5-5, Shapovalov a cédé dans le 11e jeu, ce qui a permis à Khachanov de se sauver avec la manche, en 53 minutes, sur deux fautes directes d'affilée de son adversaire.

L'Ontarien, au lieu de se laisser abattre, est revenu concentré en quatrième manche. Et, il l'a remportée en 32 minutes pour forcer la tenue d'une manche décisive.

À 4-4, Shapovalov a réussi à briser le service du Russe à sa troisième tentative.

Il a finalement éliminé Khachanov à sa première balle de match après 3 h 26 min d'efforts.

Denis Shapovalov affrontera en demi-finales le no 1 mondial, Novak Djokovic.

Djokovic est le meilleur joueur du monde, mais je crois que tout est possible, a-t-il dit sur le terrain après le match. Vendredi matin, avant que le match commence, le pointage sera égal 0-0. C’est un match de tennis, tout peut arriver. J’ai une confiance totale dans mon équipe et dans mes moyens. On travaille fort. Tout peut arriver.

Pour sa part, Djokovic a qualifié Shapovalov de tête d'affiche de la prochaine génération de grandes vedettes du tennis masculin.

Il n'a peut-être pas gagné beaucoup de gros matchs ces dernières années, (mais) on dirait qu'il a acquis de la maturité, a dit Djokovic. On pouvait s'attendre à ça de la part d'un joueur aussi complet que lui.

Il a un très gros service, c'est un gaucher. C'est toujours difficile d'affronter un gaucher sur une surface de jeu rapide, et il est à l'aise lorsqu'il monte au filet. Il a amélioré sa mobilité. Et, grâce à ça, il commet probablement moins d'erreurs, ce qui nuisait à son jeu jusqu'ici.

Djokovic a son billet

Sur le court central, Djokovic n'a eu aucun mal à battre le Hongrois Marton Fucsovics, 48e raquette mondiale, en trois manches de 6-3, 6-4 et 6-4 en 2 h 16 min.

Il serre le poing et sourit, soulagé de passer en demi-finales.

Novak Djokovic

Photo : Getty Images / Mike Hewitt

Djokovic a immédiatement pris le contrôle du match et s'est échappé à 5-0 devant un court central quasiment plein, mais médusé devant l'absence de spectacle et la tournure que prenait la partie.

Le Hongrois de 29 ans n'avait jamais dépassé le deuxième tour à Wimbledon jusqu'à cette année. Il est parvenu à entrer dans son match et a proposé un peu plus d'opposition. De quoi réveiller le public, dont il s'est attiré le soutien.

Pas de quoi cependant pousser Djokovic dans ses retranchements.

Le Serbe de 34 sans accède donc pour la 10e fois aux demi-finales du tournoi britannique, troisième étape du grand chelem de 2021.

La fin pour Auger-Aliassime

L'autre Canadien en action, Félix Auger-Aliassime, 19e joueur mondial, a été stoppé en quarts de finale, étape qu’il atteignait pour la première fois de sa carrière dans un tournoi du grand chelem. L’Italien Matteo Berrettini (9e) l’a battu en quatre manches de 6-3, 5-7, 7-5 et 6-3.

Le Québécois de 20 ans a bataillé pendant 3 h 4 min dans un match qui s'est joué à peu de choses. Il a converti 3 des 12 balles de bris offertes par son adversaire. À ce chapitre, Berrettini (6 en 14) a été plus tranchant.

Les deux joueurs ont commis plus de fautes directes (45 pour Berrettini, 41 pour Auger-Aliassime) que de coups gagnants (33 contre 24).

Le joueur de tennis, sur un pied, plonge pour jouer une balle du coup droit près du filet.

Félix Auger-Aliassime

Photo : Getty Images / Clive Brunskill

Berrettini a fini par prendre définitivement l'ascendant avec son sixième bris, tôt en quatrième manche.

Je peux quand même retirer beaucoup de positif de mon tournoi, a dit Auger-Aliassime. Je n'ai pas eu un bon départ (mercredi) et le match a été difficile, tout simplement.

C'est fou, a dit le vainqueur sur le court, après la rencontre. J'espère que vous avez apprécié le match. Félix est probablement l'un de mes plus grands amis sur le circuit, alors ce n'est jamais facile de jouer contre lui.

L'Italien avait déjà atteint le dernier carré dans un tournoi du genre. C'était aux Internationaux des États-Unis en 2019. Il participe à son troisième tournoi de Wimbledon avec pour meilleur résultat jusque-là les huitièmes de finale, aussi en 2019.

Federer résigné

Berrettini affrontera pour une place en finale Hubert Hurkacz, tombeur de Roger Federer. Le Polonais, 18e au classement mondial, l’a aisément emporté en trois manches de 6-3, 7-6 (7/4) et 6-0 en 1 h 49 min.

Federer avait fait de Wimbledon son objectif après plus d'un an d'absence et une double opération au genou droit. Le Suisse aura 40 ans en août et rêvait d'un neuvième titre sur le gazon londonien.

Alors que le public s’est levé pour applaudir debout la sortie de Federer, l’homme aux 20 titres du grand chelem, la tête baissée, a levé rapidement un bras avant de s'éclipser.

C'est pour ces ovations que j'ai joué et que je continue de jouer, a-t-il dit avant de reconnaître qu'une telle défaite, ça secoue.

Se pourrait-il que ce soit la dernière image du Suisse sur le court central de l'All England Club, terre de tant de ses exploits, où il a écrit une partie de sa légende?

Je ne sais pas. Je ne sais vraiment pas, a-t-il simplement ajouté [...] Je suis vraiment très content d'être arrivé jusque-là dans le tournoi et même d'avoir pu jouer Wimbledon à ce niveau après tout ce que j'ai vécu. Bien sûr que je voudrais y jouer de nouveau. Mais, à mon âge, on ne sait jamais ce qui peut se passer.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !