•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une série mondiale de Gran Fondo à Victoriaville en septembre

Un groupe de cyclistes grimpent une route au Québec.

Des cyclistes à la Classique des Appalaches

Photo : Gracieuseté : Alexis Pinard

Les marathons de Québec et de Montréal sont annulés. Les Grands Prix cyclistes, le Tour de Beauce et l’Ironman de Tremblant le sont aussi. Mais pour l’instant, le Vélo Victo Fest est toujours au calendrier, la fin de semaine de la fête du Travail.

Cet événement cycliste, organisé à Victoriaville et dans les environs, espère attirer de 1000 à 1500 cyclistes amateurs du Canada et du Nord-Est des États-Unis. Le co-fondateur de l’événement, Alexis Pinard, est optimiste.

On voit des signes encourageants avec la vaccination et le déconfinement des activités, explique-t-il. Notre organisation est un peu plus petite, dans une ville de taille moyenne, donc notre logistique est possiblement moins complexe que bien des événements. Cela dit, on s’adaptera à la situation le temps venu.

Cette compétition servira à la fois de championnats canadiens pour les maîtres, c’est-à-dire les cyclistes de plus de 35 ans, et de qualifications pour les championnats du monde UCI de Gran Fondo prévus en Bosnie-Herzégovine en octobre prochain.

L’organisation, qui a mis sur pied la Classique des Appalaches en 2015, présentera la première étape des séries mondiales de Gran Fondo tenue au Québec. Ces épreuves cyclo-sportives rassemblent des athlètes de tous les âges qui aiment se dépasser à l’entraînement et se mesurer en compétition.

Une épreuve de contre-la-montre de 24 km et une épreuve sur route de 131 km, avec un dénivelé de 1700 m, attendent les inscrits au début du mois de septembre. Les départs et les arrivées auront lieu au centre-ville de Victoriaville.

On a des parcours qui sont des bons défis pour les coureurs plus aguerris qui cherchaient un parcours différent du calendrier québécois. La topographie de la région nous permet de le faire, explique Pinard. Le parcours du contre-la-montre est très roulant, tandis que le tracé de l’épreuve sur route va être le défi de fin de saison pour bien du monde et l’occasion de valider les heures d’entraînement.

On veut que le week-end soit le point culminant d’une saison sans trop d’épreuves sportives au Québec.

Ceux qui feront partie des meilleurs 20 % au classement se qualifieront aussi pour les mondiaux. Victoriaville pourrait même un jour accueillir les championnats du monde UCI de Gran Fondo.

On est très heureux d’avoir une série mondiale pour trois ans, mais on se permet de rêver encore plus grand et, pourquoi pas, espérer accueillir un jour un championnat du monde Gran Fondo, ajoute Pinard. On rêve encore, mais déjà, on a un événement très excitant cette année pour les cyclistes d’ici et d’ailleurs.

Les quatre cyclistes roulent en groupe lors de la compétition sur route.

Un quatuor formé de James Piccoli, Hugo Houle, Mathieu Jannès et Michael Woods à la Classique des Appalaches

Photo : Gracieuseté : Alexis Pinard

Depuis la première Classique des Appalaches tenue en 2015, plusieurs grands noms du cyclisme québécois sont venus rouler dans les Bois-Francs.

Des jeunes sont venus faire leurs preuves et comparer leur fougue à celle des adultes, tandis que des vétérans professionnels sont venus se mettre en jambes en vue des Championnats du monde.

Ainsi, Michael Woods, Hugo Houle, Antoine Duchesne, James Piccoli, Lyne Bessette, Lex Albrecht, Joëlle Numainville et Simone Boilard, pour ne nommer que ceux-là, ont pédalé dans cette classique du Centre-du-Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !