•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nageuse Katerine Savard peut regarder vers Tokyo

En tout, 11 nageurs canadiens sont maintenant qualifiés pour les Jeux de Tokyo, dont la Québécoise de 28 ans Katerine Savard.

Elle place ses lunettes de natation avant une course.

Katerine Savard

Photo : Twitter/@swimmingcanada

Pierre-Yves Robert

La nageuse Katerine Savard a obtenu son billet pour les Jeux olympiques de Tokyo, ses troisièmes, en terminant 2e au 100 m papillon lors de la première journée des essais de Natation Canada, samedi, à Toronto.

Malgré une pause en 2019 pour jouer le rôle-titre dans le long métrage Nadia, Butterfly, sorti en 2020, la Québécoise a réussi son pari de se qualifier pour les Jeux de Tokyo, une tâche rendue encore plus difficile à cause de la COVID-19.

Avec un temps de 57 s 86/100, Savard a terminé tout juste derrière l'Ontarienne Maggie MacNeil (56,19 s).

À titre comparatif, son record personnel sur cette distance est de 57,27 s, une marque réalisée en 2014. Le temps à battre pour obtenir une qualification directe était de 57,92 s.

Je suis vraiment surprise et très heureuse, a-t-elle déclaré par visioconférence. C'était un objectif difficile, mais je rêvais de participer aux Jeux olympiques pour une troisième fois. Cette année est ma meilleure en carrière. Après chaque entraînement, je sentais que je progressais et ça m'a aidée à demeurer motivée et heureuse.

En 2016, Savard n'avait pas réussi à obtenir son laissez-passer pour les Jeux de Rio au 100 m papillon, mais avait participé au 200 m nage libre et obtenu le bronze avec l'équipe canadienne au 4 x 200 m style libre.

Je me sens beaucoup plus mature émotionnellement aujourd'hui qu'en 2016.

Une citation de :Katerine Savard

J'arrive à mieux contrôler mes émotions, je suis moins nerveuse avant les courses, a ajouté la nageuse originaire de Pont-Rouge. Je me sentais calme aujourd'hui, ça m'a aidée à demeurer concentrée et à nager rapidement.

MacNeil n'avait pas besoin de remporter la course pour obtenir son billet pour Tokyo, comme elle avait assuré sa place grâce à sa médaille d'or aux mondiaux en 2019.

Margaret MacNeil lors du 100 m papillon aux essais olympiques de Natation Canada

Margaret MacNeil participera à Tokyo à ses premiers Jeux, où elle sera l'une des principales athlètes canadiennes à suivre en natation.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Penny Oleksiak, révélation des Jeux de Rio en 2016, ne prenait pas part à l'épreuve, car elle était ennuyée par des maux de dos. Elle a déjà son billet vers Tokyo en poche.

Un record canadien pour Kylie Masse

Au 100 m dos, l'Ontarienne Kylie Masse a établi un nouveau record canadien avec un temps de 57,70 s, abaissant de 40 centièmes sa marque précédente inscrite en 2017, et qui constituait à l'époque un nouveau record mondial.

Le record actuel appartient à l'Australienne Kaylee McKeown (57,57 s), un exploit réalisé la semaine dernière aux essais olympiques de la Fédération australienne de natation. Le temps de Masse en 2017 est aujourd'hui le troisième a avoir été enregistré au 100 m dos.

Kylie Masse regarde son temps.

Kylie Masse

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

La partenaire d'entraînement et grande amie de Masse, Taylor Ruck (59,60 s), a également confirmé sa participation aux Jeux olympiques en terminant 2e.

La nouvelle garde masculine s'affirme

Chez les hommes, Joshua Liendo, 18 ans, a lui aussi établi un nouveau record canadien lors des qualifications du 100 m papillon avec un temps de 51,40 s avant de remporter l'épreuve en 51,72 s.

Cette performance lui ouvre également les portes des Jeux de Tokyo, qui seront les premiers de sa jeune carrière.

Perçu comme un nageur de la relève, Liendo était fier de démontrer l'étendue de son talent, mais aussi celui de ses pairs, lors des essais nationaux. Outre Liendo, Cole Pratt, 18 ans, s'est aussi qualifié pour Tokyo, tout comme Markus Thormeyer, 23 ans.

Josh Liendo regarde son temps après une course.

Josh Liendo entend prouver à Tokyo qu'il est un athlète établi.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Nous ne sommes plus la prochaine génération, nous sommes arrivés, a-t-il commencé par dire en visioconférence. L'équipe masculine de natation a souvent été comparée à celle féminine ces dernières années, sans connaître le même succès. Notre objectif est d'arriver à égaler ce succès à notre tour.

Les nageurs canadiens qualifiés pour les Jeux olympiques de Tokyo

  • Katerine Savard au 100 m papillon
  • Joshua Liendo au 100 m papillon
  • Markus Thormeyer aux 100 et 200 m dos (déjà qualifié)
  • Cole Pratt au 100 m dos
  • Taylor Ruck au 100 m dos
  • Margaret MacNeil au 100 m papillon (déjà qualifiée)
  • Kylie Masse aux 100 et 200 m dos (déjà qualifiée)
  • Penny Oleksiak au 200 m libre (déjà qualifiée)
  • Sydney Pickrem aux 200 m, 200 m brasse et 400 m quatre nages individuel (déjà qualifiée)
  • Kate Sanderson au 10 km en eaux libres

Les essais de Natation Canada ont obtenu le feu vert de la santé publique de la province afin que les nageurs du programme haute performance puissent se tailler une place dans l'équipe olympique de la façon la plus sécuritaire possible.

Après les essais, qui se tiendront jusqu'au 23 juin, les nageurs sélectionnés s'envoleront vers la Colombie-Britannique, au Centre de haute performance de Vancouver, avant de se rendre directement à Tokyo en vue des Jeux, qui s'amorceront le 23 juillet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !