•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une clinique de la fièvre dans le village olympique de Tokyo

Vue générale de constructions en bois

Le village olympique de Tokyo

Photo : Getty Images / AFP/BEHROUZ MEHRI

Agence France-Presse

Les organisateurs des Jeux de Tokyo ont ouvert dimanche les portes du village olympique à la presse, dévoilant les particularités liées à la menace de la COVID-19, dont une « clinique de la fièvre ».

Signe des défis à relever au village olympique et dans la capitale japonaise, un membre de la délégation ougandaise a été déclaré positif à la COVID-19 à son arrivée samedi au Japon, ont annoncé dimanche les autorités locales.

Le village encore vide a été prévu pour contrer la propagation du virus.

Les athlètes seront soumis à des tests de dépistage au quotidien après avoir été testés à deux reprises avant leur départ, et de nouveau à l'arrivée à Tokyo.

Un résultat inhabituel à un test effectué au village obligera l'athlète ou le membre du personnel touché à se rapporter au Dr Tetsuya Miyamoto, directeur du département des services médicaux du comité organisateur.

Une clinique de la fièvre en plaques de préfabriqué peintes en gris a été montée au centre du village.

Elle pourra accueillir de 25 à 30 personnes en même temps pour des prélèvements dans les fosses nasales, si deux tests salivaires préalables s'avèrent positifs.

Le principal défi sera de traiter tous les tests quotidiens réalisés dans le village. Si des athlètes obtiennent un résultat positif, alors ils seront transportés ici, a expliqué le Dr Miyamoto à l'extérieur de la clinique.

Le Dr Tetsuya Miyamoto discute avec les journalistes à l'extérieur de la clinique de la fièvre du village olympique.

Le Dr Tetsuya Miyamoto à l'extérieur de la clinique de la fièvre du village olympique

Photo : Getty Images / Takashi Aoyama

Quelque 20 000 tests seront réalisés chaque jour sur place, a-t-il estimé.

Les patients infectés, les patients qui sont asymptomatiques ou qui présentent des symptômes légers seront transportés vers un hôtel de quarantaine à l'extérieur du village. Les patients avec des symptômes graves seront immédiatement transférés dans un hôpital du secteur.

Nous espérons qu'ils seront très peu (de cette catégorie), a évoqué le Dr Miyamoto.

Évidemment, il y aura tout un éventail de cas. C'est une maladie contagieuse. Il peut y avoir de la propagation. Si ça se produit, alors le nombre de cas pourrait exploser, prévient le spécialiste.

Un village minéral

Construit sur une langue de terre rectangulaire gagnée sur la mer dans la baie de Tokyo, le site est immense : 44 hectares, 21 tours d'immeubles résidentiels de 14 à 18 étages, une cantine de 3000 places sur deux niveaux, un parc, des salles de gymnastique et de loisirs, avec quelques consoles de jeu par exemple.

Les arbres y sont cependant rares, ou peu élevés. Malgré la vue plongeante sur la mer et le célèbre pont Rainbow de la capitale depuis les balcons de nombreux appartements, une impression très minérale s'en dégage.

Détail des immeubles du village olympique de Tokyo

Détail des immeubles du village olympique de Tokyo

Photo : Getty Images / Takashi Aoyama

Le site donne pour le moment l'impression d'une ville quasi déserte : des employés y travaillent, des gardiens y font des rondes à vélo, des pompiers s'exercent…

Les préparatifs sont dans la dernière ligne droite, car le village ouvrira le 13 juillet. Il a été conçu pour pouvoir accueillir 18 000 personnes lors des Jeux olympiques, du 23 juillet au 8 août, et 8000 durant les Jeux paralympiques, du 24 août au 5 septembre.

L'endroit sera particulièrement important pour les athlètes, car ils ne pourront se rendre ailleurs à l'exception des lieux d'entraînement et de compétition.

Pour tenter d'établir la confiance quant à la sécurité des Jeux et rassurer la population japonaise, les organisateurs ont multiplié les restrictions pour tous les participants aux JO, et le village ne fait pas exception à la règle.

Restrictions en tous genres

Tous les athlètes seront soumis à des tests de dépistage quotidiens et devront porter des masques, sauf pendant les compétitions, les repas et le sommeil.

Des affichettes invitant les résidents à la plus grande vigilance sont partout. Il n'y aura pas de fêtes, ont prévenu des responsables des JO de Tokyo, et la consommation d'alcool en groupe et dans les espaces publics du site sera proscrite.

Lorsque vous buvez de l'alcool, vous êtes prié de boire seul dans votre chambre, a expliqué dimanche Takashi Kitajima, directeur général du village.

Selon les responsables olympiques, la plupart des personnes séjournant dans le village seront vaccinées, mais les participants risqueront jusqu'à l'exclusion s'ils enfreignent les règles.

Parmi les mesures anti-COVID figurent la réduction du nombre de places pour les repas, des vitres en plexiglas sur les tables et entre les équipements de gymnastique, ou encore la distribution d'une trousse qui comprend du gel hydroalcoolique et du savon médical pour les mains.

Vue générale de la salle de gymnastique du village olympique de Tokyo, avec de nombreux appareils

Détail de la salle de gymnastique du village olympique de Tokyo

Photo : Getty Images / Takashi Aoyama

Par ailleurs, les athlètes ne pourront entrer dans le village olympique que peu de temps avant leurs épreuves et devront le quitter dans les 48 heures suivant leur élimination ou la fin de leur compétition.

Et leurs conditions d'hébergement seront spartiates, avec des chambres de 9 mètres carrés pour une personne et de 12 mètres carrés pour deux. Les lits seront en carton renforcé, afin d'être recyclés en papier, comme les cloisons entre les chambres.

M. Kitajima a toutefois promis d'excellentes conditions sanitaires et de l'eau chaude, une allusion au village olympique des Jeux de 2016, à Rio, dont la propreté et la qualité des installations avaient été décriées par certains.

Après les JO, le village sera transformé en milliers d'appartements de luxe. Environ 900 de ces logements, dont certains coûtent 170 millions de yens (1,876 million de dollars canadiens), ont été vendus avant le report des Jeux l'an dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !