•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une confiance tranquille s'installe au sein du Canadien avant les Golden Knights

Ils se félicitent après une victoire.

Shea Weber (à gauche), Carey Price (au centre) et Ben Chiarot

Photo : James Carey Lauder-USA TODAY Sports

La Presse canadienne

Shea Weber a attendu 16 saisons avant d'atteindre le carré d'as pour la première fois. Carey Price en sera à sa 3e participation en 14 campagnes, mais il aimerait probablement oublier les deux premières.

Alors Shea? Comment se sent-on à la veille de son premier match des demi-finales de la Coupe Stanley contre les Golden Knights de Vegas?

C'est super. Je suis fébrile, a-t-il répondu avec son flegme légendaire.

Et toi, Carey?

C'est la période de l'année où vous avez le plus de plaisir à jouer. C'est le plus gros défi, surtout mentalement. Et c'est pour cette raison que c'est excitant, a-t-il dit avec son ton monotone habituel.

On le voit dans son comportement : il est dans sa bulle, a dit l'attaquant Brendan Gallagher lorsque questionné sur le niveau de plaisir de son gardien. Il est prêt pour tous les défis. La dernière fois, ç'a été décevant pour lui. Il s'était blessé lors du premier match et nous avait regardés perdre. Il est heureux et affamé. C'est bien de jouer devant un gars qui a cette mentalité.

En 2014, Price avait été victime d'une blessure à un genou lors de la deuxième période du premier match, à la suite d'un rude contact avec l'attaquant des Rangers de New York Chris Kreider. Le Tricolore avait finalement perdu la finale de l'Est en six rencontres.

Price était aussi avec le Canadien en 2010. Il avait toutefois cédé son filet à Jaroslav Halak, en état de grâce ce printemps-là. Le Tricolore s’était finalement incliné en cinq rencontres devant les Flyers de Philadelphie dans le carré d'as. Price avait joué pendant seulement un peu plus de 30 minutes pendant cette série, en relève à Halak.

L'un des mantras du Canadien depuis le début des éliminatoires cette année est qu'il doit saisir l'occasion qui s'offre à lui. Et si la plupart des observateurs doutaient de ses chances de franchir le premier tour, et encore plus de voir l'équipe atteindre les demi-finales de la Coupe Stanley, les joueurs n'ont jamais douté de leur capacité.

Quand la saison a commencé, l'objectif était le même, peu importe ce qui pouvait se dire hors du vestiaire, a insisté Gallagher. Nous avons connu un bon début de saison et les gens ont commencé à y croire. Nous avons ensuite connu une baisse de régime en cours de route, et il y a probablement plusieurs personnes qui ont baissé les bras. Mais dans le vestiaire, notre confiance n'a jamais été ébranlée.

C'est la même chose depuis le début des séries. Nous n'avons jamais douté de nos moyens et c'est encore vrai aujourd'hui. Nous savons quel genre d'équipe nous sommes, et nous voulons reprendre les choses là où nous les avons laissées. La perception extérieure ne change pas ce que nous ressentons dans le vestiaire, a dit le pugnace attaquant.

Une bête différente

Sur son chemin vers une première participation à la finale en 28 ans, le Canadien retrouvera une bête différente de celles qu'il a affrontées jusqu'ici.

Malgré la présence d'étoiles dans leur formation, les Maple Leafs de Toronto et les Jets de Winnipeg avaient des faiblesses qu’on pouvait facilement cerner. Elles sont moins évidentes à déceler du côté des Golden Knights.

Chaque trio attaque sans relâche et avec intensité, a souligné l'attaquant Paul Byron. Ils excellent en échec avant et c'est ce qui leur permet de prendre du rythme.

C'est une équipe qui a de la profondeur à l'attaque, une bonne défense et un bon gardien, a renchéri Weber. C'est un gros défi pour nous. Chaque série présente des défis différents, et nous devons nous préparer de la bonne façon.

Les Golden Knights comptent sur l'un des meilleurs attaquants défensifs du circuit en Mark Stone, finaliste pour le trophée Selke pour une deuxième fois.

Il va donner la main à son gardien après une victoire.

Mark Stone (à droite)

Photo : Getty Images / David Berding

Stone est également l'une des pièces maîtresses des Knights en attaque avec 21 buts et 40 aides en 55 matchs cette saison. Il forme un trio dangereux en compagnie de Chandler Stephenson et de l'ancien capitaine du Canadien Max Pacioretty.

Il travaille très fort défensivement, ce qui crée son attaque, a souligné celui qui pourrait être appelé à surveiller Stone, Phillip Danault. Il est un joueur intelligent et très bon dans toutes les facettes du jeu.

Le CH est arrivé à Las Vegas samedi dans l'espoir de s'adapter au changement de fuseau horaire. L'équipe espère aussi ne pas avoir perdu son élan, malgré une pause d'une semaine après avoir balayé les Jets.

Même si l'élan du Tricolore devait être freiné, la confiance demeurera, encore et toujours.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !