•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des bonnets de bain adaptés aux nageurs noirs interdits à Tokyo

La charte de la FINA indique pourtant qu'elle ne peut permettre « aucune discrimination contre une fédération nationale ou ses athlètes ».

Alice Dearing avec un bonnet de bain adapté aux cheveux naturels noirs.

La nageuse britannique Alice Dearing portant un bonnet de bain de la marque Soul Cap.

Photo : Twitter / @soulcapofficial

Radio-Canada

La Fédération internationale de natation (FINA) rejette le port, aux Jeux olympiques, de bonnets de bain adaptés aux cheveux noirs naturels, prétextant qu'ils ne correspondent pas à « la forme naturelle de la tête ».

La FINA, qui voit aux règles en natation compétitive, a refusé le port à Tokyo de bonnets de bain de la marque britannique Soul Cap, qui fabrique des bonnets conçus spécifiquement pour les nageurs aux cheveux en tout genre, particulièrement les nageurs noirs aux cheveux naturellement longs, volumineux ou épais, explique l'entreprise.

Alice Dearing, première nageuse noire à représenter la Grande-Bretagne aux Olympiques, s'est vu refuser l'utilisation de ces bonnets à Tokyo.

La FINA estime qu'ils n'épousent pas la forme naturelle de la tête et que jusqu'ici, aucun athlète ayant compétitionné à des événements internationaux n'a jamais utilisé de bonnet de bain de cette taille et configuration.

Elle salue de la main gauche.

Alice Dearing

Photo : Getty Images / Clive Rose

Dearing, qui s'est qualifiée pour les Jeux la semaine dernière, était auparavant associée à Soul Cap, étant l'un des visages de la marque qui cherche à démocratiser la nage auprès des athlètes noirs.

En février dernier, sur Instagram (Nouvelle fenêtre), elle s'était dite fière de collaborer avec une entreprise qui a su reconnaître un problème sérieux auquel font face les communautés noires partout dans le monde et qui contribue à démystifier l'idée reçue que l'équipement de natation ne peut être inclusif. Elle n'a toujours pas réagi à la décision de la FINA.

Une décision critiquée

Dans un entretien accordé au quotidien The Guardian, Danielle Obe, cofondatrice de l'Association noire de natation avec Alice Dearing, a qualifié d'injuste la décision, soulignant qu'elle révèle les inégalités systémiques et institutionnelles qui gangrènent sa discipline.

Cette décision confirme le manque de diversité dans notre sport, explique Danielle Obe. Elle ajoute que le bonnet de bain tel qu'on le connaît, originellement créé par l'entreprise Speedo, avait été conçu pour les cheveux des Caucasiens, tandis que les cheveux des personnes noires requièrent une configuration différente.

Un bonnet de bain de la marque Soul Cap

Un bonnet de bain de la marque Soul Cap, spécialement adapté aux cheveux noirs naturels.

Photo : Twitter / @soulcapofficial

Nous avons besoin de l'espace et du volume que des produits comme ceux de Soul Cap permettent. L'inclusion, c'est d'admettre qu'il n'existe pas de forme ''naturelle'' de la tête.

Une citation de :Danielle Obe, cofondatrice la l'Association noire de natation

De leur côté, les créateurs de la marque Soul Cap, Toks Ahmed et Michael Chapman, ont réagi par communiqué, estimant que la décision de la FINA met en lumière les inégalités présentes dans le monde du sport.

Pour les jeunes nageurs, se sentir inclus et se reconnaître chez des athlètes de haut niveau est crucial. La décision de la FINA risque de décourager plusieurs jeunes athlètes de poursuivre la natation, ont-ils écrit sur Instagram (Nouvelle fenêtre), précisant qu'il était injuste de demander aux nageurs de choisir entre le sport qu'ils aiment et leurs cheveux.

En réaction aux critiques, la FINA a précisé que les produits de Soul Cap étaient autorisés pour un usage récréatif ou éducatif.

La charte de la FINA, affichée sur son site web, indique qu'elle ne peut permettre aucune discrimination contre une fédération nationale ou ses athlètes sur plusieurs critères, dont celui de l'ethnicité.

Une étude de l'organisme Swim England révélait en 2020 que 95 % des adultes noirs et 80 % des enfants noirs au Royaume-Uni ne nagent jamais, tandis que seulement 2 % des habitués de la nage en Angleterre sont noirs.

L'Organisation mondiale de la santé indique aussi que le risque de noyade est plus élevé dans les communautés noires, asiatiques et au sein d'autres groupes ethniques minoritaires.

Avec les informations de The Guardian et de la BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !