•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une victoire qui fait du bien à Penny Oleksiak

Penny Oleksiak est ravie de sa victoire au 100 m style libre aux essais canadiens, présentés à Toronto.

Penny Oleksiak a nagé sous la barre des 53 secondes lors de la finale du 100 m libre des essais nationaux, mardi, à Toronto.

Photo : The Canadian Press / Frank Gunn

Radio-Canada

Penny Oleksiak a signé une victoire éclatante au 100 m style libre, mardi, à Toronto, dans le cadre des essais de Natation Canada. L’Ontarienne de 21 ans a ainsi ajouté une autre épreuve à son programme olympique après celle du 200 m libre.

Pour la première fois depuis un bon moment, Oleksiak a nagé sous la barre des 53 secondes au 100 m libre en enregistrant un temps de 52,89 s. Elle s’est approchée à 0,19 s du record canadien, qu’elle a elle-même établi. La nageuse de Toronto était ravie de son résultat.

Ça me donne un énorme coup pour la confiance et c’est ce que je recherchais depuis un certain temps, a confié Oleksiak, quadruple médaillée aux Jeux de Rio en 2016.

Après Rio, j’ai vécu des moments très excitants: c’était super le fun de nager, d’aller dans les compétitions et d’être reconnue dans la communauté de la natation. Mais après ça, il y a eu beaucoup de pression associée à mon nom et au 100 m libre. Ce n’était plus agréable pour moi et aucun de mes temps ne me satisfaisait. Je voulais être dans les 52 secondes et je n’y arrivais pas. Maintenant, je suis de retour dans un bon état d’esprit et j’ai confiance. Je suis excitée de nager à nouveau.

Une citation de :Penny Oleksiak

Oleksiak n’a pas manqué de souligner la contribution de ses coéquipières à ses succès personnels.

Je ne serais pas aussi rapide que je le suis si je ne m’entrainais pas avec ces filles. Elles me poussent à l’intérieur et à l’extérieur de la piscine, a-t-elle indiqué. Honnêtement, je ne voudrais m'entraîner avec personne d'autre.

Kayla Sanchez (53,77 s) et Margaret MacNeil (54,02 s) ont toutes deux nagé sous le standard olympique. C’est toutefois la Britanno-Colombienne Taylor Ruck, préqualifiée pour l’épreuve, qui représentera le Canada à cette distance à Tokyo, avec Oleksiak.

Du côté masculin, Joshua Liendo a profité du retrait de Brent Hayden et de Yuri Kisil pour s’imposer au 100 m libre en 48,13 s. L’Ontarien de 18 ans a réalisé son meilleur temps sur la distance ainsi que le standard olympique. Liendo nagera également les épreuves du 100 m papillon et du 50 m libre au Japon.

C’est une blessure au dos qui a convaincu Hayden de se retirer de manière préventive de la finale de mardi soir. Quant à Kisil, qui s’est qualifié pour la finale avec le temps le plus rapide, une blessure à un bras l’a empêché de s’élancer.

Wog brille à nouveau

La Manitobaine Kelsey Wog a assuré sa qualification au 200 m brasse grâce à un chrono de 2 min 23,40 s, soit un peu moins de deux secondes sous le standard olympique. Wog participera également au 100 m brasse et au 200 m quatre nages individuel à Tokyo.

Je suis contente de la manière dont ça s'est passé étant donné que c’est la troisième journée de courses consécutive. J’aurais aimé nager plus vite et je crois que j’en suis capable, mais je ne peux pas me plaindre, a dit la nageuse de 22 ans, originaire de Winnipeg.

La nageuse manitobaine Kelsey Wog s'est imposée à l'épreuve du 200 m brasse, mardi, à Toronto.

La nageuse manitobaine Kelsey Wog s'est imposée à l'épreuve du 200 m brasse, mardi, à Toronto.

Photo : The Canadian Press / Frank Gunn

Médaillée de bronze au 200 m brasse aux Mondiaux de 2019, Sydney Pickrem était déjà préqualifiée pour représenter le Canada à cette épreuve au Japon.

Chez les hommes, l’Ontarien Eli Wall s’est imposé au 200 m brasse, mais n’a pu réaliser le standard olympique de 2:10,35. Il a néanmoins réussi son meilleur chrono personnel sur la distance avec un temps de 2:12,16.

La Britanno-Colombienne Emily Overholt a remporté le 200 m papillon avec un temps de 2:11,16s, ce qui n’a toutefois pas été suffisant pour assurer sa qualification olympique. Le standard à réaliser était de 2:08,43.

La nageuse de 23 ans originaire de Vancouver avait gagné la médaille de bronze en 2016, à Rio, avec le relais 4 x 200 m libre. Elle avait aussi terminé cinquième au 400 m quatre nages.

Enfin, l’Ontarien Mack Darragh a gagné le 200 m papillon en 1:58,10, sans toutefois réussir le standard olympique.

Les nageurs canadiens qualifiés pour les Jeux olympiques de Tokyo

  • Katerine Savard au 100 m papillon
  • Joshua Liendo aux 100 m papillon, au 50 m libre et au 100 m libre
  • Brent Hayden au 50 m libre
  • Kayla Sanchez au 50 m libre
  • Markus Thormeyer aux 100 et 200 m dos
  • Cole Pratt au 100 m dos
  • Taylor Ruck au 100 m dos
  • Margaret MacNeil au 100 m papillon
  • Kylie Masse aux 100 et 200 m dos
  • Penny Oleksiak aux 100 m et 200 m libre
  • Summer McIntosh aux 200 et 800 m libre
  • Kelsey Wog aux 100 m brasse, 200 m brasse et 200 m quatre nages individuel
  • Sydney Pickrem aux 200 m, 200 m brasse, 200 m quatre nages individuel et 400 m quatre nages individuel
  • Finlay Knox au 200 m quatre nages individuel
  • Kate Sanderson au 10 km en eaux libres
  • Hau-Li Fan au 10 km en eaux libres

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.