•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Politique, partisanerie et hockey, un trio efficace

François Legault, portant un chandail du Canadien, tient une pointe de pizza dans la main.

Le premier ministre François Legault est un véritable amateur de hockey et n'hésite pas à participer à la vague d'amour que le Québec porte au Canadien ce printemps.

Photo : Gracieuseté d'Émilie Nadeau - Twitter @francoislegault

Pierre-Yves Robert

Le parcours Cendrillon du Canadien de Montréal en séries éliminatoires ne fait pas que ravir les partisans du CH : les politiciens sont nombreux à s'afficher aux couleurs du Tricolore ce printemps. Un phénomène qui s'explique par une volonté de se rapprocher des électeurs et d'afficher l'amateur de hockey qui se cache souvent derrière les cravates portées à l'Assemblée nationale, expliquent deux experts en communication politique.

François Legault, chandail du Canadien et pizza à la main (Nouvelle fenêtre), Gabriel Nadeau-Dubois et ses prédictions parfaites (Nouvelle fenêtre) ou encore Justin Trudeau et ses nombreux Go Habs Go (Nouvelle fenêtre) : les élus n'hésitent pas à participer à la vague d'amour porté envers nos Glorieux, qui n'ont jamais aussi bien porté ce surnom depuis 28 ans, soit depuis leur dernière participation à la finale de la Coupe Stanley, en 1993.

Si les plus cyniques peuvent y voir une tentative de récupération politique, Victor Henriquez, associé principal chez Public Stratégies et Conseils, croit qu'il s'agit plutôt d'une façon, pour les politiciens, de démontrer qu'ils sont eux aussi des êtres humains avec des passions.

Pour un politicien, de faire partie d'une vague sociale comme celle que l'on vit présentement, c'est intéressant, explique Victor Henriquez. Ils peuvent montrer qu'ils vivent les mêmes choses que la population, les mêmes émotions. Ça leur permet de se rapprocher du public et d'exprimer quelque chose qui est déjà en eux.

François Legault, un vrai fan de hockey

Plus encore qu'une occasion de participer à ce qui ressemble de plus en plus à un mouvement social, l'amour que partage François Legault pour le Canadien ne date pas du parcours éliminatoire de la Sainte-Flanelle. François Legault est un amateur de hockey, point, rappelle Victor Henriquez, rendant plus authentique chacune de ses apparitions avec un chandail du CH sur le dos.

François Legault assis sur un divan, portant un chandail du Canadien de Montréal.

François Legault multiplie les photos de lui vêtu d'un chandail du Canadien de Montréal sur ses réseaux sociaux.

Photo : Gracieuseté d'Émilie Nadeau - Twitter @francoislegault

En pleine crise de COVID-19, M. Legault a eu à prendre plusieurs décisions qui ont eu un impact direct sur le sort du Tricolore. Encore récemment, le premier ministre tranchait, avec la Santé publique du Québec, et permettait à 3500 spectateurs d'assister aux matchs de séries au Centre Bell. Le dernier exemple d'une série de rapprochements entre la Sainte-Flanelle et le gouvernement en cette année de pandémie.

En mai 2020, on a vu le premier ministre distribuer des masques avec Marc Bergevin et Jonathan Drouin au métro Cadillac, à Montréal.

Masqués, les trois hommes discutent devant un édicule du métro.

Le premier ministre du Québec, François Legault, discute avec le directeur général du Canadien de Montréal, Marc Bergevin, et l'attaquant Jonathan Drouin, lors d'une opération de distribution de masques à la station de métro Cadillac, à Montréal, le 22 mai 2020.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Depuis janvier, le Canadien a aussi participé à une publicité gouvernementale faisant la promotion de la vaccination (Nouvelle fenêtre), et a même fait sa part trois fois (Nouvelle fenêtre) plutôt qu'une (Nouvelle fenêtre) dans la campagne de vaccination gouvernementale.

Une association Canadien-Québec qui dépasse l'intérêt de M. Legault envers le hockey, et qui fonctionne grâce à l'amour sincère que le premier ministre porte à notre sport national.

Le lien que le Canadien a créé avec la population cette année est un lien sociétal, précise Victor Henriquez. C'est une contribution sociale que l'équipe a faite. Les gens peuvent souvent avoir une impression de récupération politique, mais dans une crise aussi grande que celle qu'on a vécue, M. Legault avait le mandat de trouver des acteurs sociaux qui ont une résonnance auprès du public, capables de relayer un message gouvernemental, explique l'expert en communication politique.

En la personne des joueurs du Tricolore, François Legault a trouvé des messagers tout indiqués pour relayer un message qui peut être parfois difficile à retransmettre aux citoyens moins intéressés par le politique.

Malgré tout, il serait naïf de ne pas y voir une certaine démarche politique, ajoute Thierry Giasson, directeur du département de science politique de l'Université Laval et directeur du Groupe de recherche en communication politique.

François Legault a toujours son chapeau de premier ministre dans toutes les interventions publiques qu'il fait. Le hockey lui permet d'établir un contact avec les électeurs, en parlant d'autre chose que de politique.

Une citation de :Thierry Giasson

En se revendiquant d'une expérience commune comme celle du parcours éliminatoire du Tricolore, M. Legault parvient à communiquer sur l'un de ses thèmes de prédilection : la fibre nationaliste, détaille Thierry Giasson.

François Legault, depuis qu'il est élu, parle beaucoup de la notion de fierté. Il faut être fier d'être Québécois, fier de ce que le Québec fait. Dans ses interventions sportives, il revendique cette même fierté, précise Thierry Giasson. En étant fier de nos Glorieux, François Legault réitère cette même idée d'un succès bien québécois.

Car chaque action de communication d'un politicien, même dans le contexte des séries, a pour objectif de parler à des gens que l'on veut toucher et mobiliser, ajoute Thierry Giasson.

Gabriel Nadeau-Dubois et Justin Trudeau l'ont eux aussi bien compris.

Dévoiler un autre visage de soi-même

Célébré pour ses prédictions parfaites, lui qui a correctement deviné que le CH allait éliminer les Golden Knights le soir de la St-Jean Baptiste, Gabriel Nadeau-Dubois, chef de Québec solidaire, en surprend plus d'un avec ses connaissances sportives. Pourquoi? Parce qu'il envoie une image nouvelle, loin de son aura d'intellectuel qui l'auréole depuis ses débuts en politique, précise Thierry Giasson.

Quand on voit Gabriel Nadeau-Dubois, on ne voit pas un amateur de hockey, mais plutôt quelqu'un de cérébral, qui n'incarne pas l'image du sportif habituel, explique Thierry Giasson. Mais en tant que politicien, on veut aussi communiquer qu'on est quelqu'un qui a des passions qui correspondent à celles des électeurs.

Gabriel Nadeau-Dubois en train de souper devant un match de hockey.

Gabriel Nadeau-Dubois aime le hockey et l'affiche sans gêne sur les réseaux sociaux ce printemps.

Photo : Twitter/@GNadeauDubois

Outre l'amour du Canadien, François Legault, Gabriel Nadeau-Dubois et Justin Trudeau partagent aussi le fait d'avoir été invités dans différents médias pour discuter des performances du Canadien dans la dernière semaine. Une occasion trop belle à saisir pour refuser, précise Victor Henriquez, vu qu'elle permet aux politiciens de montrer qu'ils font aussi partie de cette vague tricolore qui balaie la province.

Les élus sont souvent perçus comme étant très loin du public, comme étant très loin de nos priorités quotidiennes en tant que citoyens, indique Victor Henriquez.

D'entendre ces voix politiques s'exprimer sur le sport permet aux électeurs de se rendre compte que dans le fond, en ce moment, on est tous à la même place : en finale de la Coupe Stanley.

Une citation de :Victor Henriquez

Et avec les Jeux olympiques de Tokyo, les coups de chapeau aux athlètes d'ici sont loin d'être terminés pour l'été, conclut Thierry Giasson.

Justin Trudeau au volant d'une voiture avec un chandail du Canadien de Montréal sur le dos.

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau, natif de Montréal, encourage régulièrement le Canadien sur Twitter et n'hésite pas à partager des photos de lui avec le chandail du Tricolore.

Photo : Twitter / @JustinTrudeau

On peut déjà prédire que Justin Trudeau va saluer tous les athlètes canadiens qui vont gagner une médaille, devine Thierry Giasson. On sera encore une fois dans l'archétype de la communication politique, où on mobilise la culture populaire pour créer un sentiment d'identification avec les électeurs.

En attendant, nul besoin de bouder son plaisir : le phénomène du politicien partisan n'est ni nouveau ni sur le point de s'arrêter. Alors aussi bien profiter collectivement de ce printemps Bleu-Blanc-Rouge qui n'est pas prêt d'être oublié, pour des raisons sportives comme communicationnelles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !